Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01.09.2010

Le bruit des glaçons

(Bertrand Blier / France / 2010)

□□□□ 

bruitglacons.jpgLe grand retour de Blier ? Mon cul, oui !

Il est cramé le mec... Le ressort est pété, rouillé, émietté. Depuis longtemps d'ailleurs. Depuis Un, Deux, Trois, Soleil, minimum. Ça fait près de 20 ans ! C'est foutu maintenant... Le moteur tourne à vide, il ne produit plus rien : là l'intro qui fait mouche pour faciliter le travail des journalistes ciné ("Je suis votre cancer" repris partout), là la mort qui rôde, là le flash-back poreux, là la scène-d'amour-qui-dérange-mais-qui-en-fait-est-très-pure, là, là, là, là et là aussi, les apostrophes lancées à la caméra. Cinéma de photocopieuse (et une photocopie de photocopie cela dégrade fortement la qualité), celle qui est à côté de la machine à café, là où l'on entend les meilleures vannes des collègues ("Ça colle au cul un cancer !"). On avait la petite musique stridante de Blier, il ne nous reste plus que son bon gros théâtre de l'absurde. Quatre acteurs (ou un peu plus à l'occasion) entre quatre clôtures d'une belle villa pour une histoire qui avance si peu. Une histoire qui avance si mal. A coups de coups de théâtre et d'idées purement littéraires. Attends, mais c'est quoi ce dénouement à la con ? Une trouvaille de scénariste tombant du ciel et que rien ne peut justifier dans tout ce qui précède (elle est passée où, tout à coup, l'omniscience du Cancer ?). Ou alors on n'a qu'à dire que le fameux style Blier, son fantôme plutôt, impose par sa distanciation qu'on lui passe tout : l'anonymat esthétique, la grossièreté des blagues, l'aléatoire des apparitions (Dupontel : Vous me voyez, Vous ne me voyez pas, Vous me voyez, Vous ne me voyez pas...). Et puis franchement, passer 90 minutes avec un poivraud... Rien de plus soûlant qu'un alcoolo. Un alcoolo ça finit toujours par plomber l'ambiance. Un alcoolo ça se casse la gueule dans l'escalier mais ça ne fait pas rire, ça se fait juste mal à la jambe. Toute façon, Dujardin n'a pas la carrure. Et Dupontel l'a trop. Lui je ne l'aime pas. Putain Bertrand... Dupontel et Dujardin... L'acteur de Jean Becker et celui de James Huth ! Kervern et Delépine ont pas voulu te rendre Depardieu ou quoi ?

Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : blier, france, comédie, 2010s | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

Dans mes bras mon ami !

Écrit par : FredMJG/Frederique | 01.09.2010

Par contre évite de me recauser de Duponpon chez Becker, ça me donne envie de me gratter jusqu'au sang et après, faudra que je boive pour oublier mes souffrances ^^

Écrit par : FredMJG/Frederique | 01.09.2010

Je ne connais pas bien le cinéma de Blier (vu que Les valseuses) donc je ne peux pas comparer avec le passé.
En revanche, j'ai assez aimé ce film-ci (mon deuxième Blier, donc). Bien entendu, le film est un peu bancal, mais je trouve qu'il arrive à donner à l'ensemble à la fois de la gravité et de la légèreté. Pas déçu, donc !

Écrit par : Yohan | 01.09.2010

Tout ceci ne m'étonne pas vraiment (pas votre réaction, l'état du cinéma de Blier)

Écrit par : mariaque | 01.09.2010

Je ne serai pas aussi sévère car, malgré des lourdeurs énormes, je trouve que les acteurs sont plutôt bons et qu'il y a quelques moments plutôt drôles. Par contre, c'est vrai que ça fait bien longtemps que Blier n'est plus ce qu'il était et que ce film est loin de me faire changer d'avis là-dessus.

Écrit par : Ran | 01.09.2010

Pour moi, c'est le meilleur Blier que j'ai vu depuis longtemps même si je suis d'accord avec certaines de tes critiques (le côté très théâtral, une "happy-end" factice et ratée, un Dujardin pas convaincant...). Mais je trouve que malgré ce côté très "écrit", Blier parvient à faire du cinéma : le montage est quand même très inventif (ces ellipses foudroyantes, ces coq-à-l'âne inimitables...), la mise en scène constamment surprenante (quelques très beaux renversements d'axes, des coupes franches assez étonnantes...) et il y a surtout une certaine tendresse qui m'a véritablement ému et qui m'a rappelé de bons anciens films de Blier comme "Préparez vos mouchoirs" ou "Beau-père"...

Écrit par : Dr Orlof | 01.09.2010

Fred : T'avais vu le Becker ? On t'avait forcé ?

Yohan : Je ne peux que vous conseiller de vous pencher sur les trois meilleurs films de Blier que sont Buffet froid, Tenue de soirée et Trop belle pour toi. Vous devriez voir une différence avec celui-ci...

Mariaque : Hélas ! Pourtant, j'y allais avec un certain espoir (les bonhommes de Télérama et... du Dr Orlof avaient l'air content...).

Ran : La sévérité du ton dans cette note est légèrement (et volontairement) appuyée... :)
Mais, pour ma part, je n'ai presque jamais souri de tout le film.

Dr Orlof : Pas de rires et pas d'émotion particulière non plus. Quelques trucs passent à la rigueur grâce à Anne Alvaro...

Écrit par : Ed | 02.09.2010

Même pas !
Ce fut un moment d'égarement...

Écrit par : FredMJG/Frederique | 02.09.2010

J'ai failli le voir hier soir. Apparemment j'ai bien fait de me raviser :)

Écrit par : Wilyrah | 02.09.2010

Bonjour Ed, pas vu ce Blier. J'hésite beaucoup. Le sujet me passsionne. Pour moi, Blier: c'est dans l'ordre et pour longtemps: Buffet froid (chef d'oeuvre), Beau-père, Tenue de soirée (la première partie) et La femme de mon pote (descendu par la critique et par le public mais que j'avais beaucoup aimé). Depuis, je n'accroche plus du tout. Le dernier que j'ai vu, c'est "Les acteurs": épouvantable, j'avais détesté. Bonne journée.

Écrit par : dasola | 03.09.2010

Je suis en grande partie d'accord avec toi. Ce dernier Blier ne m'a pas convaincu, j'ai trouvé qu'il s'auto-parodiait et qu'il déclinait toujours les mêmes thèmes et les mêmes tics de réalisation. Je n'ai pas été ému par les personnages, seules les actrices m'ont convaincues.

Écrit par : neil | 13.09.2010

Je pense moi aussi, Neil, que les actrices font sans doute l'unique intérêt du film...

Écrit par : Ed | 14.09.2010

Les commentaires sont fermés.