Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31.08.2010

Tant qu'il y aura des hommes

(Fred Zinnemann / Etats-Unis / 1953)

■■■□

tantquilyauradeshommes.jpgLa cause semble entendue. Le message étant martelé depuis des décennies, le moindre cinéphile le sait, parfois même sans l'avoir vu : Tant qu'il y aura des hommes (From here to eternity) (et par extension l'œuvre entière de Zinnemann...) est un film de prestige académique au vieillissement prématuré, rempli de fausses audaces, à peine sauvé par quelques éclairs et des numéros d'acteurs.

Personnellement, je le trouve assez beau.

La forme est classique, tantôt discrète, tantôt appuyée. Ce balancement a très vite été convoqué pour établir la preuve d'un manque de style propre. Or, on peut tout aussi bien le juger nécessaire à un film construit sur une série de tensions-explosions. De la fameuse scène de baignade amoureuse entre Deborah Kerr et Burt Lancaster, nous apprécions moins les fougueux baisers que la hâte fiévreuse avec laquelle les deux futurs amants ôtent leurs vêtements pour se tenir face-à-face en tenue de bain (Lancaster étant même, à ce moment-là, cadré au niveau du torse seulement), gestes brusques et libérateurs, que les plans de vagues déchaînées surlignent un peu inutilement. Plus loin, la première des trois explosions de violence jalonnant le récit saisit par sa sècheresse et vient rappeler que Zinnemann signa cinq ans auparavant l'un des meilleurs films noirs de l'après-guerre, Acte de violence. L'affrontement dans ce bar, qui reste finalement au stade de la menace de mort, donne à voir une vivacité de réaction des corps impressionnante. Lancaster notamment semble alors être traversé par une tension phénoménale. Dans ce registre de la force intérieure difficilement canalisée, son partenaire Montgomery Clift n'a bien sûr rien à lui envier. Tous les acteurs du film jouent d'ailleurs magnifiquement, y compris Frank Sinatra dans un rôle pourtant basé en partie sur le pittoresque (celui du "Rital"). Zinnemann les dirige avec précision et la qualité du scénario et des dialogues font le reste.

En effet, l'écriture y est remarquable, donnant  l'impression d'un film choral tout en donnant une importance graduée aux différents protagonistes, le principal étant le soldat Prewitt interprété par Clift, dont la destinée éclaire indirectement celle des autres. Cette excellence de l’écriture est perceptible dès le début, les rapports, parfois complexes, s’établissant entre les personnages nous intéressant aussitôt. Cet épisode de la vie d’une caserne américaine du Pacifique, clairement situé dans le temps à la toute fin du récit (juste avant, un panneau de signalisation brièvement aperçu à l’arrière-plan fit office, pour moi, de révélation soudaine), est habilement conté en établissant des parallèles assez souple entre deux couples et entre quelques individualités. L’audace que l’on prêtait à Tant qu’il y aura des hommes à l’époque de sa sortie n’est certes guère décelable aujourd’hui. Tout juste distingue-t-on un possible sous-texte homosexuel, passant à travers les regards et les gestes d’affection de Lancaster à l’attention de Clift. Ce qui intéresse le plus n’est de toute façon pas là. Si audace il y a, elle est plutôt dans la volonté qu’a Zinnemann de proposer au public une histoire ambitieuse, intelligente, complexe. Ainsi, la vision de l’armée évite le manichéisme. Le film n’est pas une charge contre l’institution mais une observation critique de l’intérieur. Le soldat Prewitt, son sergent ou son copain envoyé en camp de redressement, ne sont pas des "hommes contre" (en trouve-t-on beaucoup dans l’armée de métier ?), ce sont juste des individualités assez singulière pour que le spectateur s’y attache et des personnes qui, en cherchant à préserver leur dignité, se retrouvent littéralement coincés dans ce carcan militaire qu'ils ne remettent pas fondamentalement en cause. L’ambiguïté de l’approche peut gêner notre bonne conscience, elle n’en est pas moins crédible et juste. A défaut de génie, Zinnemann fait preuve tout au long de son film d’une réelle sensibilité.

Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : zinnemann, etats-unis, 50s | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

Oui Burt avait l'air d'être bien énervé par Miss Kerr...
En fait, c'est affreux, à chaque fois que je les vois dans les vagues, je songe à la parodie qu'en avait fait les ZAZ avec les algues toussa et je ris...
OK je sors

Écrit par : FredMJG/Frederique | 31.08.2010

Lundi soir, j'ai été pris d'une irrépressible envie de revoir "Le petit baigneur". Pas de regrets, ARTE a diffusé la version française du Zinnemann.
Ceci dit j'ai vu plusieurs fois "From here to eternity" et je partage ton opinion sur le film. Découvert assez jeune, chaque fois que j'ai eu l'occasion de le revoir, je me demandais si il tiendrait le coup et pourtant j'ai toujours marché (même après avoir vu la scène dont Fredérique parle). J'adore Donna Reed et Deborah Kerr, le noir et blanc, la musique et le souffle romanesque de l'ensemble. Côté hommes je trouve Clift extraordinaire, il arrive à faire passer des scènes délicates (l'appel aux morts) avec beaucoup d'intensité. Borgnine m'a toujours terrifié. Lancaster j'ai appris à l'apprécier, au début j'oubliais presque son personnage. Sinatra, disons qu'on voit plus les ficelles.
Ca doit être le film de Zinnemann que je préfère, de ceux que je connais, c'est un réalisateur que j'apprécie peu, comme Wyler, je trouve souvent leur mise en scène trop "voyante" par rapport à leurs sujets. Ici, ça colle bien.

Écrit par : Vincent | 01.09.2010

Fred : Tu peux rester... Il est effectivement impossible maintenant de regarder cette scène sans penser à l'autre (qui est très exagérée : Kerr et Lancaster ne se prennent qu'une vague et encore, elle n'est pas bien forte... :))

Vincent : Achètes-toi un décodeur tnt, tu pourras voir les films diffusés par Arte en VO...
Je n'ai pas évoqué les seconds rôles mais en effet, la qualité de l'interprétation les concerne aussi. Borgnine, malgré le peu de scènes où il intervient, est impressionnant. Sinatra est le plus "typé" mais sa prestation reste agréable.
Je connais peu l'œuvre de Zinnemann mais je crois qu'il y a des choses intéressantes dans les films d'avant la gloire (avant "High noon", que je n'ai pas vu, en tout cas, pas depuis l'adolescence...).

Écrit par : Ed | 01.09.2010

Bonjour Ed, pas revu depuis longtemps mais j'ai surtout le souvenir de Montgomery Clilft et Franck Sinatra et Ernest Borgnine (dans le rôle de "gras double"). Ce sont des films comme on n'en fait plus. Il faut dire que les acteurs de cette trempe, il n'y en a plus non plus. Zinneman est un réalisateur à (re)découvrir. Bonne journée.

Écrit par : dasola | 01.09.2010

Les commentaires sont fermés.