Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27.06.2011

La dernière piste

reichardt,etats-unis,western,2010s

****

Je l'avoue : j'étais bien plus impatient de découvrir La dernière piste que The tree of life. Sans doute Terrence Malick est-il un cinéaste plus important que Kelly Reichardt, ne serait-ce que pour ses trois premiers films, mais si je juge l'écart existant entre les promesses formulées auparavant et l'émotion effective ressentie au moment de la réception de la nouvelle proposition de cinéma de chacun des deux, La dernière piste m'est alors infiniment plus chère que la palme d'or cannoise de cette année.

Le goût de l'errance, l'enregistrement des frémissements de la nature et les variations de lumière d'Old joy (2006), comme le traitement de l'espace et la justesse de l'approche des personnages dans Wendy et Lucy (2008), laissaient penser que Kelly Reichardt pouvait porter un regard singulier sur un genre comme le western. Bien sûr, il convient de préciser d'emblée que La dernière piste (Meek's cutoff en VO, soit le "raccourci de Meek", titre bien plus pertinent, moins trompeur, moins "dramatique" que celui choisi pour nous) est un western comme Macadam à deux voies (Hellman, 1971) est un road movie ou Last days (Van Sant, 2005) un biopic. S'il emprunte au genre les formes et les thèmes, il soustrait sa dramaturgie classique.

L'un des problèmes posés aux réalisateurs s'attelant à des fictions historiquement situées est de faire entrer facilement le spectateur dans un monde recomposé, de l'acclimater. Puisque nous sommes ici dans un western, l'image, restituant un cadre familier (rochers, rivière, canyons, étendues désertiques), n'a guère besoin de précautions, surtout si un tempo particulier s'y installe tout de suite avec force et évidence, un tempo lent et naturel. Le son assure lui aussi de la présence des choses : le chariot fait réellement un bruit de chariot avançant sur un terrain accidenté ; la terre, l'eau, les cailloux ne se voient pas seulement, ils s'entendent tels qu'ils sonnent. Le décor posé, le corps doit ensuite trouver sa place. Il est présenté actif, en mouvement, à la fois occupé par des détails pratiques et tendu vers un seul but.

Et, tardivement, vient la parole. Elle brille tout d'abord pas son absence, avant de se faufiler, lointaine et difficilement audible. Saisie, elle se révèle sans rapport avec l'action, quand elle ne passe pas à travers la prière. Elle est indirecte (le guide raconte une histoire à l'enfant, un homme explique à sa femme ce qu'un autre voyageur vient de lui dire). Il faut quelque temps avant qu'elle ne se porte au cœur des choses et du récit. Cette évolution très progressive n'a pas seulement été pensée comme doux accompagnement du spectateur. Elle vise à faire sentir à celui-ci l'importance que revêt cette activité. Meek, le guide fanfaron menant (ou plutôt errant avec) le petit groupe de migrants sur un territoire hostile de l'Oregon, domine par le verbe, tient sa légitimité de ses mots. Dans cette société du milieu du XIXe siècle, la parole vaut le plus souvent comme preuve de l'expérience, s'impose aisément comme vérité. Étant donnée la difficulté à remettre en question son porteur, on mesure d'autant mieux le courage de quelques uns qui, par intuition ou calcul (qui traduit ici l'intelligence), choisissent le temps venu de s'opposer à la violence de la vision qu'a Meek des Indiens.

La réflexion est prolongée autrement après la rencontre avec l'Autre. Face à l'Indien, la parole, telle qu'elle est employée n'aide en rien à la communication. La langue inconnue nous reste jusqu'au bout aussi mystérieuse que les intentions de celui qui la parle. A ce niveau-là, le mur ne tombe jamais et Kelly Reichardt offre dans toute la dernière partie des séquences magnifiques de coulées de paroles strictement parallèles, ne se fondant à aucun moment.

Si, dans La dernière piste, l'usage de la parole passionne, il en va de même de l'organisation de l'espace à l'intérieur du cadre (tendant vers le carré primitif plutôt que vers le rectangle moderne). Le monde décrit semble s'ordonner peu à peu sous le regard des femmes. Leur point de vue est adopté. D'abord maintenues en retrait, à l'écart des lieux d'action et des prises de (non-)décision, elles vont ensuite se rapprocher du centre, au point, pour l'une d'elles, de prendre en charge le récit (de prendre en main le fusil). Nous serions donc devant une histoire de l'émancipation de la femme, autant qu'une histoire d'acceptation de l'Autre. Le projet était périlleux mais la très belle mise en scène de Kelly Reichardt évite toute lourdeur et laisse réticent à employer ainsi ces grands mots. La façon dont est traité le couple principal de ce convoi le montre bien. Le trait est discret mais essentiel : d'une part, la femme n'y est pas soumise et d'autre part, au détour d'un bref mais bouleversant dialogue sur la confiance, apparaît toute la complexité du rapport de celle-ci à l'Indien, rapport nullement réductible à l'attirance-répulsion devant le sauvage mais dépendant aussi de la position du mari.

Errance, répétition des travaux et des jours, renvois des actions vers le hors-champ, nombre réduit de personnages (un guide, trois couples, un garçon, puis un Indien et personne d'autre)... Sans aucun doute la radicalité de Kelly Reichardt ne fera pas l'unanimité. Elle est cependant, selon moi, une manière extraordinaire de faire revivre ce passé. Rarement a-t-on eu ainsi l'impression d'être véritablement plongé dans l'époque décrite, par le naturel des actes, le rendu de l'environnement ou le développement de notions qui lui sont rattachées (importance primordiale de la parole, sentiment de perte des repères dans une nature inviolée, recours expéditif à la violence...). De plus, elle ouvre des pistes plutôt qu'elle ne bloque la pensée sous une forme contraignante. Le final est donc ouvert. Et, à la suite d'une phrase retentissante et d'un sublime champ-contrechamp, dans le fondu au noir qui envahit alors l'écran s'engouffrent soudain, comme à rebours, comme inversées, toute l'histoire de l'Amérique et celle des représentations de la conquète de l'Ouest.

 

PS : Je ne peux m'empêcher de voir dans La dernière piste le pendant minimaliste du film de Paul Thomas Anderson, There will be blood. Quelques détails incitent au rapprochement : le rapport au genre, l'apparition progressive de la parole, l'utilisation d'une musique très particulière, la présence de Paul Dano... Mais je vois surtout, dans les deux cas, le sommet provisoire d'une ascension constante.

 

 

reichardt,etats-unis,western,2010sLA DERNIÈRE PISTE (Meek's cutoff)

de Kelly Reichardt

(Etats-Unis / 104 mn / 2010)

Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (23) | Tags : reichardt, etats-unis, western, 2010s | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

Il semble malheureusement que l'on peut aussi, comme Eric Neuhoff et Michel Ciment lors du dernier "Masque et la plume", ricaner devant ce film...

Écrit par : Edouard | 27.06.2011

Eclatant papier, comme les éblouissantes aubes après la nuit noire du film (Le Convoi des Braves filmé par Gus Van Sant ? La Piste des Géants remaké par le Peter Weir de Picnic à Hanging Rock ?).
Une fois de plus, dites: Ed rules !!

Écrit par : mariaque | 28.06.2011

Thanks Pal !
(ou Convoi de femmes réalisé par la cousine d'Apichatpong Weerasethakul ?)

Écrit par : Edouard | 29.06.2011

Ton article est parfait ! Rarement j'ai été a ce point émerveillé par l'analyse d'un film et la maîtrisé de l’écriture. Félicitations.

Écrit par : Cyrille | 29.06.2011

"Le Convoi des Braves filmé par Gus Van Sant", vous voulez me faire fuir !!

Écrit par : Vincent | 29.06.2011

N'en jetez plus ! Merci beaucoup Cyrille.

Vincent : Neuhoff a dit, lui, (a peu près), que c'était "un western de Marguerite Duras", et ce n'était pas un compliment dans sa bouche... Ne fuis pas, je suis vraiment curieux de connaître ton avis...

Écrit par : Edouard | 30.06.2011

Totalement d'accord avec Cyrille, ton analyse est vraiment superbe de finesse et va au coeur de ce film sensible et subtil. J'ai trouvé dans "La Dernière piste" la même empathie respectueuse pour tous les personnages que dans le "Convoi de femmes" de William Wellman. Il n'y a pas que la légende qui mérite d'être imprimée ou filmée !!!

Écrit par : Michèle Hédin | 01.07.2011

Merci Michèle.

Heureux de voir mon enthousiasme pour le film ainsi partagé. Le Wellman, je l'ai vu gamin à la télévision. C'est l'un de mes plus anciens souvenirs et cela fait des années que j'attends l'occasion de le revisiter (heu..., tu ne l'aurais pas en dvd par hasard ?).

Écrit par : Edouard | 01.07.2011

Bonjour Edouard, à part la fin qui est très frustrante, c'est un beau film qui sort des sentiers battus. Mais je sais qu'il y a des allergiques. Bonne journée.

Écrit par : dasola | 02.07.2011

Frustrante mais forte. Bonne journée.

Écrit par : Edouard | 03.07.2011

Absolument d'accord avec cette notion de mouvements réorganisés dans le cadre sous le regard des femmes. C'est ce qui m'a le plus sidéré dans ce film sublime.

Écrit par : asketoner | 05.07.2011

Suis au boulot, peux pas tout lire. Quel beau film, quel putain de beau film. Quel travail aussi dans la réalisation : le cadre étroit, notamment, n'est pas du au hasard, mais au confinement des personnages, perdus dans l'immensité.

Et ce personnage, l'indien, quel personnage ! Je l'ai pris pour un simple d'esprit. Sa présence relève quasiment de la mystique. Qui est-il ? Une sorte de Charon poétique ? un Nobody de Jarmush ? leur sauveur ?

La séquence finale est d'une beauté hallucinante (hallucinée ?) et m'a presque renvoyée (comme d'autres) à la Balade Sauvage (le grain du film, le rapport à la nature, un brin de mysticisme).

Cette année 2011 est juste sensationnelle pour l'instant : Lovely Bones, Une Séparation, La dernière piste, Blue Valentine (moins de niveau, mais film intimiste émouvant, très très attachant), La solitude des nombres premiers.... Rhââââ lovely !!!

Écrit par : Julien | 06.07.2011

Commentaire complètement haché, décousu. Désolé, je peux pas trop développer. Peut-être une note à venir sur ce film qui m'a soufflé. Des longueurs au présent mais, une fois digéré, quel projet atypique, quel film original, quel récit puissant, quelle étrange beauté !

Écrit par : Julien | 06.07.2011

Winter's Bone, pas Lovely Bones !!!

Écrit par : Julien | 06.07.2011

D'accord avec tes propos, même hachés, Julien...
Par rapport à Malick, oui, on sent une parenté. La présence de la nature, c'est rendu avec réalisme et en même temps, ça "s'élève" un peu. Mais cela reste moins évident que dans les derniers Malick. Ici, c'est plutôt un mysticisme qui ne dit pas son nom.
J'espère te lire plus longuement par ailleurs sur ce film magnifique...

Écrit par : Edouard | 07.07.2011

Ça donne vachement envie de le voir ! :D

Écrit par : félix | 12.07.2011

J'ai enfin pu rejoindre "la dernière piste" et grand bien m'en a pris ! Je souscris évidemment à cent pour cent aux propos ci-dessus rédigés et ajoute illico ce titre la liste des grands films pérégrinaux sortis cette année : True Grit, winter's bone, essential killing, ... to be continued ?

Écrit par : princécranoir | 13.08.2011

princécranoir : "La dernière piste" est le plus lent des trois films cités, mais c'est, à mon sens, celui qui va le plus loin...

Écrit par : Edouard | 22.08.2011

Ça y est, j'ai fini par mettre l’œil dessus. Très enthousiaste (trois étoiles à panoptique, le lien en lien sur mon nom) à quelques réserves près qui ne valent pas la peine que je m'étende dessus.
J'inverserais en partie ta phrase sur la forme et la dramaturgie. Je trouve qu'elle travaille sur les formes pour proposer quelque chose de neuf mais que sa dramaturgie reste inspirée des classiques (traversée de rivière, menace indienne, descente des chariots, prisonnier indien) mais qu'elle la traite de façon particulière. plus qu'une inversion (ça serait Corbucci dans "Le grand silence), je dirais qu'elle décale. Et du coup renouvelle. Bonne nouvelle !

Écrit par : Vincent | 03.09.2011

Bonne nouvelle que ton enthousiasme... :)

Dans ma note, je ne dis pas qu'il y a "inversion" mais "soustraction". Mais tu as raison de me reprendre sur ce détail parce que le terme n'est pas très bien choisi. J'aurai dû parler plutôt d'un dépouillement de cette dramaturgie, d'une recherche de l'essentiel, car, comme tu le remarques, les "événements" (même si on a du mal à employer le mot ici) habituels sont bien là.

Je vais vite te lire (et mettre à jour le tableau concerné).

Écrit par : Edouard | 03.09.2011

Ah oui, je viens de capter pour "l'inversion". C'est à la fin de mon texte.
Mais j'avance cette notion seulement à propos des tout derniers plans qui peuvent donner l'impression que c'est le destin de l'Amérique qui est en fait pris en charge par l'Indien, que tout repose sur lui et que l'Histoire peut être faite par lui. C'est en cela que je vois le renversement par rapport au discours classique.

Écrit par : Edouard | 03.09.2011

Oui, j'ai mêlé dans mon commentaire les deux passages. J'ai d'ailleurs expérimenté que ce film, très ouvert à l'interprétation, demande un effort pour trouver les mots justes pour exprimer ce que l'on ressent. Les notions de soustraction ou d'inversion sont bien présentes je crois, mais de mon point de vue pas complètes (par exemple l'inversion morale chez Leone, Corbucci ou certains westerns américains modernes). Et puis je peux me tromper, je ne sais pas ce que Reichardt avait en tête :)
Tiens, je viens de remarquer Agnès Obel en bas...

Écrit par : Vincent | 04.09.2011

C'est sûr qu'il n'y a pas vraiment une inversion morale qui cheminerait tout au long du film. On est loin des Italiens que tu cites, qui retournent tout cela comme un gant. On est quand même devant quelque chose d'assez neuf, en fait, ce qui est rare...

Quant à Agnes, oui, elle est bien calée dans mes oreilles en ce moment.

Écrit par : Edouard | 04.09.2011

Les commentaires sont fermés.