Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06.02.2011

Avatar

cameron,etats-unis,science-fiction,2000s

****

Quand James Cameron fait mentir l'adage : "Mieux vaut Avatar que Jeunet"...

Comme peu d'entre vous l'ont vu, je commence par résumer l'histoire de cet obscur film de SF qu'est Avatarte. Jake Sully est un marine privé de l'usage de ses jambes et traumatisé par la disparition récente de son grand frère. Il décide de le remplacer pour une mission scientifique autour de la planète Pandora. Mais il s'aperçoit vite qu'il est du mauvais côté, celui des salauds. En effet, son employeur est un méchant qui, grâce à l'appui logistique d'une armée de mercenaires, veut exploiter un précieux minerai sur la planète en question. Les gentils indigènes font les frais de cette folie destructrice. Ceux-ci sont très proches de la nature et ressemblent tous au champion de natation Alain Bernard mais en bleu, avec des cheveux longs électriques et une queue au-dessus des fesses. Heureusement pour lui, Jake fait partie d'une équipe soudée de gentils scientifiques qui ne tarde pas à s'opposer aux méchants mercenaires. Il se fait aussi une amie parmi les pilotes d'hélicoptère, ce qui lui sera bien utile lorsqu'il devra s'évader de la base où il a été fait prisonnier. Le truc génial, c'est que pour qu'il entre en contact avec les indigènes bleus, qu'il se fasse accepter par eux et qu'il tombe amoureux de la fille du chef, on lui a créé un avatar, un deuxième corps ressemblant à celui de ses futurs nouveaux amis (c'est émouvant car lorsque son esprit investit son avatar, il se retrouve, lui, l'homme brisé sur son fauteuil roulant, en pleine possession de ses moyens physiques, ce qui lui permet par exemple de tomber d'hélicoptère sans se faire trop mal). A la fin, les méchants mercenaires attaquent avec leurs engins de mort mais les gentils indigènes et les gentils scientifiques s'en sortent grâce à leurs flèches et aux forces de la nature. Jake, qui a quand même perdu deux copines dans l'histoire (mais ses deux copains, eux, terminent en bonne santé) finit par abandonner son corps original pour habiter pour toujours celui de son avatar.

Avatar n'est pas un film, c'est un produit. Un produit destiné au monde entier. Un produit parfaitement lissé, issu d'une brillante maîtrise de la technologie. Ce qui est pris pour un émerveillement cinématographique n'est en fait qu'une suite de petites surprises visuelles et numériques, car pour le reste, nous surfons sur la plus prévisible des vagues écologistes (ah cette relation fusionnelle avec les animaux et les plantes, ces musiques célestes qui élèvent l'âme, ces myriades de couleurs qui glorifient la nature, ces ralentis qui font vibrer le cœur...!), nous nageons dans les pires clichés narratifs (nous savons tout de suite que le personnage de Sigourney Weaver va se révéler attachant, nous savons à quel instant le héros version bleue va tomber de "cheval" lors de son apprentissage, nous savons quelle va être la réaction de sa promise lorsqu'elle réalisera sa duperie, nous savons ce que va faire la "reine mère" quand elle s'approche menacante avec son couteau vers le héros attaché... et tout, absolument tout, est comme ça) et nous nous noyons sans avoir trouvé la planche de salut, celle que l'on nomme mise en scène (la double temporalité du récit n'apporte aucun trouble, traitée qu'elle est sur un mode d'alternance si simpliste qu'il paraît défaillant ; la grande différence de taille entre les humains et les autres ne débouche sur aucune image marquante, Cameron paraissant tétanisé lorsqu'il filme les rares plans mettant les deux espèces dans le même cadre ; la partie centrale, consacrée à la rencontre et à l'acceptation, est d'un ennui total, tandis que la partie guerrière est un mauvais décalque des travaux des aînés, de Lucas à Coppola, et de ceux de Cameron lui-même). Bref, c'est nul.

 

avatar00.jpgAVATAR

de James Cameron

(Etats-Unis / 162 mn / 2009)

Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : cameron, etats-unis, science-fiction, 2000s | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

... aux pêches !
Merci de m'avoir rappelé l'histoire j'avais oublié qu'il y en avait une

Écrit par : FredMJG/Frederique | 06.02.2011

Merci, Ed, je me suis bien amusé, c'est parfait pour me mettre en train ce matin. Et puis je me suis rappelé que je lui avais réglé son compte il y a quelques temps (http://inisfree.hautetfort.com/archive/2010/06/11/avatar-et-coquecigrues.html). Bravo pour l'adage, Avatar inspire, mais pourquoi viens tu si avatar (oups, je sors) :)

Écrit par : Vincent | 07.02.2011

Je n'avais pas trop suivi les débats sur le film et j'ai donc redécouvert avec plaisir ton texte, Vincent.
Avatar c'est l'univers un peu niais du Retour du Jedi (les Ewoks et tout ça...) enrobé de l'esthétique de la seconde trilogie de Lucas.
Je ne suis pas fan de Cameron (je n'avais pas aimé du tout le 2ème Terminator, ni son épisode d'Alien) mais Abyss et surtout Titanic, c'était quand même autrement plus intéressant...

PS : je voulais faire encore plus court pour ma note, mais on se prend vite au jeu du dégommage (qui est, je le conçois, assez facile avec ce film-là).

Écrit par : Edouard | 08.02.2011

oh j'avais raté ce démontage en règle et tellement mérité. Je retiens car nous sommes peu à tacler cette merde. (hum pardon ce médiocre objet du 7ème art).

Écrit par : alexandre mathis | 16.03.2011

Les commentaires sont fermés.