Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16.05.2013

Champ contre champ

Pour tenter de rassurer sa principale collaboratrice qui s'inquiète du potentiel de scandale se nichant dans certaines réflexions d'Hannah Arendt sur les conseils juifs, le patron du New Yorker, s'apprêtant à publier le travail de la philosophe sur le procès Eichmann, dit : "Mais cela ne représente que dix pages sur trois cents !" Et Margarethe von Trotta de réduire ces dix pages à quatre ou cinq lignes et de passer une heure sur leur retentissement...

von Trotta,Allemagne,Histoire,2010s

A partir de mots pesés pour provoquer et ayant donné lieu finalement à des interprétations multiples, dont certaines, certes pas les moins nombreuses, furent excessives et erronées, la cinéaste ne construit son récit, platement pédagogique, que sur un principe d'opposition, sans ambiguïté ni doute. D'un côté, Arendt et ses courageux défenseurs. De l'autre, ceux qui l'attaquent depuis son propre camp, les Juifs bornés qui ne comprennent rien. Entre les deux, rien ni personne.

Pour faire sentir la force d'une opposition au spectateur lambda, qui demande à être informé et ému mais pas plus, il n'est rien de mieux que le bon vieux champ-contrechamp.

Un champ-contrechamp, cela peut servir à situer. Dans Hannah Arendt, le procédé sert surtout à nous assigner une place, à nous dire où l'on doit se tenir. Ainsi, nous sommes forcément à côté de Mary, l'amie d'Hannah, lorsqu'elle rabat le caquet des intellectuels de salon dénigrant Arendt. Von Trotta dispose de part et d'autre regards mauvais de la meute et posture féminine fière. La victoire verbale de la femme libre ne tarde pas, et peu importe que les arguments soient aussi bassement personnels des deux côtés. Pour que cette scène soit parfaite, il aurait fallu sans doute la ponctuer d'un coup de pied entre les jambes du salaud.

Un champ-contrechamp, cela peut servir à montrer quelqu'un en train de réfléchir à l'objet de son étude. Dans Hannah Arendt, la représentation du procès Eichmann, ce sont les images du nazi dans sa cage de verre diffusées sur un moniteur et la philosophe assise en salle de presse qui réagit à ces images. Elle y réagit discrètement. Enfin, discrètement... Il faut quand même que l'on comprenne bien ce qui lui passe par la tête à ces moments-là. On lit donc sur son visage, successivement (et musique à l'appui), la désapprobation devant une faible attaque du procureur, l'intensité de la réflexion naissante à partir d'une réponse déterminante de l'accusé, le sourire ironique face à une défense aberrante de celui-ci...

Un champ-contrechamp, cela peut servir à émouvoir. Dans Hannah Arendt, le grand final a lieu dans un petit amphithéâtre. Arendt y brise enfin le silence qu'elle s'est imposé jusque là, dans la tempête provoquée par la publication de son texte. Ce sont ses premières paroles publiques, sa première défense. Elle se tient, pugnace, sur l'estrade. Face à elle, se trouvent ses étudiants, jeunes, beaux, silencieux, pénétrés. Est-ce vraiment nécessaire de les convaincre ? On en doute. Dès les premières secondes de la scène, on sait comment elle va finir : tous vont applaudir vivement et seuls les fâcheux, les vieux universitaires qui ont voulu mettre leur brillante collègue à la porte quelques minutes avant, vont quitter piteusement la salle.

von Trotta,Allemagne,Histoire,2010s

L'usage simpliste du champ-contrechamp est souvent pointé comme preuve d'académisme ou d'absence de mise en scène. C'est une sorte de cliché critique. Et c'est donc, souvent, une vérité. Que cet usage ait, dans Hannah Arendt, des buts variés ne change rien à l'affaire. Il est un signe, parmi d'autres, de la médiocrité stylistique et narrative d'un banal film de vulgarisation historique, un de plus.

Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : von trotta, allemagne, histoire, 2010s | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

Bonjour Ed, je te trouve très dur sur ce film en champ / contrechamp. Je ne suis pas assez technicienne de cinéma pour que cela m'ait frappée. Toujours est-il que je ne suis pas d'accord quand tu écris que le film est médiocre et banal. Rien que pour les images d'archives d'Eichmann en gros plan, le film vaut la peine d'être vu et puis Barbara Sukowa est vraiment très bien. Bonne fin d'après-midi.

Écrit par : dasola | 24.05.2013

Bonjour Dasola (je réponds un peu tard, désolé).
Cette histoire de "champ-contrechamp", c'est juste un détail, que l'on peut très bien ne pas prendre en compte, qui n'est même pas, sans doute, la figure principale du film. Mais de mon côté, je l'ai pris comme symptome de la médiocrité du film.
Pour ce qui est des images d'Eichmann, il y a un précédent cinématographique, que tu connais peut-être, dasola : "Un spécialiste" d'Eyal Sivan et Rony Brauman. Un essai documentaire mille fois plus passionnant que le film de von Trotta. Bien que je ne l'ai pas revu depuis sa sortie en 1999, au cours de la projection son souvenir n'a cessé de me revenir et de recouvrir cet "Hannah Arendt".
Il en est question par exemple sur ce blog :
http://smorgasm.blogspot.fr/2011/07/un-specialiste-portrait-dun-criminel.html

Écrit par : Edouard | 27.05.2013

êtes-vous allé voir le nouveau film de Refn, Only god forgives?

Écrit par : Powell | 29.05.2013

Non, toujours pas. Bientôt peut-être.

Écrit par : Edouard | 30.05.2013

Les commentaires sont fermés.