Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24.06.2011

J'ai vu bouger deux lignes...

(dois-je consulter un ophtalmo ?)

cahiers du cinéma,positifLa critique "officielle" se voit assez régulièrement brocardée sur nos sites, blogs et autres forums cinéphiles (dès que l'on écrit un peu sur le cinéma, on a tôt fait de trouver plus "conformiste" et "institutionnel" que soi) pour ne pas passer sous silence ses efforts les plus méritoires. Le hasard a fait qu'en ce mois de juin deux éditoriaux à la teneur bien singulière ont été publiés respectivement dans les Cahiers du Cinéma et dans Positif.

D'un côté, Stéphane Delorme défend The tree of life, derrière la couverture qui lui est dédiée, et tente d'expliquer pourquoi Terrence Malick a toujours été, dans le passé, négligé par les Cahiers. Quoi que l'on pense du film et sans perdre de vue le fait que ces "négligeances" ont été celles d'autres équipes (on sait que la revue a toujours évolué par soubresauts successifs), on peut apprécier la sincérité de la démarche, l'auteur précisant même que Positif fut l'une des rares publications au monde à proposer un entretien avec le cinéaste (en 1975). C'est à lire ici.

De l'autre, Fabien Baumann a écrit pour l'ouverture du dernier Positif en date un texte à la progression diabolique, semblant sonner la traditionnelle charge contre les Cahiers pour mieux la retourner comme un gant et entamer une pertinente et nécessaire réflexion sur le rôle de la critique, réflexion qui se révèle être en tous points opposée à celle que son directeur de publication Michel Ciment s'évertue à échafauder mois après mois. L'été sera-t-il chaud aussi à la rédaction de Positif ? C'est à lire ici.

Publié dans Revue | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : cahiers du cinéma, positif | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

Bien vu! L'édito de Positif est dingue, et il énonce un truc évident : avoir tort ou raison, en critique, ça ne veut pas dire grand chose !
C'est ce qui me fait généralement exécrer les éditos de Michel Ciment, ce côté "regardez, on a eu raison avant tout le monde, et surtout avant les Cahiers"...

Écrit par : Anna | 24.06.2011

Je suis bien d'accord, je n'ai pas lu le dernier Positif, mais j'ai beaucoup aimé l'édito des Cahiers

Écrit par : T.G. | 24.06.2011

Est-ce que les revues "traditionnelles" se mettraient maintenant à revendiquer leur subjectivité? En tous cas, l'édito de "Positif" est très bien mais je me demande ce qu'en pense le père Ciment, lui qui nourrit son fond de commerce sur l'incessant ressassement des vieilles gué-guerres entre les deux revues.
Détail piquant : Lalanne évoque également les deux éditos dans "Les inrocks" de cette semaine. Comme quoi, il s'agit d'un évènement à marquer d'une pierre blanche mais fait attention, tu vas finir dans la revue de Kaganski ;)

Écrit par : Dr Orlof | 24.06.2011

Anna : J'ai eu la même réaction que toi devant cet édito totalement inattendu. Quant à Ciment, on va dire que, effectivement, lorsqu'il se lance dans ce numéro trop bien rôdé, il devient vite fatigant.

Timothée : Moins passionné que toi par le film de Malick, j'aime aussi l'édito des Cahiers.

Doc : C'est certain : Michel a dû tousser en lisant ça...
Tu es le deuxième à me parler de ce papier de Lalanne (et le deuxième à accompagner ça d'une blague de ce genre ;-)). Il faut donc absolument que je le lise. Je vais aller voir ça demain à la bibliothèque (eh oh, je vais pas acheter Les Inrocks quand même... :))

Écrit par : Edouard | 24.06.2011

Lu ce matin le texte de Lalanne. Un peu court. Il se limite à "prendre acte", comme je le fais avec cette note.
Un détail cependant : au détour d'une phrase, il se laisse aller à faire ce qu'il reproche à Positif d'habitude (la pique "gratuite"). Trouver que la "politique des auteurs (y) est paradoxalement plus rigide" (de mémoire), ok, ça se discute. Mais glisser cela sans aller plus loin, sans prendre en compte par exemple la différence de l'évolution rédactionnelle des deux titres (depuis leurs débuts, une série de brusques changements d'équipes d'un côté et une intégration très progressive d'éléments nouveaux tout en gardant les mêmes bases de l'autre), surtout lorsque l'on vient de mettre un bémol sur l'édito des Cahiers en rapellant (comme je l'ai fait ici) que la sortie de Delorme porte sur des titres mal jugés par d'autres rédacteurs en d'autres temps, c'est un peu désinvolte...

Écrit par : Edouard | 25.06.2011

Hello,

pas convaincu du tout par aucun des deux éditos. Les cahiers défendent le Malick au nom de ses ambitions et non du résultat. Positif en vient à renoncer au jugement pour affirmer l’intérêt de la subjectivité du critique. L’un observe le cinéma par le gros bout de la lorgnette et l’autre par le petit.

Pas sur que l’analyse, celle qui permet de dire que Bergman est un grand cinéaste (et non que le cinéaste X a de l’ambition ou que Y est un critique sensible), y gagne.

Pour moi une analyse est convaincante quand elle met en forme une série d’observations pour dégager la spécificité du regard du metteur en scène sur le sujet qu’il traite.

Écrit par : Jean-Luc | 26.06.2011

Je ne suis qu'à moitié en accord avec l'éditorial des Cahiers. Certes, affirmer le primat de la mise en scène (je n'ai aucun avis sur le Malick que je n'ai pas vu) ou, plus globalement, de ce qui montre qu'on a la technique d'un artiste me paraît une évidence. Cependant, c'est seulement nécessaire mais pas suffisant. Un film peut être extraordinaire du point de la vue de mise en scène sans être un chef-d’œuvre (par contre, si la mise en scène est mauvaise, le film l'est aussi quel que soit ce qu'il veuille dire). Ou du moins sans apparaître à certains comme tels. Là entre en jeu la subjectivité de celui qui montre et de celui qui regarde.
Ce qui amène à l'éditorial de Positif (c'est dingue ; ils ne sont pas, pour une fois, en guerre l'un contre l'autre et arrivent pourtant à construire des systèmes critiques opposés). L’œuvre d'art, bien sûr, est interface. Elle appartient autant à son auteur qu'à son spectateur. L'un apporte sa création (qui contient, généralement, un discours) et l'autre y greffe sa subjectivité y trouvant ce qu'il veut bien y voir (ce qui, s'il n'est pas trop stupide, l'amène souvent à découvrir des choses qu'il n'avait pas envisagées - y compris sur lui-même). Donc il existe bien un risque de se fourvoyer parce que les oeuvres ne sont pas égales. Et souvent, beaucoup aimeront certains films parce qu'ils disent quelque chose qui les séduit ou les amuse alors qu'ils sont objectivement mauvais (ce qui revient à l'argument Cahiers). Et, dans leur subjectivité, les individus ne sont pas égaux non plus. Sauf à défendre le "chacun ses goûts" et à considérer que L'Aurore ne vaut pas plus, a priori, qu'un gendarme avec de Funès ou que Star Académie et Beethoven, finalement, c'est une affaire personnelle. De plus, dans cette fameuse subjectivité, des éléments peuvent être très contestables. Mais on ne saurait construire une analyse, me semble-t-il, sans celle-ci puisque on a généralement plus de choses à creuser sur quelque chose qui nous touche vraiment que sur une autre, que l'on sait admirable, mais qui, profondément, nous laisse froids.
Bref, je trouve les deux éditoriaux intéressants mais il faudrait les croiser pour construire un système critique qui me convaincrait pleinement (ce qui, de fait, est généralement ce que les analystes tentent de faire).
Match nul ?

Écrit par : Antoine | 26.06.2011

Si je mets en avant ainsi ces deux éditos et si ils me satisfont globalement, c'est en premier lieu, tout simplement, parce qu'ils apportent quelque chose de nouveau par rapport aux lignes respectives suivies. Certes, celui des Cahiers a une portée limitée et ne remet pas en cause les fondements critiques de la revue. Il ré-affirme même le primat de la mise en scène pour mieux légitimer l'intronisation du cinéaste. Nous sommes là, si l'on veut, devant un simple "rattrapage". Au moins est-il "honnête" et ne se fait-il pas "en douce"... "Malick et ses hautes ambitions" : il y a peut-être, effectivement, un peu de ça qui transparaît. Le cinéaste serait "important", "incontournable", donc il ne saurait être négligé. Mais, sans partager, vous le savez tous, entièrement son point de vue sur le film, il me semble que Delorme arrive à justifier autrement cette place donnée (par sa description de la mise en scène et sa réfutation du kitsch, donc : le résultat).
L'édito de Baumann, maintenant. Il est plus surprenant et interroge, lui, directement la ligne rédactionnelle de Positif. Je n'y vois pas une abdication qui aboutirait au "finalement, tout se vaut". Pas plus que la tentative d'instauration d'un nouveau "système critique" (il y en a de toute façon autant que de critiques, voire de spectateurs..., sans compter qu'ils peuvent fluctuer avec le temps). Je vois plutôt un mouvement de balancier, balancier qui aurait été trop loin dans un sens : celui de la tendance "universitaire" et du "rabâchage historique". Mais la rédaction de Positif a, de toute façon, cette particularité (ancienne) d'accorder aux œuvres une place et une visibilité qui est fonction de l'importance et de la pertinence qu'elle leur trouve. A la limite, cette organisation suffit et ce qui l'entoure (éditos, chapeaux de présentation, le plus souvent signés ou ressemblant à du Michel Ciment), ne donne finalement que le sentiment un peu pesant que Positif cherche à tout prix à "faire l'histoire". Au sein de cette organisation claire, il devrait s'y affirmer plus encore, à mon sens, cette subjectivité du critique.

Écrit par : Edouard | 26.06.2011

PS : Ta phrase, Antoine, est très juste (nous en faisons l'expérience régulièrement) : "Mais on ne saurait construire une analyse, me semble-t-il, sans celle-ci puisque on a généralement plus de choses à creuser sur quelque chose qui nous touche vraiment que sur une autre, que l'on sait admirable, mais qui, profondément, nous laisse froids."
Bien sûr, au niveau d'une revue, somme de subjectivités, les choses deviennent autrement plus compliquées...

Écrit par : Edouard | 26.06.2011

En fait, je suis globalement d'accord avec l'éditorialiste de Positif mais il va un poil long quand il dit - je cite de mémoire - : "ils ne peuvent pas se tromper car ils nous disent quels hommes ils sont". Bien sûr, notre façon de percevoir les films disent ce que nous sommes. Mais, parmi nous, il y en a quand même qui ne ressentent pas grand-chose devant un film. Et, en gros, pour pousser un peu les choses: à entendre certains commenter les films et expliquer quel plaisir ils y trouvent, je vois que ces hommes-ci sont assez proches d'être des beaufs. Mais je revendique cependant pleinement cette part de subjectivité.
Par ailleurs, la somme de subjectivité est sans aucun doute une difficulté pour une revue mais cela fait aussi sa richesse.
Et puis je ne sais pas pourquoi mais je repense à cette bonne vieille Lotte Eisner (avec qui, je suis, en l’occurrence, en désaccord) qui disait, à propos de Docteur Mabuse, le joueur, que le film était tellement bien qu'il avait même réussi à rendre les critiques intelligents.
A La Règle du jeu aussi: selon qu'on "choisisse" La Chesnaye, Octave ou Christine comme "centre" du film, on révèle beaucoup de ce que l'on est comme spectateur. Et à tous ces chefs-d’œuvre qui donnent lieu à tant d'interprétations différentes, parfois contradictoires et souvent également recevables.

Écrit par : Antoine | 27.06.2011

Disons que pour qu'un jugement soit recevable ou valide, il faut qu'il y ait au départ un certain seuil d'exigence. A partir de là, on pourrait dire, plutôt que "ils ne peuvent pas se tromper", "il y a forcément du vrai"...

Écrit par : Edouard | 28.06.2011

Oui, cette prémisse-là étant ajoutée, cela me convient.

Écrit par : Antoine | 28.06.2011

Je découvre ce blog et mon premier mot est Waouh. Je vais y revenir c'est une certitude.

Écrit par : david | 01.07.2011

Bienvenue et merci, David.

Écrit par : Edouard | 01.07.2011

Lu aujourd'hui le dernier édito de Michel dans Positif, la ligne a, semble-t-il, été remise en place...

Écrit par : Antoine | 16.08.2011

Michel aime à dire qu'il n'y a pas de chef à Positif, que tout se décide à la majorité etc. N'empêche, un enfant de cinq ans qui n'aurait jamais lu les Cahiers ni les Inrocks pourrait deviner tout de suite qui garde dans sa poche les clés de la Maison Positif...

Écrit par : Edouard | 22.08.2011

Les commentaires sont fermés.