Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Joker (Todd Phillips, 2019)

***
Film qui déjoue constamment les attentes, qui décrit patiemment ce qui se joue avant l'explosion et qui se tient très bien en équilibre sur une corde difficile, celle du malaise. Malaise du personnage et des situations qu'il provoque, étant toujours à contretemps. L'œuvre est évidemment politique mais porte également sur l'art, le spectacle, l'image... Ce qui est étonnant, c'est la façon dont Phillips a réussi à mêler les ingrédients en restant cohérent, sans simplifier ni verser dans le spectaculaire vain. Finalement, son film raccorde moins avec l'univers de Batman qu'avec le cinéma new-yorkais violent des années 70-80, sans pour autant se laisser dépasser par ses références. Phoenix est bien sûr au top et j'ai mis 2 heures à reconnaître De Niro. 

Commentaires

  • Quand tu dis que tu as mis 2h à reconnaître de Niro c'est parce qu'il n'est plus que l'ombre de lui-même ?

  • Ce n'est aucunement une formule, c'est la vérité. Mais ceci explique aussi sans doute cela...

  • Nous sommes d'accord. Même pas il cachetonne, il est juste "absent". C'est affreux !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel