Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Dernier Duel (Ridley Scott, 2021)

°
L'ennui total, résultant de l'académisme de la mise en scène (de la photographie sombre à la violence immersive, en passant par la hiérarchisation entre le brouhaha français de la populace figurante et les dialogues anglais des personnages), est seulement évité, au deuxième segment, par la répétition du récit sous un autre angle. Or, cette question de la différence de point de vue est rendue caduque dans le troisième : d'une part, il est présenté comme "la vérité", annule donc les précédents, qui deviennent en conséquence inutiles, et empêche toute réflexion, d'autre part, il relaie moins la vision d'un personnage, celui de la femme violée, qu'il ne déroule un programme, en forçant la moindre scène, le moindre détail à servir le discours voulu, celui du féminisme dénonciateur de la toute puissance et de l'impunité masculines, à rapprocher le moyen-âge d'aujourd'hui. Tant qu'à tenir cette orientation-là, un récit unique aurait épargné du temps et sans doute gagné en finesse.

Commentaires

  • Bonjour Edouard, là je te trouve dur: ce n'est pas ennuyeux. En tout cas, je ne suis pas ennuyée car justement il y a trois récits. Et les acteurs sont bien. Bonne soirée.

  • Bonjour dasola. Oui, malheureusement (le bon accueil de la presse et un cadre historique a priori intéressant m'avaient tenté), je me suis fortement ennuyé. J'ai pensé que mon intérêt allait être ranimé un peu lorsqu'à commencé le deuxième récit (je ne savais pas que le film était divisé ainsi), mais non. Ces trois récits devraient être en effet le point fort du film mais le fait que les deux premiers se révèlent faux et seulement le troisième vrai rend la construction totalement vaine à mon avis.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel