Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01.12.2008

C'était mieux avant... (Décembre 1983)

Maintenant que Novembre est derrière nous, passons à la quatrième étape de notre voyage dans le passé. Retour donc vers le mois de Décembre 1983, pour voir ce que nous pouvions trouver alors dans nos salles obscures :

Lebal.jpgBien que je sois incapable d'émettre un jugement sur Le bald'Ettore Scola, compte tenu de l'éloignement, ce film m'est cher pour deux raisons. Tout d'abord, lorsque je vois cette affiche, je la vois au mur du cinéma que je fréquentais alors, celui de Nontron (24300, sous-préfecture de la Dordogne, 3400 habitants). C'est dans cette salle, la plus près de mon chez moi d'adolescent, dans la campagne périgourdine, que j'ai réellement découvert le cinéma. L'année de mes 12 ans, Le baly avait été programmé (peut-être même deux fois, la seconde, début 1984, à l'occasion d'une sortie post-Césars d'où Scola était reparti avec les prix du Meilleur réalisateur et du Meilleur film, ex-aequo avec A nos amours) et je revois très bien ce film annoncé dans le dépliant-programme. La deuxième raison est qu'il s'agit de l'un des films préférés de mon père qui, bien que n'étant pas cinéphile, pouvait s'enticher à l'époque de quelques oeuvres à la fois populaires et suffisamment originales, comme Apocalypse now ou Il était une fois en Amérique (rappelons que Scola balayait ici cinquante ans d'histoire sans sortir d'une salle de bal et sans laisser prononcer un seul mot pas ses personnages).

Pour ce qui est des autres sorties de ce mois, disons-le tout de suite, c'est assez triste. Deux événements médiatiques nationaux : Coluche égale au moins Raimu et Gabin, tout à la fois, dans son premier rôle sérieux (Tchao Pantinde Claude Berri) et Alexandre Arcady se paye une nouvelle fresque coppolesque (Le grand carnaval). Je n'ai jamais eu envie de voir le second et j'ai trop vu le premier à la télévision durant toutes les années 80 (les rouflaquettes du susnommé, la mobylette de Richard Anconina, la poitrine d'Agnès Soral). En comparaison, on aurait presque envie de se replonger dans les Wargamesde John Badham, histoire de voir si le divertissement est toujours agréable.

megavixens.jpgCombat de poids lourds au rayon érotisme : Walerian Borowczyk, lâché film après film par ses défenseurs, proposait un Art d'aimerqui ne semblât pas regarnir ses troupes et Russ Meyer qui, lui, connaissait plutôt une apothéose critique et publique avant de décliner par la suite (l'évolution de sa carrière dessinant ainsi une courbe logiquement mammaire), nous mettait sous le nez ses Megavixens.

Get crazyd'Allan Arkush, titille la curiosité, par son sujet (une comédie sur le milieu du rock) et son casting (Malcolm MacDowell et Lou Reed). La trace(franco-suisse de Bernard Favre, avec Richard Berry) reçut un bon accueil critique et Jean-Claude Brialy revenait derrière la caméra pour Un bon petit diable.

Pas fôlichon, tout ça ? Attendez, il en reste : Les dents de la mer 3(suite en relief signée Joe Alves, noté 3.3 sur 10 sur l'IMDb), Thor le guerrier(Tonino Ricci, noté 2.5), L'éclosion des monstres (Los nuevos extraterrestres, suite officieuse du E.T.de Spielberg, par Juan Piquer Simon, noté 2.6), Le sadique à la tronçonneuse (Mil gritos tiene la noche, film hispano-américano-portoricain du même Juan Piquer Simon, mieux noté : 5.2). N'en jetons plus, la cour est pleine.

jamaisplusjamais.jpgMieux vaut finir ce panorama avec quelques oublis des mois précédents. En Octobre était sorti l'un des films les plus réputés du grand Raoul Ruiz (voir plus bas), Les trois couronnes du matelot. En novembre, la guerre des Bond battait son plein : quelques semaines après Roger Moore dans Octopussy, Sean Connery retrouvait le costume de 007 dans Jamais plus jamais(pratiquement pas de souvenir de cet épisode-là, mais le nom de son réalisateur, Irvin Kershner, auteur de quelques films personnels et solide artisan au service de la grosse machine hollywoodienne comme avec le deuxième et le meilleur Star wars, est généralement gage de qualité). J'ai également oublié de mentionner le mois dernier les sorties de Erendira(fable sud-américaine qui m'a passablement ennuyé il y a quelques années, pourtant signée Ruy Guerra), de Vassa(de Gleb Panfilov, cinéaste russe, auteur notamment du très beau Thème) et de Quand faut y aller, faut y aller, énième ânerie troussée pour Terence Hill et Bud Spencer, que j'avais adoré à l'époque.

