Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16.01.2008

Le couperet

(Costa-Gavras / France - Belgique / 2004)

■■□□

ddda4d5c9e0840ee06282dfaa2e43379.jpgL'histoire du Couperet, tirée d'un roman de Donald Westlake est assez connue. C'est celle de Bruno Davert, ex-cadre dans la papeterie qui, après deux ans de chômage, décide de décrocher le poste qu'il convoite en éliminant physiquement ses concurrents les plus sérieux et le titulaire en place. Le but de Costa-Gavras est clair et ambitieux et mérite l'attention, puisqu'il s'agit de dénoncer le capitalisme effréné par le biais d'une farce macabre. Si l'intention est là, la mise en oeuvre est tout de même laborieuse. Le film démarre d'emblée par la série de meurtres dont se rend coupable, plus ou moins facilement, Davert. Sa voix-off nous entraîne dans son sillage mais on ne sait pas bien si elle résulte de sa confession à son dictaphone après un assassinat pénible ou si elle nous guide indépendemment de cet événement (qui provoque d'ailleurs chez lui une réaction de malaise profond sinon incompréhensible, au regard de sa relative maîtrise dans les autres occasions, du moins trop proche des clichés habituels). Cet entre-deux empêche d'atteindre vraiment le but recherché : entrer dans la tête de Davert. Une autre ambiguité plombe un peu toute la première moitié du film, celle du non-choix entre la comédie noire (il y a peu de gags) et le polar froid. Le spectateur se retrouve alors dans une position bien inconfortable devant les scènes de meurtre. Ajoutons du mauvais côté de la balance les scènes appuyées censées montrer la montée des soupçons de la femme de Davert, une photographie fonctionnelle voire télévisuelle, et une fâcheuse tendance à faire monter la tension lors des tentatives d'assassinats uniquement par des astuces de scénario (l'irruption répétitive de passants entre "le chasseur de têtes" et ses victimes). Malade d'un sérieux problème de rythme, l'oeuvre semble sombrer petit à petit.

A mi-parcours, un élément nouveau sauve en partie la mise. L'arrestation du fils fait bifurquer le récit. L'efficacité dont fait preuve Davert pour le sortir d'affaire, surprenante et galvanisante pour le reste de la famille, apporte un nouvel éclairage sur le personnage principal. Une ironie sous-jacente se fait enfin jour avec ces scènes où la famille entière fait corps, jusqu'à rivaliser d'inventions pour détourner les soupçons et se débarrasser des preuves encombrantes. Dès lors, avec la double entrée en jeu de la police, l'intérêt est relancé. Si Costa-Gavras ne tire pas tout le parti possible des fortes scènes émaillant cette deuxième partie, balançant entre convention et singularité, le réalisateur place plusieurs trouvailles pertinentes, du gag du revolver dans la poche du manteau qui cogne contre le glace lors de la visite des enquêteurs à l'arrêt sur image final, en passant par l'endormissement provoquant le face à face avec Machefer. A l'image du film, on ne sait finalement pas trop quoi penser de la performance tant louée de José Garcia. Sur le même thème de la double vie et du glissement vers la folie, il est évident que L'emploi du temps de Cantet et L'adversaire de Nicole Garcia étaient plus impressionnants. Costa-Gavras ne fait pas dans la dentelle en ce qui concerne la dénonciation du système. Il est vrai que l'époque actuelle n'incite pas non plus à la demi-mesure.

Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : costa-gavras, france, 2000s | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

Comme tu as pu le lire, ce que j'aime dans ce genre de film, c'est la tentative pour tenir un discours sur le monde en le coulant dans une forme cinématographique particulière. C'est pourquoi je "pardonne" aisément ses défauts, puisque j'apprécie les cinéastes qui ont une vision du monde et des points de vue à défendre!

Écrit par : el pibe | 17.01.2008

Je l'ai vu il y a longtemps et je l'avais trouvé assez fort. Mais il est vrai que j'avais été plus impressionné par son propos que par sa forme : le thème du film, rarement abordé (d'où le mérite de Costa Gavras d'en parler) tend à atténuer ses faiblesses. J'avais trouvé par contre Olivier Gourmet absolument génial, comme souvent.

Écrit par : neil | 19.01.2008

Tandis qu'on ne parvient décidément pas ici à apprécier, comme d'autres, Mr Garcia, le contexte « horreur de l'entreprise » étant un registre nous passionnant (des films de Cantet (Ressources Humaines, L'Emploi du Temps) à celui de Moutot (Violence des Echanges en Milieu Tempéré), en passant même par de plus futiles façon early Klapisch (Riens du Tout), de plus « genre » (Sur Mes Lèvres d'Audiard, de plus sitcom (The Office, de Merchant et Gervais) et du parfait ovni (Laïkapark) ou par certains encore où le José officiait déjà (Extension du Domaine de la Lutte), notre curiosité fut bien aiguisée lorsqu'une chaîne bientôt débarrassée de publicité diffusa cette adaptation de Donald Westlake.
Si par ailleurs de Gavras on kiffa, surtout, ado, sa carrière pré-Johnny Hallyday, portant au culte superflu même lors de grandes heures vidéo-clubbeuses son Missing (jamais revu depuis nos 15 ans, soit plus de 20 !), l'affaire n'était pas d'avance entendue.
Aussi la surprise fut-elle correcte (quand bien même au fond le film ne dépasse jamais vraiment son postulat de départ, son idée-matrice), si on renonce à des ramifications intéressantes, si on fait l'impasse sur des intrigues annexes n'apportant que peu (les larcins logiciels du fils) et malgré un discours jamais vraiment approfondi (mais inlassablement répété avec chaque victime qui a l'occasion de parler). Demeurent toutefois de vraies séquences de genre, gagnant en singularité encore par leur contexte géographique (étonnamment les suburbias germano-bénéluxoises ont plus une touche Lyncho-Wisteria Lane que nos zones pavillonnaires franchouillardes) avec de vraies minutes de cinéma dedans. Associées à la forte idée centrale (l'élimination méthodique des concurrents professionnels à laquelle est poussée un cadre broyé par le système libéral), ça fait déjà raisonnablement pas si mal.
Combien d'ailleurs s'en serait moins bien sortis (Boisset inclus) ?

Écrit par : Mariaque | 20.01.2008

Les commentaires sont fermés.