Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09.03.2008

Gros plan

(John Byrum / Etats-Unis / 1975)

■■□□

1919382369.jpgAssez réputé dans les années 70, Gros plan (Inserts) a, depuis, bien sombré dans l'oubli, certainement à cause des difficultés qu'a rencontré son auteur pour enchaîner d'autres films intéressants à la suite de ce premier effort. Son statut et son sujet faisaient espérer beaucoup. Le résultat n'est pas désagréable mais un tantinet décevant.

Les premiers plans nous font assister à une projection clandestine et agitée d'une bande pornographique, muette et en noir et blanc. Des silhouettes des spectateurs s'échappent commentaires et invectives dont la plus dépitée est "Où est le plan de l'orgasme ?" (ça claque beaucoup mieux en vo : "Where is the cum shot ?", ou est-ce "the come shot", si un prof d'anglais passe par là, il pourrait nous éclairer). Sous nos yeux, le lit des ébats filmés passe du noir et blanc à la couleur et un travelling arrière dévoile tout le décor, les projecteurs et la caméra, pour terminer sur le metteur en scène assis au piano. Gros plan nous contera donc l'histoire de ce tournage.

Un choix étonnant soutient la narration : celui d'une construction théâtrale. La règle des unités est scrupuleusement respectée avec le décor unique et l'illusion d'un temps réel. Les entrées et sorties des personnages (réduits au nombre de cinq) obéissent elles aussi à la convention. Le maître des lieux, Wonder Boy (Richard Dreyfuss), est un ex-prodige hollywoodien, l'égal de Stroheim est-il dit. Restant cloîtré dans sa demeure, il tourne maintenant chez lui un petit porno avec Harlene, starlette déchue ayant notamment travaillé avec Cecil B. DeMille, et un bel abruti nommé Rex the Wonder Dog. De multiples références permettent ainsi de situer l'action au tournant des années 30. Un running gag fait intervenir, sans qu'on ne le voit jamais à l'écran puisqu'il ne passera pas le pas de la porte, un jeune acteur du nom de Clark Gable, qui tente de contacter Wonder Boy, persuadé que celui-ci est le génie qui lancera définitivement sa carrière. L'un des aspects les plus intéressants du film est donc ce personnage de jeune cinéaste hyper-doué, sarcastique, alcoolique, s'accrochant à sa vision de l'art, quel que soit ce qu'on lui propose de faire. Personne ne nous explique vraiment la raison de sa retraite volontaire, loin de la profession.

L'arrivée de son producteur (Big Mac, qui rêve de faire fortune dans le hamburger et qui est interprété par Bob Hoskins), accompagné de sa jeune protégée Cathy (Jessica Harper) provoque indirectement un drame. Harlene succombe à une overdose à l'étage. La tragi-comédie est alors à son comble : que faire du corps et surtout, comment terminer le film, sachant qu'il reste quelques inserts à faire ? Rex et Big Mac se chargent de régler le premier problème et leur absence permet contre toute attente aux deux restant de résoudre le second. La vivacité de la première partie laisse peu à peu la place à un face à face. Le théâtre devient plus pesant, le film plus bavard. Les rôles manipulateur/manipulé sont inversés, mettant à jour une faiblesse soudaine de Wonder Boy, pas très crédible à la vue de sa ferveur dans les scènes précédentes. Réflexion sur le théâtre et le cinéma, sur l'acte de création et la manipulation, Gros plan propose peut-être un récit trop intellectualisé pour passionner réellement (à l'image de ces phrases de dialogues nombreuses à être dîtes deux fois, soit par la même personne, soit par une autre, peut-être en écho aux deux moments de tournage, aux deux femmes successives tenant le même rôle...). Dernier intérêt du programme, plus anecdotique : la réaction face à la représentation du sexe selon l'époque, celle des années 30 de Wonder Boy, celle des années 70 de Byrum, et maintenant la nôtre.

Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : byrum, etats-unis, 70s | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

J'ai découvert ce film il y a peu et je l'ai trouvé intéressant : très bon comédiens (Jessica Harper est splendide), réflexion bien vue sur les rapports entre la réalité et la chose représentée, humour constant... Le dispositif est, certes, très théâtral, mais Byrum s'en sort pas mal. Pas inoubliable mais plaisant...

Écrit par : Dr Orlof | 09.03.2008

Ah ça oui, Jessica Harper est très belle. Et Richard Dreyfuss est excellent. J'ai juste trouvé que leurs personnages tournaient trop longuement autour du pot dans la dernière partie du film. Mais comme tu le dis, l'ensemble est plaisant.

Écrit par : EdSissi | 09.03.2008

Tiens, c'est marrant, on m'a parlé hier de ce film dont je n'avais jamais entendu parler. Tel que tu en parles, il me rappelle un peu "La Pastèque" de Tsaï Ming Liang dans ses enjeux de représentation de la mort et de la sexualité, mais sans doute traité de manière moins "moderne". Cela dit, pour de strictes raisons de maîtrise d'écriture, le film m"intéresserait assez.

Écrit par : Joachim | 09.03.2008

Je n'ai eu le film de Tsai Ming-liang en tête qu'un instant, lorsque Wonder Boy/Dreyfuss fait une proposition insensée pour continuer son film, qui se rapprocherait de la dernière partie de "La saveur de la pastèque". A part ça, beaucoup de choses séparent les deux films, malgré leur sujet et la volonté commune de jouer avec les limites. L'esthétique de Byrum est bien moins radicale et l'humour désamorce constamment la tension.

Écrit par : EdSissi | 09.03.2008

Les commentaires sont fermés.