Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Opéra (Dario Argento, 1987)

**
"Dernier grand film" ou "catastrophe restée justement inédite" ? Opéra n'est finalement pas si mauvais que ça. Il a son intérêt, et par moments, sa beauté, entre deux aberrations (ou deux idioties : ces réactions des personnages après chaque meurtre, franchement). En fait, il n'est pas trop inférieur aux si fameux titres argentesques des 70s. Son absence d'enjeu lui donne son charme, le fait que tout cela ne rime à rien le rendrait presque fascinant. Argento s'épuise à se tenir trop longtemps et trop souvent à ses principes voyants de mise en scène, jusqu'à l'absurde (à ce point là, peut-on vraiment parler de "caméra subjective" ?) mais lorsqu'il arpente sans pouvoir s'arrêter un décor au son de Verdi, c'est assez beau. Quand il met du métal sur les images de meurtre, en revanche, ça l'est moins. Cristina Marsillach n'était peut-être pas la meilleure actrice du moment mais elle est très agréable à regarder, qu'elle soit, ou pas, en souffrance. 

Commentaires

  • J'en avais tellement entendu du mal que je l'ai trouvé, en effet pas si mal que ça. les moments réussis le sont vraiment, ceux qui sont ratés... Et d’ailleurs la musique, quand ce n'est pas cet atroce hard rock FM est bien belle aussi. Quand à Marsillach je trouve qu'elle s'en sort bien, compte tenu qu'Argento n'a jamais été un grand directeur d'acteur.

  • Accord sur cet "Opéra" entre toi et moi, ce n'était pas forcément attendu :)
    Dans Positif, je n'ai trouvé qu'une note de festival, lapidaire, confirmant la "mauvaise réputation" du film à l'époque.
    Avec la ressortie récente, ça a changé on dirait. En tout cas, on trouve pas mal de défenseurs sur le net, comme Olivier Père :
    https://www.arte.tv/sites/olivierpere/2018/06/23/opera-de-dario-argento/

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel