Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02.02.2011

Au-delà

eastwood,etats-unis,mélodrame,2010s

****

La motivation me manquait, la fraîcheur de l'accueil réservé à ce nouvel Eastwood (*), dans la presse et sur le net, m'ayant presque découragé. J'avais tort (et je vais sûrement me retrouver bien seul).

L'introduction d'Au-delà m'a personnellement stupéfait et je suis déjà reconnaissant au cinéaste de m'avoir fait remettre des images sur cet événement inconcevable que fut le tsunami asiatique de 2004, moi qui répugne depuis toujours à regarder les douloureux documents amateurs pris sur le vif des grandes catastrophes de notre temps. Cette reconstitution très localisée (un hôtel, une rue) et pourtant très impressionnante sera en fait le seul moment  qui, par son rythme, sa tension et son ampleur, se rapprochera du genre du thriller fantastique que le titre et l'argument d'Au-delà semblent annoncer. Plusieurs spectateurs ont été déçus de voir le film démarrer si fort pour, selon eux, s'affaisser ensuite. Peut-être attendaient-ils autre chose que ce que leur donne Eastwood : un vrai mélodrame.

Ces premières séquences, traumatisantes, sont en fait le point de départ de la partie "française" du récit, qui en compte deux autres. Or, passée la violence du choc initial, nous constatons rapidement que cette histoire est la moins sombre, la moins dramatique des trois. De l'avis général, c'est également, au-delà du prologue, la plus faible cinématographiquement parlant. Deux ou trois séquences sont effectivement, disons, "limites". Celles des réunions chez l'éditeur, en particulier, heurtent quelque peu l'oreille par le contenu, le rythme et le ton des dialogues en français (**). Mais après tout, alors que, de notre côté, nous goûtons particulièrement les séquences du cours de cuisine italienne, il est fort possible que nos voisins transalpins les perçoivent comme une série de clichés peu supportables. Par ailleurs, Cécile de France est ici plutôt meilleure que chez Miller ou Klapisch.

Surtout, ce segment a son utilité, celle du trépied qui assure une assise plus sûre et qui évite la prévisibilité d'une structure binaire, chose qui a été, par le passé, suffisamment reprochée à Eastwood. Un contrepoint est apporté par cette peinture d'un monde plus superficiel (celui des grands médias), aux personnages ressentant et dégageant des émotions moins directes, moins intenses. C'est une autre voie, une autre façon.

Assurément, les deux autres histoires parallèles sont supérieures. La partie anglaise est d'excellente facture, très émouvante dans sa façon de décrire le lien indémêlable mais rompu brutalement entre deux jeunes jumeaux de la banlieue londonienne. La partie américaine est meilleure encore, scrutant sans pathos la douleur d'un Matt Damon vivant son don, celui de communiquer avec les morts, comme une malédiction. Deux séquences magnifiques de séduction sont au centre de ce récit-là. La simplicité, la franchise et la délicatesse eastwoodiennes font merveille dans ces moments d'intimité (voir la façon dont la caméra se rapproche peu à peu et isole les deux personnages amoureux du reste du groupe qui les entoure).

Si l'on s'affranchit quelque peu de cette vision segmentée d'Au-delà, on trouve plus de subtilité et d'intelligence qu'il n'y paraît lorsque l'on se contente de soupeser les mérites de tel ou tel épisode. La construction repose sur une alternance classique que d'aucuns ont jugés trop attendue. Personnellement, c'est justement l'absence d'effets de manche dans les transitions, la rareté des croisements évidents, autres que thématiques, avant la toute dernière partie, qui me plaisent ici. Le thème, si difficile à manier, de la mondialisation passe d'abord par l'usage pertinent, réaliste, justifié, d'outils comme internet ou le téléphone portable, mais il s'efface bientôt devant l'idée de connexion. Connexion virtuelle puis "spirituelle". Mais celles-ci ne doivent pas faire oublier la nécessité d'une communication plus directe, passant en particulier par le toucher (les gestes de Damon qu'il réitère discètement lorsqu'il visite, à Londres, la maison de Dickens, auteur qu'il admire). Cette conscience donne tout son sens au dénouement.

Je l'ai dit, l'œuvre est mélodramatique. Mais elle vise à apaiser. Elle se déploie avec une tranquilité remarquable, et cela sans asséner de message, les histoires abordées et les rapports décrits étant très différents les uns des autres. Face au deuil, à la mort, à l'après, chacun pense peut-être avoir une réponse ou une explication, mais celles-ci restent personnelles et ne sont pas érigées en règle par Eastwood. Ainsi, son film nous dit l'importance de l'individu au sein du collectif mais aussi celle de la présence aux autres, du toucher, du réel, du concret. Et l'importance de faire son deuil, d'accepter enfin de lâcher ce que l'on ne peut plus tenir entre nos mains.

 

(*) : Accueil parfois aussi mauvais que pour le Somewhere de Sofia Coppola, mais plus "compréhensible", mieux argumenté et plus cohérent par rapport aux attentes et aux positions des uns et des autres. Bref, comme disait l'autre : ça se discute.

(**) : Ajoutons, toujours à propos de nos oreilles, que la musique, une nouvelle fois signée par le cinéaste lui-même, n'est pas forcément très inspirée ni très bien utilisée.

 

audela00.jpgAU-DELÀ (Hereafter)

de Clint Eastwood

(Etats-Unis / 129 mn / 2010)

Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (19) | Tags : eastwood, etats-unis, mélodrame, 2010s | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

moi aussi j'ai bien aimé ce film bancal mais plus intéressant que le très mauvais Invictus.
L'intrigue entre Matt Damon et la fille du cours de cuisine m'a semblé la plus intéressante.
Les multiples références à google et youtube aussi, ça donne une certaine vérité au film.

Écrit par : Christophe | 03.02.2011

C'est en partie grâce à cette vision segmentée dont tu parles que je te trouve des qualités à Au-delà. Parce que passé les excellentes introductions des histoires françaises et anglaises, il n'y plus grand chose d'intéressant non pas que le propos soit bête mais surtout qu'il n'y a, il me semble, pas grand chose de dit ni de suggéré. Des idées comme ça qui passent sans s'arrêter parce qu'elles sont trop nombreuses. Du coup, j'ai suivi ces histoires d'un ennui poli. Par contre, la partie américaine est vraiment bien. Matt Damon est magistral et Eastwood n'en est pas loin tant sa réalisation est maîtrisée. Mais comme vient d'écrire Ran qui répondait à mon commentaire sous sa note : "Soit on distingue strictement les trois histoires et on fait trois critiques, soit on essaie de regrouper le tout". Et si on regroupe, c'est juste pas mal.

Écrit par : nolan | 03.02.2011

J'ai un sentiment (beaucoup) plus mitigé sur Au-delà mais à lire ta critique, je reviens sur trois points :
1) L'importance du toucher : c'est effectivement l'une des grandes qualités de ce film ; elle se complète d'ailleurs par celle du regard.
2) Les clichés "français" : Eastwood est un grand réalisateur américain classique - ce qui, pour moi, est évidemment positif - mais j'ai parfois l'impression qu'il a quelques difficultés quand il s'empare de sujets qui n'appartiennent pas à sa culture (ou à ses thématiques). Dans Invictus - où ce n'était pas là le sujet principal mais occupait tout de même une large place -, la partie liée au rugby était complètement ratée. Si on ne s'intéresse pas à ce sport, ça passe sans doute. Sinon, cela tend à gâcher partiellement le film.
3) La musique : à bien y repenser, je me demande si ce n'est pas là le principal défaut du film. Elle est ratée et omniprésente ce qui constitue un double problème déjà assez important. Mais surtout, elle alourdit considérablement le film, tuant l'humour de certaines séquences, en faisant verser d'autres de l'émotion vers le pathos. Bref, à venir toujours surligner les images et dans un sens unique, elle brise la potentielle légèreté de certains instants - et ce alors qu'Au-delà est parfaitement fluide dans sa narration et dans le croisement entre ses trois segments narratifs.

Écrit par : Ran | 03.02.2011

Christophe : Je ne déteste pas Invictus mais Au-delà est effectivement beaucoup plus intéressant, il y a plus de fils à tirer...
La (sous)-intrigue entre Damon et la fille, c'est vraiment la plus belle chose du film. Du moment où ils goûtent ensemble les ingrédients jusqu'au départ de la fille dans l'escalier, c'est une succession de scènes assez magnifiques.

Nolan : Comme il avait été dit partout que la partie française était la plus faible, je me suis concentré surtout sur l'ensemble. Et selon moi, en suivant le récit, ça s'équilibre assez bien, malgré les différences évidentes.
Je ne pense pas qu'Eastwood aborde trop de sujets. J'y vois plutôt une tentative d'individualiser un maximum les parcours pour éviter d'être trop univoque, trop volontariste. Moi, le récit m'a tenu, jusqu'à la fin (très décriée aussi mais qui marche quand même, qui, en tout cas, est "acceptable" par rapport à tout ce qui a précédé, notamment grâce à la petite projection que se fait Damon).

Ran : 1) En plus, cette importance du toucher, la mise en scène nous la fait ressentir sans en rajouter. Le plus bel exemple est la visite chez Dickens, quand Damon ne peut s'empêcher de toucher les meubles, les objets (pour "attraper" quelque chose de son idole ?).
2) Qu'Eastwood ne soit pas au mieux quand il aborde des milieux qui lui sont étrangers, oui, sans doute (encore que Iwo Jima, vu du côté japonais, était selon moi meilleur que Mémoires...). Invictus : le rugby n'était pas si mal filmé mais américanisé à l'excès (au sens "football américain").
3) Sur la musique, je suis assez d'accord (à ceci près que le "manque d'humour" ne m'a absolument pas gêné). Ce piano, cette guitare se veulent "sensibles" et "délicats", mais ils sont trop mis en avant, trop vite entendus (et attendus : c'est typiquement une musique eastwoodienne).

Écrit par : Edouard | 04.02.2011

Moi aussi, le récit m'a tenu jusqu'à la fin et je trouve effectivement la fin "acceptable" grâce justement à cette vision de Damon (ce qui est lié à cette importance du voir ; il y a aussi celle de l'entendre puisqu'il écoute des lectures de Dickens). Je trouve que les trois histoires sont bien articulées mais pense tout de même que trop de thèmes sont abordés.
Et puis, donc, cette musique redouble souvent l'émotion qui naît déjà de la mise en scène. Dans les précédents films du réalisateur - même si je n'ai pas vraiment le souvenir d'avoir été accroché par l'une de ses bandes sons -, cela ne me gênait pas.

Écrit par : Ran | 04.02.2011

D'accord avec ta dernière phrase, y compris le bémol qui va avec : je ne me souviens pas vraiment, moi non plus, d'une bande son particulière (à part, bien sûr celle des films musicaux "Bird" et "Honkytonk man").

Écrit par : Edouard | 06.02.2011

la musique de Michel Legrand dans le merveilleux Breezy, c'est quand même quelque chose!

Écrit par : Christophe | 09.02.2011

Ah, je ne m'en rappelle plus. Il faudrait que j'aille y jeter une oreille... (Breezy, dans mon souvenir, c'est un Eastwood intéressant mais un peu bancal)

Écrit par : Edouard | 10.02.2011

Sympathique cette "réflexion" sur la mort de papy Eastwood. Étant plutôt eastwoodien, je ne surprendrai pas en indiquant que j 'ai aimé le film malgré ses défauts, dont le principal, selon moi, tient à la vision unilatérale de l'au-delà qu'il nous impose : il y a une vie après la mort, cela ne souffre aucune contestation. Dommage, le film perd beaucoup en nuances et complexité.

Écrit par : Julien | 11.02.2011

Merci pour ce bel article, je n'ai pas trouvé beaucoup de critiques d'Au-delà, en tout cas peu qui vaillent la peine d'être remarquées.
Je suis assez d'accord avec l'ensemble. J'ai toujours été assez réservé concernant Eastwood, admirant Unforgivable, Million dollar et quelques autres, mais détestant profondément son "conformisme" dans Invictus, Un Monde parfait et L'Echange.
J'avoue que cette fois, j'ai été à deux doigts d'être déçu tout au long du film, sans jamais vraiment l'être à cause de ce déroulement impeccable qui retient quand même pas mal de sombrer du mauvais côté. J'aime aussi beaucoup le fait qu'il n'y ait pas vraiment de "message" à faire passer, comme vous dîtes. Les choses restent en suspens et c'est tant mieux.
Quant à la musique, je me souviens encore des dernières notes de Gran Torino qui étaient remarquables, avec Thao au volant de la voiture mythique. Il faut quand même reconnaître qu'il manquait une bande son cohérente dans ce film.
Mention spéciale en tout cas à Clint qui réussit toujours à glisser un bon gros coucher de soleil dans tous ses films (ici pendant le vol d'un avion qui ramène Cécile de France à Paris...)

Écrit par : canardwc | 11.02.2011

Julien : Je ne le vois pas aussi catégorique que cela. A la fin, Damon dit bien au garçon (il me semble), qu'il ne peut pas lui expliquer véritablement ce qui se passe au-delà. Il ne sait pas, il a juste des sensations... Il me semble que chaque personnage se fait sa propre idée et ne cherche plus vraiment à trouver la "preuve" ou la "confirmation", en se délestant un peu.

canardwc : Merci. Pour ma part, je ne déteste pas Invictus ni L'échange (et encore moins Un monde parfait) mais je reconnais que ce sont les deux maillons faibles de la filmographie récente d'Eastwood.
Avant la toute fin, j'aime beaucoup les séquences au "salon du livre", avec ces plans larges et cette façon d'entremêler les histoires sans faire des pieds et des mains au niveau de la mise en scène.
Pour le coucher de soleil : bah..., ça montre qu'Eastwood est un véritable Auteur...

