Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04.10.2008

1984

(Michael Radford / Grande-Bretagne / 1984)

■■■□

1984.jpgSi vous êtes un(e) visiteur(se) régulier(e) de ce blog, vous devez commencer à vous rendre compte de mon inculture littéraire. Je n'étonnerai donc personne en confessant ne connaître du mythique roman de George Orwell que quelques mots (Big Brother, guerre, totalitarisme, écrans...). Le film de Michael Radford ne sera donc pas jugé ici par rapport au livre (vos éventuels commentaires, positifs ou négatifs, sur l'adaptation elle-même sont bien sûr les bienvenus).

Vu sans son référent, 1984se tient très bien tout seul et dégage une puissance et une cohérence peu commune. La première séquence est dédiée à l'un de ces meetings où des travailleurs sont abreuvés de discours belliqueux, par l'intermédiaire d'un écran géant. Tout en montrant, avec sa caméra balayant la foule, l'instrumentalisation des émotions, le lavage de cerveau et la véhémence de réactions dirigées, le cinéaste laisse deviner quelques espaces libres. Tous, dans la foule, ne font pas exactement les mêmes gestes et pas au même moment, certains regards fuient l'écran, une tête se retourne... Si le mécanisme abrutissant est bien à l'oeuvre, il reste (il restera toujours) du jeu dans la machine, il reste l'irréductible "esprit humain", comme le nommera plus tard Winston Smith.

Celui-ci cultive en lui l'une des graines de résistance à un pouvoir autoritaire et tentaculaire qui, sous le prétexte de la guerre, maintient le peuple dans l'ignorance et la pauvreté, ré-écrit l'histoire et s'acharne à annhiler tout libre arbitre. Smith résiste tout d'abord en passant par l'écriture. Sur un cahier, à l'abri du regard de Big Brother, il ré-apprend à utiliser une langue que les dirigeants s'escriment à simplifier, à contrôler, à expurger, avec la même énergie qu'ils mettent à broyer les consciences individuelles. Il s'agit pour lui d'exercer par là une subjectivité qui lui est refusée (exercer car cela demande un réel effort).

Parallèlement, Winston Smith s'engage sur une autre voie, tout aussi déviante au regard des autorités : celle de la passion amoureuse. Dans un monde où la voix du Maître se félicite de la chute du nombre de mariages, où l'on fait voeu de célibat et où l'on combat la recherche de l'orgasme, un nouveau couple se forme, décidé à assumer ses pulsions. "I want you" ne cessent de se dire Winston et Julia. L'appauvrissement imposé du langage redouble l'impact et la crudité de ces situations. La révélation soudaine des corps dans leur nudité crée le même choc. Ceux-ci se détachent des murs gris de la chambre et s'opposent aux uniformes qui sont partout. Rarement mise à nu d'une femme à l'écran (et d'un homme, mais, comme d'habitude, un peu moins) n'aura été autant justifiée scénaristiquement, esthétiquement et moralement.

Dans le rôle de Julia, Suzanna Hamilton est une découverte, et pas seulement plastique, tant elle fait preuve de sensibilité. L'actrice n'est pas la seule à être digne de louanges. John Hurt traverse le film avec son corps souffrant et sa force intérieure. Devant lui se dresse un prodigieux et massif Richard Burton (dans son dernier rôle), qui incarne la toute puissance dictatoriale avec le minimum d'effets. Leur face à face final est d'anthologie.

Michael Radford a su créer l'atmosphère pesante adéquate avec sobriété, lestant tous les décors d'une réelle présence. Il obtient un équilibre parfait entre flash-backs, divagations et réalité jusqu'à égarer doucement son spectateur. Dans la chambre, de très simples mouvements d'appareil partent de l'écran mural pour cadrer dans un recoin Winston Smith écrivant sur son journal. De beaux fondus enchaînés parsèment l'oeuvre, le plus marquant et le plus étrange nous amène vers un plan où Richard Burton tient dans ses bras John Hurt, qu'il vient de torturer. Le retour d'images identiques n'ennuie pas, la répétition étant l'un des fondements de la société décrite. L'utilisation de la musique participe pleinement à l'ambiance. Elle est signée par Dominic Muldowney et le fameux groupe électro-pop Eurythmics (sur la bande-son, pas de tube comme Sex crime, la voix d'Annie Lennox ne s'entendant que sur le générique de fin, mais des boucles synthétiques tout à fait pertinentes).

Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : radford, grande-bretagne, science-fiction, 80s | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

J'avais vu ce film à la fin des années 80 en cours d'anglais, ce qui suffit à gâcher son souvenir. Je me souviens néanmoins d'un film plutôt sage (très "adaptation littéraire de luxe") et d'une ambiance très eighties, limite clip par moments (qui à l'époque, six ou sept ans après la réalisation du film me paraissait déjà limite ringarde, mais qui aujourd'hui doit se regarder avec un certain délice). De plus, j'ai l'impression que si le film n'est pas trop resté dans les mémoires, c'est qu'il a dû souffrir de sa comparaison avec "Brazil" sorti peu de temps après (84 ou 85?) et d'une invention visuelle autrement plus efficace pour peindre l'oppression.

Écrit par : Joachim | 05.10.2008

Il est évident que "Brazil" est, sur le sujet, plus fort et inventif. Mais j'ai évité d'en parler pour ne pas écrire que le film de Gilliam était en fait le grand film Orwellien de l'époque etc... (ce qui, semble-t-il me rappeller, a beaucoup été dit par les critiques dès la sortie de "Brazil"). Tout simplement pour ne pas écraser "1984", que j'ai suivi avec beaucoup de plaisir. Comme je le laisse deviner dans ma note, j'avais peur de tomber sur des scènes rythmées par la pop de Eurythmics (genre "The wall" avec les collégiens qui avancent au son de Pink Floyd) et puis pas du tout... La bande son vieilli très bien et pourrait presque passer pour des expérimentations éléctro des années 2000. Je n'ai, à aucun moment, eu le sentiment d'être devant un clip vidéo. Réalisation sage, d'accord, mais soignée et subtile.

Écrit par : Ed | 05.10.2008

Les commentaires sont fermés.