Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22.08.2007

La fille coupée en deux

(Claude Chabrol / France / 2007)

■■□□

61cded734600d84cad0abf7436f7fb12.jpgLudivine Sagnier est la fille coupée en deux, entre deux hommes : la vieille gloire littéraire locale et le riche fils à papa déjanté. Il y aura donc de l'ironie dans la peinture de la bourgeoisie provinciale, des secrets de famille qui ressortiront, des masques qui tomberont, des relations perverses qui se tisseront et la mort d'un des personnages. La ligne chabrolienne est toute tracée. La mise en scène est toujours recherchée, avec notamment un bel emploi des ellipses. Chabrol traque ses acteurs au plus près des visages, de façon trop systématique à mon goût, laissant l'impression d'assister surtout à des numéros successifs (flagrant dans l'importance donnée sur la fin à la mère de Paul, jouée par Caroline Sihol). Benoît Magimel est celui qui s'en sort le mieux, à partir du personnage le plus déplaisant au départ, qu'il tire vers la caricature pour mieux nous le rendre attachant par la suite, trajectoire opposée à celle de Saint Denis, l'écrivain interprété par François Berléand.

Chabrol s'attaque pour la énième fois aux notables. Industriels et politiques se côtoient dans les soirées de bienfaisance et se retrouvent ensuite au bordel. Peut être que ce regard critique est juste, mais il est devenu chez le cinéaste tellement habituel. A l'image de ce club privé (bien filmé, tout en mystère, avec ses cadrages serrés laissant l'arrière-plan dans le flou ou la pénombre), un parfum légèrement suranné flotte dans la description de ces modes de vie, dans les rapports entre les gens, dans les dialogues (que les débordements soudain graveleux n'arrangent pas). L'obsession pour le sexe trouble plus les protagonistes que le spectateur. A la croisée de tous les regards, Ludivine Sagnier se bat vaillamment, elle qui se fait traiter de tous les noms, le plus énervant pour elle étant sans doute le récurrent et condescendant "petite fille".

Claude Chabrol ne fait plus de mauvais film. Ces dix dernières années, après la récréation de Rien ne va plus, la série qui va de Au coeur du mensonge à La fille coupée en deux, si elle ne contient aucune tâche, n'a rien de très emballant non plus. Et le temps de La cérémonie, grand choc de 1995, s'éloigne (certes, j'ai raté celui qui pourrait mettre à mal tout ce que j'avance, notamment sur la reprise éternelle des mêmes figures chabroliennes : L'ivresse du pouvoir).

Dernière chose venue à l'esprit devant La fille..., les points communs avec David Lynch, et particulièrement Inland Empire : le portrait de la jeune femme blonde, les chambres du bordel dans l'obscurité du haut de l'escalier, la caméra très proche des visages, l'épilogue à l'ambiance fantasmatique...

Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : chabrol, france, 2000s | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

Honnêtement je ne supporte plus trop les obsessions du Père Chabrol et ses notables trop chabroliens pour être malhonnêtes.La vraie noirceur était du côté du Boucher,ou Juste avant la nuit,ou Les noces rouges.A mon avis.D'ailleurs je ne vais plus voir ses film en salles.

Écrit par : Eeguab | 19.04.2010

Eeguab, j'ai vu entre-temps "La demoiselle d'honneur", qui m'a fait ré-évaluer à la hausse cette décennie chabrolienne (j'y ai consacré une note). Cela dit, sur le moment, l'envie se fait sans doute moins pressante d'aller voir les nouveaux Chabrol en salles. Ainsi, comme "L'ivresse du pouvoir", j'ai dernièrement laissé passer "Bellamy".

Écrit par : Ed | 20.04.2010

Claude "chacha" Chabrol: hommage par:
http://etasoeurvousdittout.wordpress.com/2010/09/12/claude-chacha-chabrol-hommage-2/

Écrit par : étasoeur | 12.11.2010

Les commentaires sont fermés.