Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20.09.2008

Notre-Dame de Paris

(Wallace Worsley / Etats-Unis / 1923)

■□□□

notredame.jpgClassique du muet hollywoodien, Notre-Dame de Paris (The hunchback of Notre Dame) accuse lourdement ses 85 ans. Si l'adaptation du roman de Victor Hugo est l'occasion d'un travail technique consciencieux au niveau des décors et de la photographie, on ne peut pas dire que la mise en scène de Wallace Worsley se signale de manière particulière. La caméra reste désespéremment statique. De rares plongées vertigineuses sur le parvis de Notre-Dame rompent heureusement ce faux-rythme visuel. La plus belle montre Quasimodo se laisser glisser le long d'une corde jusqu'à Esmeralda, ligotée devant la porte de la cathédrale. De même, sur la fin, un beau plan très bref recourt enfin à la profondeur de champ quand Jehan sort de l'ombre pour se jeter sur la jeune femme.

Assez longue, l'exposition accumule les présentations de personnages qui ensuite prendront en charge des récits secondaires vite expédiés. Le mélodrame nous touche trop peu et le cinéaste souligne lourdement chacune de ses intentions en collant après chaque intertitre son illustration par l'image. Un budget confortable a permis de nombreuses scènes de foule, très vivantes, parfois trop : le moindre figurant ne cesse d'agiter les bras. Le jeu de tous les comédiens est d'ailleurs outrancier et n'aide pas à dépasser les stéréotypes. La jeune héroïne effrayée prend la pose et met ses bras devant son visage, le fourbe Jehan ne quitte jamais son rictus et ses habits noirs (sinon pour un déguisement de prêtre destiné à tromper les geôliers d'Esmeralda)... Attrait principal du film, Lon Chaney ploie sous les prothèses, dans l'un de ses plus célèbres rôles mais certes pas le plus subtil. Mieux vaut le revoir en Fantôme de l'Opéraou, mieux encore, chez Browning ou Sjöström.

La morale du film : les rois sont des tyrans, la populace est poussée à la révolte pour de mauvaises raisons et seuls trouvent le repos ceux qui savent se placer sous la protection de Dieu.

Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : worsley, etats-unis, mélodrame, 20s | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

oui, il est chiant ce film. j'adore Lon Chaney mais pas les films où le maquillage est plus intéressant que son jeu.

Écrit par : Christophe | 20.09.2008

Je suppose qu'il vaut mieux voir la version de 1939 de Dieterle avec Charles Laughton...

Écrit par : Ed | 21.09.2008

Je ne sais pas s'il y a vraiment une bonne version de ce roman. La version Dieterle, j'en ai un souvenir vague, le maquillage de Laughton était impressionnant mais j'avais surtout apprécié Maureen O'Hara, évidemment. J'ai la version Chaney en DVD mais je ne me suis pas encore décidé à la voir. Celle de Delannoy est folklorique.

Écrit par : Vincent | 21.09.2008

Les commentaires sont fermés.