Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09.02.2012

L.A. Confidential

laconfidential1.jpg

****

Adaptation, saluée par l'écrivain lui-même, du roman de James Ellroy, L.A. Confidential se distingue logiquement par sa richesse thématique, par la largeur de sa palette de caractères, par son ampleur romanesque. Qualités d'écriture, donc, relayées par l'excellence des interprètes qui imposent tous avec assurance leur personnage respectif (Russell Crowe, Kevin Spacey, Guy Pearce, Kim Basinger, Danny DeVito, James Cromwell, David Strathairn). Presque désordonnée au départ, l'œuvre est habilement polyphonique et éclatée avant de tendre, au fil des disparitions et des révélations, vers un seul point de convergence.

L'univers décrit est celui du Los Angeles des années cinquante, gangréné par la corruption et la violence. Rarement aura été montrée aussi clairement la connivence existant entre les sphères mafieuses, politiques, policières, journalistiques et artistiques (hollywoodiennes) de l'époque. Si le film est bien centré sur l'activité de trois inspecteurs de police, il fait se croiser en tous lieux les représentants de ces différents corps. Il signale même que tous appartiennent finalement à au moins deux de ces groupes, en toute conscience ou pas (par les méthodes qu'ils utilisent, empruntées à d'autres) et que la plupart de leurs actions ont le même moteur, la vengeance. Ainsi se dessine un cercle vicieux.

Cette société est d'autant plus mal en point qu'elle est totalement refermée sur elle-même. Un ailleurs possible n'est évoqué que par le couple romanesque qui va se former au cours du récit et les deux personnages qui le composent seront les seuls à parvenir à s'extraire de ce cercle. Dans l'autre sens, un bloquage se fait aussi : les truands qui souhaitent tenter leur chance à L.A. sont stoppés dès les portes de la ville, dans ce motel qui semble à l'écart, juste au bord. Une sorte de consanguinité caractérise donc cette société et le mal s'y retrouve partout. Personne ne peut racheter l'autre : si par exemple un flic se distingue de ses collègues en refusant les pots-de-vin, c'est qu'il agit ainsi, avant tout, par calcul carriériste.

Toutefois, on observe dans le dernier mouvement du film une fâcheuse bascule qui fait de L.A. Confidential "seulement" un film soigné et solide. Une triple prise de conscience souffre de se faire exactement au même moment alors qu'elle n'a, jusque là, pas du tout suivi le même chemin. Puis le rapprochement soudain, provoqué par les circonstances, de deux personnages se détestant (peu) cordialement transforme quasiment le film en buddy movie. La distinction entre bons et mauvais flics, au final, devient possible et avec la quête des bons, la transgression de la loi est rendue acceptable, elle est même "souhaitée" par le spectateur.

Au-delà de ces seules dernières minutes, L.A.Confidential, si sombre soit-il paraît tout de même un peu lisse, ne libérant pas de véritable terreur. Par ailleurs, si la distribution de Kim Basinger en sosie affirmé de Veronika Lake est une bonne idée, la dimension "méta-filmique" n'est pas poussée bien loin (elle se limite quasiment à la projection privée de quelques œuvres de l'époque). La mise en scène est classique, efficace (elle l'est trop dans les scènes d'action, la musique de Jerry Goldsmith se faisant de surcroît peu subtile). Il est cependant arrivé un moment où je me suis senti complètement paumé. Mais sur la fin, un long monologue explicatif se charge de remettre sur les rails ceux qui ont été largués. Ce qui me fait dire que Curtis Hanson n'a pas su choisir et a donc partiellement échoué à nous donner le vertige comme à nous faire clairement comprendre les choses par sa seule mise en scène.

 

laconfidential.jpgL.A. CONFIDENTIAL

de Curtis Hanson

(Etats-Unis / 138 min / 1997)

Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : hanson, etats-unis, polar, 90s | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

Un peu sévère quand même, non ? Les bouquins d'Ellroy ne sont pas faciles à adapter vu leur densité et la taille des pavés mais j'avais trouvé qu'Hanson avait réussi à couper dans l'intrigue sans trop la diluer, ni perdre en compréhension. Et surtout le casting est très solide.

Là où De Palma s'est complètement foiré avec l'immonde Dahlia Noir.

Écrit par : Nos meilleurs films | 21.02.2012

Mesuré plutôt que sévère, me semble-t-il (j'ai d'ailleurs abusé dans mon texte, pour avancer mes réserves, des "un peu', "quasiment" et autres "partiellement").
En revanche, moi qui suis loin d'être DePalmophile, j'aime "Le Dahlia noir" et je le préfère au film de Hanson.

Écrit par : Edouard | 22.02.2012

Edouard, je suis totalement d'accord avec vous sur LA Confidential, qui est tout de même un vrai bon moment de cinéma ! Cadré, découpé et interprété avec un vrai talent. Par contre sur Le Dahlia noir, je suis de l'avis de "Nos meilleurs films" ; moi qui attendait une oeuvre plus axée sur l'enquête policière, j'y ai vu un spectacle outrancier presque cheap (les flash-backs avec Elizabeth Short) avec au moins une erreur de casting manifeste (Josh Hatnett). Et je suis plutôt assez DePalmophile.

Écrit par : Raphaël | 23.02.2012

Les commentaires sont fermés.