Écrit par : Edouard | 12.02.2011

Je persiste : chaque personnage a la même expérience de l'au-delà, confirmée par le médecin en Suisse.
D'autre part, sur une filmographie de 40 films, je ne peux laisser dire que l'Échange constitue un point faible alors qu'il est au moins très bon, voire excellent. Mais tu connais mon attachement pour ce film, Vincent, donc je ne reviens pas dessus.

Écrit par : Julien | 12.02.2011

Oui effectivement, c'était un peu fort de café de d'aller jusqu'à la détestation... Ce n'est pas vraiment juste en plus.
J'ai bien aimé le salon du livre aussi, et cette façon très simple de faire monter un peu la pression. Assez d'accord.
Quant aux couchers de soleil, c'est sûr, Eastwood est un auteur.

Écrit par : canardwc | 12.02.2011

Julien : Je te l'accorde, la représentation de l'au-delà est identique pour les expériences de C. de France et Damon, et la scientifique dit effectivement que les témoignages se ressemblent. Du coup, c'est peut-être une faiblesse du film. Eastwood ne voulant pas donner de "solution" toute faite, il a choisi des images assez vagues et "prudentes".
Pour "L'échange", j'aurai dû ajouter "n'en déplaise à Julien"... (je vois que cela te tient encore beaucoup à coeur, au point de m'appeler Vincent :).

canardwc : Ma réplique sur les couchers de soleil était surtout une boutade (cela dit, je n'avais jamais remarqué ce "tic" eastwoodien).

Écrit par : Edouard | 14.02.2011

Mille fois oui, le film vaut bien plus que son accueuil. Pas mal de choses contestables : le rythme, vraiment très relâché au milieu du film, conséquence d'un montage extrêmement (trop) classique, l'abandon complet d'Eastwood d'une esthétique ( ton beige et bleu éteint) et surtout une démission immanquable : faire un film sur l'au-delà sans aucune proposition de représentation autre que trois silhouettes dans le noir avec un pauvre effet d'aspiration. C'est quand même assez moche et un peu flemmard.
Mais la mise en scène est parfaite, l'extrême frontalité de l'histoire, s'emparant des clichés pour en faire des symboles (c'était déjà la grande force de Grand Torino), est une démonstration de style. Certaines évidences (comme l'illustration de la passion du medium pour Dickens à travers le scénario de l'histoire anglaise, véritable drame à la Dickens) se muent en subtilités tant le second degré, pollution de la société moderne, paraît absent du film.
C'est un peu comme aller chez papi pour l'entendre raconter une histoire (et qui peut se permettre aujourd'hui de finir un film avec un couple s'embrassant sur un concerto pour violon?). Ca a l'air d'être une méchanceté mais ne vous y trompez pas, j'adorais mon papi.

Écrit par : toxicavengeresse | 14.02.2011

Désolé... Ed !

Écrit par : Julien | 14.02.2011

toxicavengeresse : Juste sur la représentation du passage vers l'au-delà : qu'est-ce que cela aurait été fort qu'Eastwood ne montre rien du tout et reste sur Matt Damon lors des séances (avec juste, éventuellement, le petit effet sonore au moment du toucher)... Mais cela aurait changé beaucoup de chose (sur la réalité du don, par exemple) et cela nous aurait sans doute trop éloigné du classicisme eastwoodien...
Qu'Eastwood n'aille pas plus loin dans la représentation ne me gêne pas plus que ça mais effectivement, cet "entre-deux" peut irriter.
Globalement d'accord avec le reste, notamment le rapport à Dickens, très bien élaboré.

Julien : Pas de problème... Clint!

Écrit par : Edouard | 14.02.2011

Ben y en a pas mal des couchers de soleil. Le premier que j'ai remarqué se trouve au tout début et à la toute fin d'Impitoyable. En général, il y a aussi sur la droite la silhouette de ces espèces de constructions en hauteur avec une roue qui tourne, typique des campagnes américaines.
Enfin bref, tout ça pour dire que Clint use des clichés comme personne d'autre, puisque même un coucher de soleil classique devient chez lui un effet de style ! C'est un peu l'idée avec Eastwood, c'est cliché, c'est vrai, mais c'est tellement bien fait qu'on s'en fout un peu que ce soit conventionnel.
J'aime beaucoup aussi ce traitement du toucher, comme tu le dis, parce que c'est bien de cela dont il s'agit chez lui, tout devient toujours très sensible.
Enfin, toxicavengeresse , j'aime beaucoup cette idée d'aller voir ses films comme on va chez Papi écouter des histoires !

Écrit par : canardwc | 14.02.2011

Oui, ces clichés, ils deviennent autre chose, sertis dans le classicisme de la mise en scène (heureusement que l'on est débarrassé ici du second degré), et, dans les meilleurs Eastwood, remarquablement agencés, subtilement reliés entre eux.

Écrit par : Edouard | 15.02.2011

Les commentaires sont fermés.