Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11.01.2010

Close-up

(Abbas Kiarostami / Iran / 1990)

■■■□

closeup4.jpgEn 1990, sortait dans les salles françaises Où est la maison de mon ami ?, révélant ainsi aux spectateurs le nom d'Abbas Kiarostami. Ce que l'on ne pouvait savoir à l'époque, c'est que ce film clôturait un cycle plutôt qu'il n'en entamait un. Revoir aujourd'hui Close-up (Nema-ye Nazdik), l'opus suivant du cinéaste iranien, permet en effet de réaliser à quel point celui-ci donne au frottement entre documentaire et fiction une étonnante dimension réflexive. Ce questionnement, inauguré ici brillamment, bien que, peut-être, un peu trop ostensiblement, Kiarostami va par la suite l'affiner et le fondre idéalement dans des récits à la fois distanciés et bouleversants, au cours d'une décennie prodigieuse le menant de Et la vie continue... à Ten.

Si Close-upn'est pas dépourvu d'émotion, notamment dans ses fameuses dix dernières minutes, celle-ci a toutefois tendance à s'effacer derrière le jeu intellectuel proposé autour du réel et des images. Le prétexte en est donc ce petit fait divers, cette affabulation du dénommé Hossain Sabzian, qui abusa de la crédulité d'une famille de Téhéran en se faisant passer pour le célèbre cinéaste iranien Mohsen Makhmalbaf. L'homme est difficile à cerner. D'une douceur extrême, en proie à des difficultés familiales et professionnelles, il ne donne pour explication à son comportement répréhensible que son amour immodéré du cinéma et sa reconnaissance infinie pour ceux qui le font et qui parviennent à projetter sur l'écran toute sa souffrance (il utilise l'expression plusieurs fois, notamment en réponse à la question que lui pose Kiarostami sur ce qu'il attend de ce film en train de se faire). Les propos tenus lors des entretiens, des reconstitutions ou du procès, dévoilent des pensées éminemment complexes. A la folle envie de Sabzian d'être le réalisateur Makhmalbaf, répond presque, chez les victimes de sa tromperie, celle d'y croire malgré tous les troublants indices qui s'accumulent. Close-up, en tentant de comprendre encore et encore les raisons d'un comportement pénètre très profondément dans la psychologie (et, par la même occasion, incidemment dirait-on, fait aussi remonter la question sociale par l'évocation du chômage et de la pauvreté). Le regard de Kiarostami est perçant.

Du point de vue purement cinématographique, le film est aussi, en quelque sorte, une "école du regard". On entend, à l'entame du procès de Sabzian, Abbas Kiarostami expliquer à l'accusé comment celui-ci va filmer son déroulement, explications des termes techniques à l'appui, le premier d'entre eux étant bien sûr le gros-plan, le close-up. Mais il faut, avant d'aller plus loin, revenir sur l'étonnante construction du récit. Le film débute par le trajet en taxi d'un journaliste jusqu'à la maison de la famille Ahankhah. La circulation aidant, la vie bruisse tout autour de la voiture et, à l'intérieur, seul le montage et les changements d'axe de la caméra trahissent la fiction (ou la reformulation d'une réalité). Comme Kiarostami nous laisse sur le pas de la demeure, dans la rue, nous ne voyons rien de l'arrestation de Sabzian sur les lieux de son "forfait", sinon son départ pour le commissariat. Passé le générique, qui ne survient qu'au bout d'un quart d'heure, nous assistons à la première rencontre entre Kiarostami et Sabzian emprisonné. Elle est filmée de derrière une vitre et un magnifique zoom vient ponctuer l'émotion que provoque des propos douloureux. Vient ensuite le temps du procès, enregistrement documentaire entrecoupé de quelques scènes reconstituées retraçant les événements passés. L'arrestation de Sabzian est ainsi remise en scène, cette fois-ci en nous plaçant dans la maison, offrant donc à notre regard ce qui, au début, était relégué hors-champ (au cours de la séquence s'organise d'ailleurs une magnifique chorégraphie policière).

On le voit, jusqu'à un épilogue dans lequel sont utilisées les techniques du reportage d'investigation (téléobjectif, micro HF, camionnette), Close-upne cesse de tourner autour du réel. Sa force repose sur le fait que Kiarostami ne cherche pas à nous tromper (il n'empêche pas l'intrusion des perches des micros et laisse même un clap à l'image) mais parvient cependant à laisser circuler un certain doute. A cela s'ajoute l'impressionnant empilement des niveaux de lecture que permet cette mise en abyme, Kiarostami offrant la possibilité à un homme se rêvant cinéaste ou acteur, de rejouer devant la caméra la supercherie qu'il avait imaginé. En découle une délicieuse impression de vertige de représentation et le plaisir de savourer des petits moments grisants, essentiellement lors des échanges portant sur le fait de jouer son propre rôle ou sur l'œuvre passée de Kiarostami. Souffrance et sourire en coin, donc. Tristesse et légèreté. Close-upest décidément le noyau dur du cinéma d'Abbas Kiarostami.

(Chronique dvd pour Kinok)

Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : kiarostami, iran, documentaire, 90s | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

C'est une bien jolie note que tu nous as pondue, là :-]

On pourrait aussi dire que la problématique posée est : comment rejouer (dans un récit) ce qui a déjà été joué (dans la réalité) ?

Il y a ainsi deux niveaux de jeu qui se combinent : jouer celui qu'on n'est pas (Sabzian/Makhmalbaf), et rejouer - devant la caméra - l'imposture (son double personnage). Croisement constant entre la duperie avérée (par le procès), le décalage de classes (entre l'usurpateur et la famille aisée, mais très crédule) et l'effacement des artifices manifestes du cinéma ; notammant, dans la reconstitution des faits (la dernière séquence).

Peut-être le seul Kiarostami que je peux revoir avec toujours autant de plaisir : pas de redondances, pas de dispositif ostentatoire (Ten, Ten on ten, Five), pas de "vouloir-dire" appuyé (les films des années 1990...).

Assurément un grand film. A voir absolument !

Écrit par : Père Delauche | 13.01.2010

Oui, Père Delauche, ces différents niveaux de jeu, c'est assez stupéfiant (et il faut voir les petits sourires qu'esquisse Sabzian chaque fois que Kiarostami l'interroge à ce propos, sur le fait de jouer son propre rôle par exemple).

Entièrement d'accord avec tes remarques, donc, mais je ne te suis plus trop au-delà de Close-up. C'est un grand film mais je n'en fais pas mon Kiarostami favori car il reste avant tout, un jeu intellectuel, et sa construction est vraiment très étrange. Ce qui me fait préférer Et la vie continue et Au travers des oliviers (la force de Ten est à chercher ailleurs), c'est, en plus de l'émotion plus intense qui s'en dégage, peut-être une plus grande "séduction" de l'image (et j'ai l'impression, en y réfléchissant à cette occasion, que nos divergences cinématographiques pourraient sans doute s'expliquer, en partie, en creusant autour de cette notion... :)).

Écrit par : Ed | 14.01.2010

Les commentaires sont fermés.