Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09.08.2011

The Green Hornet

gondry,etats-unis,comédie,2010s

****

Exercice gondrien plaisant que ce Green Hornet. S'annonçant clairement moins personnel que la plupart des précédents du réalisateur, il risquait moins de décevoir à l'arrivée comme ce fut parfois le cas auparavant.

Narration rectiligne et bricolages toujours présents mais à la marge : la forme est relativement classique. Le film est sans prétention (ce qui nous repose après Batman commence et Le chevalier foncé) mais pas sans ambition. Son scénario est balisé et le parcours du super-héros mis en scène ici est traditionnel. Le traumatisme niché au cœur de l'enfance, le choix de la double vie et la complication amoureuse qui en découle ne sont pas écartés. Il sont au contraire pleinement assumés, et avec le sourire. Le regard est amusé mais pas moqueur. Les auteurs ne se nourrissent pas des clichés du genre pour mieux le dévitaliser à leur seul profit : The Green Hornet est un pastiche, non une parodie.

Il est certain que sur près de deux heures, et compte tenu de la tonalité humoristique de l'ensemble, d'une part la tension dramatique n'est pas vraiment au rendez-vous et d'autre part le rythme paraît inégal. Par endroits, à l'amorce de la dernières partie notamment, les courroies de transmission patinent. Par excès de graisse peut-être. Mais ce gras, pour l'essentiel fourni par Seth Rogen, n'est pas que mauvais cholestérol et peut même être bénéfique. L'idée de faire de la naissance d'un super-héros le simple prolongement d'un gros délire de jeune adulte immature et fêtard est particulièrement féconde. Pour ce nigaud de Britt Reid, se déguiser en justicier de la nuit, c'est continuer la "teuf". Ceci étant posé, fonctionnent bien à l'écran les passages obligés que sont les transformations (costume, armes et accessoires), l'éclatement de la rivalité entre partenaires et autres tourments sentimentaux.

Le film est donc distrayant, en particulier grâce au duo que forment le Green Hornet et son acolyte Kato (Jay Chou), le mérite de cette réussite particulière revenant certainement moins à Gondry qu'à cet acteur-scénariste-producteur-issu du stand up et du cinéma de Judd Appatow qu'est Seth Rogen. Toutefois, le réalisateur a bien mené sa barque, encadré, pas entravé.

Parmi les multiples clins d'œil parsemant ce Green Hornet, je retiens avec joie celui adressé aux amateurs de Blake Edwards et de La Panthère rose : ce pugilat destructeur entre Britt et Kato qui rappelle, armure comprise, ceux auxquels se livraient dans le temps le grand inspecteur Clouzeau et son serviteur... Kato.

 

gondry,etats-unis,comédie,2010sTHE GREEN HORNET

de Michel Gondry

(Etats-Unis / 115 min / 2010)

Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : gondry, etats-unis, comédie, 2010s | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

J'ai aussi beaucoup pensé à Blake Edwards et à sa Panthère rose (avec ce que cela implique de hauts et de bas). A ce qu'il paraît pourtant la relation Gondry / Seth Rogen n'a pas été si paisible...

(je te sens d'humeur taquine sur Nolan, je prépare mes munitions.)

Écrit par : T.G. | 09.08.2011

Je ne me suis pas renseigné sur les rapports entre Gondry et Rogen pour ce projet (je sais juste que Gondry l'a récupéré alors qu'il était déjà bien lancé), mais à première vue, si tiraillements il y eut, ils n'ont pas handicapé le film.

(sur Nolan ? Non, loin de moi l'idée de me moquer de ses deux machins... :)

Écrit par : Edouard | 09.08.2011

Argh qu'on m'apporte une potence et une camisole pour l'ami Edouard.
Mettre 2 * à cette daube et 1 * à Mélancholia, ceci n'est pas explicable sauf par une folie soudaine et certaine.
Je veux bien que tous les goûts soient dans la nature mais là, là, là, là...

Et le premier qui chante une torgnole....


Au moins ma rentrée de vacances et mon retour ici est plus animé que prévu :)

Écrit par : david | 22.08.2011

Le système d'étoiles, on pourrait passer des heures à en débattre...
Je pourrai dire que : Lars von Trier vise le chef d'œuvre et m'ennuie alors que Gondry essaie de divertir et y parvient.
Une rentrée animée, il n'y a pas mieux pour garder le moral...

Écrit par : Edouard | 22.08.2011

Mon cher edouard
Totalement d'accord et puis à quoi bon servirait tout ça si tout le monde devait être d'accord tout le temps :)

Écrit par : david | 23.08.2011

Une fois encore, en bon alter-sidekick, à vos côtés sur ce coup là, l'Ed !
(le film, dans sa "modestie", me semble d'ailleurs réussir ce que Kick Ass foire dans les grandes (et finales) largeurs...)

Écrit par : mariaque | 08.10.2011

Thanks buddy !
(En revanche, quelques écrits survolés de-ci de-là avaient titillé ma curiosité concernant Kick ass et vous la calmez quelque peu...)

Écrit par : Edouard | 09.10.2011

Les commentaires sont fermés.