Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18.04.2013

Le regard porte

boonmee02.jpg

Dans Oncle Boonmee, les personnages se retrouvent souvent les uns à côté des autres, fixant un horizon lointain, hors-champ. Weerasethakul en tire un bénéfice plastique certain, la longueur des plans laissant admirer les compositions. Cependant, il demeure impossible de dire que ces personnages prennent la pose. Ils se ménagent seulement des pauses, ce qui n'est pas du tout la même chose. D'ailleurs, s'ils parlent avec peu d'empressement, ils sont loin d'être mutiques et surtout, ils prennent soin de se tourner à chaque fois vers leur interlocuteur. La lenteur du rythme et les positions d'attente "parallèles" ne sont pas les signes d'une quelconque incommunicabilité. Au contraire, la parole circule sans entrave (une différence de langue n'est même pas problématique mais source d'amusement) et sans malentendu, et bien sûr, la communication se fait aussi autrement et "au-delà".

boonmee01.jpg

L'Oncle Boonmee se souvient donc de ses vies antérieures. Mais leurs manifestations à l'écran ne sont pas provoquées par des récits de celui-ci. C'est plutôt le regard, celui qui porte loin, qui rend possible ces résurgences, ces apparitions, ces matérialisations. Regarder, dans Oncle Boonmee, ne sert pas qu'à percevoir, à distinguer, cela sert à faire advenir les choses. Aussi irrationnelles qu'elles soient, elles naissent de l'attention soutenue. Lorsque les fantômes (ou les hommes-singes) s'approchent, se détachent peu à peu de l'ombre, c'est notre regard qui les fait se mouvoir.

weerasethakul,thaïlande,2010s

La beauté du film est là : laisser penser au spectateur que son regard est agissant, qu'il saisit activement les choses dans le cadre. C'est un cinéma de partage, comme le montre la façon dont y apparaissent les fantômes, aux yeux de tous et non du seul Boonmee. Le cadre que l'on scrute est de plus adéquatement et magnifiquement "élargi" par la sensualité des images et du son, et par les ouvertures qui s'y trouvent, qui prolongent et attirent le regard : terrasses, larges fenêtres, passages de grottes.

boonmee03.jpg

L'importance du regard se signale partout et à tous les niveaux : la princesse veut regarder le porteur, puis interroge son reflet, le fils disparu était parti photographier, les yeux des singes sont les seuls attributs que l'on distingue dans leur sombre masse corporelle, la tante, son neveu et sa nièce sont hypnotisés par la télévision... Mais la grandeur du film est de ne jamais laisser cet élément fondamental venir gêner la réception, de ne jamais le transformer en thème encombrant. Toujours, les scènes d'Oncle Boomee gardent, soit leur ancrage dans le réel, soit leur mystère fantastique...

boonmee05.jpg

 

(Une première approche ICI)

Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : weerasethakul, thaïlande, 2010s | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

bonjour,
avez-vous déjà critiqué "Top Secret !" des ZAZ dont est issue l'image dans la colonne de droite ("index des films") ?
merci

Écrit par : Rick | 06.05.2013

Non, Rick, je n'en ai pas parlé ici, faute de l'avoir revu (ce que je ferai volontiers à l'occasion car c'est un assez fort souvenir d'adolescence).

Écrit par : Edouard | 07.05.2013

Bonsoir Edouard,
J'attendais de prendre le temps de lire ce texte... je le
trouve très beau. Et ce que vous décrivez ici fait tout à fait écho pour moi.
C'est plus qu'agréable de rêver à nouveau à ce film en vous suivant.

Écrit par : D&D | 25.07.2013

Merci pour ces deux commentaires, D&D.

Et oui, "Oncle Boonmee" reste aussi envoûtant à la deuxième vision, même sur petit écran.

Écrit par : Edouard | 26.07.2013

Les commentaires sont fermés.