positif274.jpgLorsque le mois arrivant n'annonce rien de très palpitant, les revues de cinéma ont le choix entre trois solutions (seule Cinéma 83(300) met en vedette Jean-Claude Brialy). Possibilité n°1 : se plonger dans un passé méconnu. Ainsi, pour les Cahiers du Cinéma (354), le meilleur film du mois est Les anges du boulevard, classique du cinéma chinois des années 30, réalisé par Yuan Muzhi et resté inédit en France jusqu'alors. Possibilité n°2 : revenir sur des films déjà à l'affiche. La Revue du cinéma(389) parle de Pialat et de Sautet, en mettant Garçon ! en couverture. Starfix(10) fête le retour de Sean Connery. Possibilité n°3 : se projeter vers l'avenir. Cinématographe(95) titre joliment "En attendant Godard" (puisque Dieu allait redescendre parmi nous en janvier 84 et nous offrir Prénom Carmen). Dans un autre registre, Premiere (81) va voir les stars en plein désert, sur le tournage de Fort Saganne. Comme Depardieu vient de faire leur dernière une (avec Les compères), c'est Sophie Marceau qui s'y colle. Il y a en fait une autre possibilité : choisir un cinéaste qui fait toujours l'actualité, un cinéaste avec qui l'on s'entretient en ayant à chaque fois deux films de retard sur lui. Par exemple, Raoul Ruiz. Profitant de la sortie récente des Trois couronnes du matelot, de celle imminente de La ville des pirates et de bien d'autres projets en cours, Positif (274) propose un entretien fleuve avec le réalisateur chilien exilé en France, agrémenté de plusieurs études, six mois à peine après un numéro spécial des Cahiers du Cinéma déja imposant.

Voilà pour Décembre 1983. La suite le mois prochain...

Publié dans Flashback | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : scola, berri, arcady, badham, borowczyk, meyer, ruiz | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

Pour le "faux Bond", je vous invite humblement à vous reporter ici:
http://eightdayzaweek.blogspot.com/2007/11/jamais-plus-jamais.html

Écrit par : mariaque | 02.12.2008

Merci Mariaque pour ce lien vers une note fort éclairante qui m'a rappellé que pour nous, élevés avec Roger Moore, ce Bond-là arrivait un peu comme un cheveu sur la soupe...

Écrit par : Ed | 02.12.2008

Pour nous, élevés à Georges Lazenby, ce film avait sonné comme une délivrance (Roger Moore était surnommé par Métal Hurlant : "l'endive veule"). Ceci étant, assez d'accord avec ce qui est dit au dessus, je précise que j'ai plus été marqué par la poitrine de Fiona Gélin que par celle d'Agnès Soral, et que "Get Crazy" est un excellent souvenir avec un Malcolm McDowell bien comme il faut.

Écrit par : Vincent | 02.12.2008

J'aime bien ces petites évocations nostalgiques. A vrai dire, je n'ai plus beaucoup de souvenirs du "Bal" mais je n'ai jamais trop accroché au cinéma de Scola.
Arcady : le silence s'impose...
"Tchao pantin" : pas revu depuis très, très longtemps. Aimé à l'époque (début des années 90) mais pas certain d'accrocher au "réalisme" glauque et 80' du film.
Que reste-t-il à sauver? "Megavixiens", bien sûr, bande dessinée tordante, menée à un train d'enfer et qui ne recule jamais devant le mauvais goût (dis-moi si je me trompe mais c'est bien dans celui-ci qu'apparaît Hitler?). Vive Russ Meyer!

Écrit par : Dr Orlof | 02.12.2008

Hitler oui et un viol interminable qui finit par être authentiquement burlesque (autant dire de l'hyper bad taste)...

Écrit par : mariaque | 03.12.2008

Merci Mariaque d'avoir répondu à la question du Doc, à laquelle je n'avais pas de réponse, étant donné que je n'ai jamais vu "Megavixens". De Russ Meyer, il me semble n'être tombé que sur "Faster Pussycat...", il y a longtemps. Pas vraiment ma tasse de thé que ce cinéma-là.

Écrit par : Ed | 03.12.2008

Bonjour Ed, votre papa a beaucoup de goût. Le bal est un film superbe qui mériterait une nouvelle sortie en salle. C'est un film tout public qui ne peut que plaire. La compagnie du théâtre du Campagnol avaient des acteurs de talent, Penchenat en tête. Bonne journée.

Écrit par : dasola | 03.12.2008

Merci Dasola. Je ne me souvenais pas que les rôles étaient tenu par les membres d'une troupe de théâtre. Ce n'est qu'en recherchant une photo de l'affiche pour ma note que je l'ai réalisé.

Écrit par : Ed | 03.12.2008

Hello, sympa le post, c'est vrai qu'on a eu de bonne chose. J'étais aussi fan des terrence hill et bud spencer, et évidemment tchao pantin reste un film culte.
Merci pour ce petit revival.

Écrit par : louer voiture gare lyon | 05.12.2010

Les commentaires sont fermés.