Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28.06.2013

Retournements

Le long plan sur lequel se termine Le Passé (plan qui peut fonctionner comme antidote au poison cinématographique distillé par la scène de l’étouffement dans Amour, l’horreur de Haneke) s’attache aux gestes et déplacements de Tahar Rahim et s’articule en son centre autour d’un arrêt, d’une hésitation et d’un retour sur ses pas. Filmer une volte-face, un aller-retour, une entrée-sortie-rentrée, Asghar Farhadi s’y applique à plusieurs reprises. L’occurrence la plus nette se trouve dans ces ultimes minutes. Les autres sont plus discrètes, jamais forcées, toujours liées à un autre flux, celui de la parole, et leur valeur se révèle ainsi a posteriori, une fois cette dernière scène observée.

farhadi,France,2010s

Ce qui est très beau dans Le Passé (ce passé qui fait se retourner), c’est que ces manières d’agir sont calquées sur le mouvement de la pensée de personnages qui reviennent souvent, dans la continuité des échanges, sur leurs propos les plus durs, s’excusant de les avoir libérés sans précaution. Ces excuses, et les changements de ton qu’elles impliquent, il est finalement rare de les rencontrer ainsi au cinéma, alors que leur présence est tout à fait "réaliste" dans le cadre de films où la parole se déploie largement et véhicule de forts enjeux dramatiques.

Des dialogues aux attitudes, concernant enfants ou adultes, l’ensemble sonne avec une étonnante justesse. C’est une surprise, presque un miracle, lorsque l’on sait que Farhadi n’avait jamais tourné en France et ne maîtrise pas notre langue. Qu’il soit parvenu à préserver le naturel de son précédent film sans céder le moindre terrain à l’exotisme est assez mystérieux. Le Passé n’a rien à envier à Une séparation. Le challenge de sa mise en œuvre était pourtant beaucoup plus relevé.

Dans l’un comme dans l’autre film, le récit progresse par effets d’entraînement et par suite de dévoilements. La découverte de secrets, c'est le péché mignon du réalisateur iranien. Forcément, plus Le Passé avance, plus il flirte avec l’idée de coup de force scénaristique. Plus l’heure du générique de fin approche, plus l’on craint que Farhadi ne fasse le tour d’écrou de trop. Mais il s’en sort toujours. Il s’en sort parce que les révélations, les retournements, les réorientations narratives ne bouclent les choses et ne font mine de les expliquer que pour mieux ouvrir sur de nouveaux gouffres. On pourrait dire que chaque personnage a toujours une bonne raison d’agir (d’avoir agi) de telle ou telle façon mais il ne s’agit pas d’exonérer facilement. Chacun peut mal se comporter à un moment donné, avoir la mauvaise réaction (le personnage de Rahim dit d’ailleurs à son môme que certaines choses graves ne peuvent être pardonnées). Seulement, si un geste peut être expliqué, il n’a jamais une seule cause mais plusieurs. Dans l’entrelacs des rapports humains, les raisons sont toujours multiples.

farhadi,France,2010s

Ainsi, les contradictions et les ambiguïtés qui perdurent jusque dans les déblocages des situations, dans les dévoilements des secrets, empêchent à mes yeux de décrire Asghar Farhadi comme un cinéaste manipulateur et un horloger sans âme.

Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : farhadi, france, 2010s | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

Je l'ai trouvé moins réussi qu'Une Séparation mais je suis d'accord avec les entrelacs des sentiments humains dont Fahradi a fait sa force. Il semble que cette description se traduise concrètement par ses retournements de situation. Il y a en c'est vrai beaucoup, peut-être un peu trop cette fois. Cela dit, je te rejoins sur ta phrase de conclusion

Écrit par : nolan | 01.07.2013

Oui, le dernier tiers est vraiment sur le fil, avec ces rebondissements qui n'en finissent pas. Mais le film parvient à garder sa force. Je le trouve, pour ma part, aussi bon qu'Une séparation.

Écrit par : Edouard | 02.07.2013

Je suis tout à fait d'accord sur l'entrelacs des rapports humains. Ici "Le passé" en fait une allégorie de la théorie de l'oeuf et de la poule. A qui revient la faute originelle ? Un tantinet moraliste, Farhadi nous invite à aller de l'avant. C'est si brillamment demandé qu'on ne peut le lui refuser.

Écrit par : Princécranoir | 08.07.2013

Un peu trop moraliste, je ne trouve pas. Il me semble que les histoires qu'il raconte sont très particulières, qu'elles concernent avant tout des individus dans des situations bien définies, et qu'il n'y a pas de généralisation, de message (hormis celui-ci : on ne peut jamais embrasser la vérité d'un seul regard (ou d'une seule oreille)).

Écrit par : Edouard | 10.07.2013

Les commentaires sont fermés.