Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Saludos, hombre (Sergio Sollima, 1968)

**
Le troisième western de Sollima est le plus inégal. La dimension comique de certains comportements, à visée commerciale sans doute, tire le récit vers l'aventure picaresque et atténue à la fois la violence, l'ironie à l'égard des figures types du genre et la critique politique désabusée. Le nombre élevé de protagonistes et le manque d'envergure font que personne ne se tient de manière iconique face à Tomas Milian, comme le faisaient précédemment Lee Van Cleef et Gian Maria Volontè. Seule l'opposition entre les deux personnages féminins, la bigote blonde sexy et la volcanique brune mexicaine provoque de ce côté-là des étincelles. La dispersion à l'œuvre n'empêche heureusement pas de suivre l'histoire avec plaisir, menée qu'elle est avec vigueur et clarté malgré ses nombreux détours.

Commentaires

  • assez d'accord avec tes réserves, même si j'ai beaucoup d'affection pour ce film là aussi (c'est mon entrée dans l'univers de Sollima, je raconte ça dans le bouquin qui finira bien par sortir !). Il y a quand même une dynamique d'ensemble, portée par un Milian plein d'énergie, qui le rend très agréable. Donald O'Brien a un peu de mal à remplacer Volonte, Van Cleef ou Berger.

  • Oui, Donald O'Brien n'est pas mauvais du tout mais manque sérieusement de charisme en comparaison des précédents. Vivement ce livre ! :)

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel