Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Douleur et gloire (Pedro Almodovar, 2019)

**
Film personnel peut-être jusqu'à l'autofiction, comme c'est suggéré dans l'un des dialogues. Encore plus épuré que Julieta, il possède un côté littéral, ni filtré esthétiquement ni complexifié narrativement, qui le rend moins passionnant que prévu.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel