Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11.01.2009

Êtes-vous Vardaphile ?

cleode5a7.jpgDepuis la fin de l'année dernière, que ce soit au cinéma ou dans les lecteurs dvd, le couple Varda-Demy est à la fête. Saisissons donc l'occasion pour faire un bref survol de leur carrière respective, en commençant par Madame.

Agnès Varda a le goût du coq-à-l'âne. Cela se ressent à l'intérieur de chaque film mais aussi d'une oeuvre à l'autre, avec les déceptions que cela peut induire. J'étais ainsi complètement passé à côté du Bonheur, incapable de comprendre les choix esthétiques de la cinéaste. Mais le premier que j'ai vu d'elle doit être Sans toit ni loi. J'ai le souvenir, peut-être faussé, d'un film froid et sec, à l'image du climat qui enserre ses dernières séquences.

Ses fictions commémoratives (Les cent et une nuits), ses portraits (Jane B par Agnès V) et ses hommages à Demy (à l'exception du très beau et plus "reserré" Jacquot de Nantes) ont le charme et les limites du bricolage amusé. Mes réticences face aux récentes Plages d'Agnès viennent de là, accentuées par l'impression de redîte (il faut dire aussi qu'Agnès Varda est devenue, passé l'échec des Cent et une nuits, intouchable, le moindre de ses travaux prenant inévitablement, dans la presse, des allures de chef-d'oeuvre de sensibilité et d'invention).

Les documentaires où elle part à la rencontre des autres, ne laissant passer sa propre biographie que par les interstices, sont en revanche bouleversants et donnent de passionnantes photographies de la société (Daguerréotypes, les deux Glaneurs, Noirmoutier).

Reste Cléo, celle qui fait oublier tous les autres. Je pourrai refaire le trajet indéfiniment aux côtés de Corinne Marchand dans ce film à la musicalité extraordinaire, dans ce Paris si vivant, capté sur le vif ou balayé de merveilleux travellings. Oeuvre à la fois inquiète et joyeuse, Cléo de 5 à 7 est la plus belle ode à la déambulation et à la rencontre amoureuse que je connaisse.

Mes préférences, donc :

**** : Cléo de 5 à 7 (1961)

*** : Daguerréotypes (1975), L'une chante l'autre pas (1977), Jacquot de Nantes (1991), Les glaneurs et la glaneuse (2000), Deux ans après (2002), Quelques veuves de Noirmoutier (2006)

** : Murs murs (1981), Sans toit ni loi (1985), Jane B par Agnès V (1987), Les demoiselles ont eu 25 ans (1993), Les cent et une nuits (1994), L'univers de Jacques Demy (1995) et quelques courts-métrages (Oncle Yanco, 1967, Lesdites Cariatides, 1984)

* : Le bonheur (1964), Les plages d'Agnès (2008)

o :

Pas vu : La pointe courte (1956), Les créatures (1966), Lion's love (1970), Documenteur (1981), Kung-fu master (1987)

N'hésitez-pas à faire partager les vôtres...

Publié dans Cinéaste | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : varda | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

Plutôt Vardaphile même s'il m'arrive de passer à côté de certains de ses films (comme toi, je n'ai pas aimé "Le bonheur" mais la flamme de Julien aurait tendance à me pousser à le revoir).

On commence, comme toi, par un 4 étoiles pour

**** : Cléo de 5 à 7

*** : Jacquot de Nantes, L'univers de Jacques Demy, Les demoiselles ont eu 25 ans, Les plages d'Agnès, Sans toi ni loi, Les cent et une nuits.

** : Jane B par Agnès V, l'une chante, l'autre pas (je n'en ai plus aucun souvenir), Mur, murs (idem), Daguerréotypes (qui m'avait semblé assez déprimant)

* : -

° : Le bonheur

Écrit par : Dr Orlof | 11.01.2009

Je m'en rends compte que j'en ai très peu vu, seulement les "importants" à mon avis (Les Glaneurs, Sans toit ni loi et Cléo de 5 à 7), peut-être les seuls qui transcendent leurs arguments de départ. Dans ces trois films, j'y vois à chaque fois un portrait de la France à une époque.

Sinon, L'une chante... c'est sympathique, mais justement trop marqué par les discours de son époque (alors que les trois autres films cités plus haut parlaient de l'époque, mais par la bande, de manière oblique, ce qui les empêche de paraître "datés").

Pas trop aimé son expo à la Fondation Cartier (où j'ai vu les Veuves...), quand même kitsch et pittoresque.

Je ne te conseille pas Kung-fu master où je n'ai jamais été aussi mis mal à l'aise par le regard d'une mère sur l'éveil sentimental de son fils (d'autant plus que je dois avoir à peu près le même âge que Matthieu D.).

Sinon, je verrai bien Daguerréotypes et Le Bonheur un jour...

Écrit par : Joachim | 13.01.2009

Vardaphile ! Et comment !

Personne n'a vu ses court-métrages également ? Dont les succulents châteaux de la Loire ? Si je vous dit qu'une commande lui a été passée à l'époque par l'office du tourisme, vous soupirez et baillez légèrement ? Et bien c'est un régal. Moins bon le court-docu sur les black panthers (quoique) et sa rencontre avec son oncle en Amérique (Yago), mais toujours aussi passionnants et inspirés. Et son ode au féminisme, pas vu non plus ? Filez sur Youtube et tapez : Varda réponses de femme...

Que dire du Bonheur que je n'ai déjà dit ? C'est un film parfait, qui dit par les couleurs et la légèreté de son acteur principal (et par son titre) tout le contraire de ce qu'il dépeint. Et, pour l'époque, ce film amoral n'est pas passé inaperçu. Il fait partie, selon-moi, de l'un des films les plus mésestimés de l'histoire du cinéma français.

Cléo de 5 à 7 ? Evidemment !

Les créatures (avec Piccoli) ? Original (comme toujours) et un peu confus. Mais à voir !

Sans toit ni loi ? Dur ce film, pas très attrayant. J'avoue que ce n'est pas mon préféré même si, encore une fois, l'auteur réussit tous ses effets.

Et les superbes Glaneurs ? Rhââ, quelle vision généreuse du monde, quel regard, quelle curiosité. Je le place en bonne position lui aussi.

4* : LE BONHEUR, Cléo de 5 à 7, les glaneurs et la glaneuse, Ô saisons ô châteaux.

3* : Jacquot de Nantes, Les plages d'Agnès.

2* : les créatures, sans toit ni loi.

Écrit par : Julien | 14.01.2009

"de l'histoire du cinéma français"

Écrit par : Julien | 14.01.2009

Comme Joachim, j'en ai vu très peu. Ce que j'ai vu m'a plutôt emballé mais je manque d'éléments pour me déclarer plus ou moins vardaphile.
Donc : "Cléo...", "Les glaneurs..." oui oui oui
"Les demoiselles ont eu 25 ans", plutôt oui
"La pointe courte", vu il y a une quinzaine d'années, film assez étrange, un peu longuet mais une belle atmosphère avec le jeune Noiret et Sylvia Monfort. Plutôt oui aussi.
C'est tout.

Écrit par : Vincent | 14.01.2009

Merci à tous les quatre.
C'est la première fois que j'entends quelqu'un émettre des réserves sur l'expo Varda. Comme pour les derniers films, on a lu dans la presse uniquement des articles enthousiastes.
Pour "Kung-fu master", le hasard a fait que j'ai relu des choses dessus par le biais du film de Bercot, "Clément", vu l'autre jour. Pas forcément très envie de le découvrir. Comme le doc, je retenterai plutôt "Le Bonheur" à la place.
Dans les différents extraits placés dans "Les plages d'Agnès", ceux des "Créatures" donnent l'impression d'un film assez bizarre, en revanche, ceux de "La pointe courte" sont plutôt attrayants.

Écrit par : Ed | 15.01.2009

Pour ma part, c'est "Lion's love" que j'ai très envie de découvrir (pour Diva!)

Écrit par : Dr Orlof | 15.01.2009

Cela ne m'étonne pas, doc...
L'extrait que l'on voit dans "Les plages d'Agnès" ressemble beaucoup à "Heat" de Morrissey.

Écrit par : Ed | 15.01.2009

Oui, très.

**** : Le bonheur (eh oui!), Cléo
*** : Les glaneurs et la glaneuse, Sans toit ni loi, L'univers de Jacques Demy, Jacquot de Nantes, Les demoiselles ont eu 25 ans, Les plages d'Agnès
** : La pointe courte, L'une chante l'autre pas

Vivement le "Êtes vous demyphile?"^^

Écrit par : Anna | 16.01.2009

Merci Anna pour cet autre point de vue.
Pour Demy, j'attends juste que le Dr Orlof ait terminé ses chroniques dvd sur son blog...

Écrit par : Ed | 16.01.2009

Un intervenant sur le site d'Orlof, un autre ici : le Bonheur vous aurait-il échappé à tous deux ? Je plaisante, mais j'aimerais lire votre critique au revisionnage... je suis curieux.

Écrit par : Julien | 16.01.2009

Les commentaires sont fermés.