Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10.07.2009

Le grand couteau

(Robert Aldrich / Etats-Unis / 1955)

■■■□

Big knife 10.jpgCinéaste de l'excès et du grotesque, Robert Aldrich, quels que soient les sujets auxquels il s'attela au cours de sa longue carrière, n'avait pas pour habitude de faire dans la demie-mesure. En filmant en 1955 Le grand couteau (The big knife), basé sur l'adaptation que fit James Poe d'une pièce de Clifford Odets, il s'attaque au mirage hollywoodien, alors toujours entraîné dans les remous du Maccarthysme. Le regard qu'Aldrich porte sur le monde du cinéma est particulièrement acide. Les rapports entre les gens du spectacle semblent n'obéir qu'à des régles d'allégeance et de services rendus aux plus puissants en échange d'une protection financière. Cette micro-société a tout d'une structure à caractère mafieux. La mise en scène se charge de valider ce parallèle. Le premier face-à-face entre l'acteur réticent Charles Castle et son producteur Stanley Hoff se pare de tous les atours du polar et l'élément scénaristique déclencheur de la crise finale achève de déplacer le récit à la lisière du genre criminel.

Le héros du Grand couteau, la star Charles Castle, est un acteur encore très populaire mais fatigué de ne se voir confier que des rôles sans consistance dans des productions purement commerciales, lui qui rêvait quelques années plus tôt d'ébranler le système en accompagnant de nouveaux artistes tels Huston, Wilder, Kazan, Mankiewicz (cités nommément). L'homme droit et idéaliste, au grand désespoir de sa femme, est devenu un professionnel docile, prêt à prolonger un contrat d'exclusivité avec son monstrueux producteur qui finirait de l'enterrer artistiquement. A force de compromissions, Charles Castle a franchi un à un les différents cercles de l'enfer et le récit consistera à laisser venir tous les démons à sa porte. Il doit ainsi se confronter successivement à la mégère journaliste, à son producteur, à l'homme d'affaire sans scrupules de ce dernier, à la femme aguicheuse de son agent, à la starlette risquant la réputation du studio. Tous le tentent une dernière fois, éprouvant le peu de moralité qui lui reste. Castle, portant bien son nom, est absolument cerné de toutes parts dans sa villa, ces diables ayant la faculté de débouler à n'importe quel moment et de n'importe où (de l'entrée principale, où personne ne s'annonce jamais, de l'escalier tombant de l'étage, de la baie vitrée donnant sur le jardin).

Jack Palance campe ce personnage piégé tel un félin blessé, capable de bondir brusquement vers ses agresseurs (la caméra d'Aldrich s'élevant alors, afin de faire apprécier l'explosivité de la réplique). Tendu, nerveux, il saisit le moindre objet à sa portée, à la recherche d'un apaisement impossible. Ses proches se chargent parfois de le contenir : son entraîneur personnel ne cesse de le toucher, comme l'on caresse un animal (moments extrêmement physiques, chargés d'ambiguïté mais aussi faisant resentir une certaine infantilisation). Constamment à fleur de peau, Palance n'a aucun mal à jouer, avec la même justesse et la même intensité, la sobriété et l'ivresse.

Instables, les personnages du Grand couteau semblent toutefois taillés d'un seul bloc, représentant certaines catégories de caractères, et il s'agit moins d'observer leur évolution que leur effritement. La conduite du récit, qui garde effrontément sa structure (et son cadre) théâtrale, se fait en proposant une série de choix, parfois jusqu'au manichéisme. Cependant, un réel approfondissement naît de cette succession de nouveaux dilemmes qui donnent parfois l'impression d'oblitérer les précédents : signer un contrat ou pas, tromper sa femme ou pas, résister ou pas, accepter un arrangement ou pas, être honnête avec soi ou pas. Ce surplus dramatique, Aldrich l'accompagne à sa façon, très directe et très expressive visuellement. L'exacerbation des affects par la mise en scène fait penser plus d'une fois au cinéma d'Elia Kazan. Deux autres caractéristiques poussent également à la comparaison : l'origine théâtrale de l'argument et le jeu des acteurs. Celui de Rod Steiger semble mimer celui de Brando. Dans la peau du producteur Hoff, peroxydé, affublé d'une oreillette et de lunettes noires, il va et vient entre l'émotion brute et un au-delà du cabotinage, tout cela s'accordant finalement assez bien avec le style d'Aldrich (et pouvant toujours se justifier dans ce monde en perpétuelle représentation qu'est Hollywood).

La violence s'accompagne donc d'une volonté satirique certaine, dont la musique prend une bonne part. La partition de Frank De Vol se fait commentaire musical plutôt qu'illustration. Le thème lié aux apparitions de Stanley Hoff est militaire et une conversation très tendue peut se trouver finalement désamorcée par une boutade accompagnée de quelques notes guillerettes. La brièveté de ces instants musicaux, soulignant quelques moments forts, laisse peu de doute sur le second degré visé. L'ultime envolée elle-même semble jouer un double-jeu, celui de l'émotion devant les larmes versées et celui du détachement face à ces personnages abandonnés dans leur souricière.

On peut assurément préférer d'autres Aldrich à celui-ci, coincé qu'il est entre le ravageur En quatrième vitesse et le puissant Attaque ! (où l'on retrouvera cet hallucinant Jack Palance). Son rythme est plus lent, les dialogues y sont abondants. S'y affirme toutefois l'assurance et la vigueur d'un style peu enclin aux bonnes manières.

(Chronique dvd pour Kinok)

Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : aldrich, etats-unis, 50s | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

C'est donc toi qui a eu les honneurs du Aldrich ! Ça fait des année que je rêve de voir ce film.

Écrit par : Vincent | 10.07.2009

Et oui. Pour moi aussi, ce fut une longue attente (en fait, depuis ma découverte de "Kiss me deadly" et "Attack!").

Écrit par : Ed | 10.07.2009

Bonjour Ed, j'ai acheté et vu ce film (avec mon ami) très récemment. Je ne l'avais jamais vu. C'est en effet pas le Aldrich que je préfère. On sent bien le côté "théatral" de l'ensemble mais Jack Palance est un grand acteur avec son visage protéiforme. Ida Lupino est magnifique. C'est une histoire cruelle et qui donne une image d'Hollywood peu reluisante. Bon samedi.

Écrit par : dasola | 11.07.2009

Oh! oh! Vincent, pas de jalouse intempestive : c'est toi qui a eu les Mocky! Je te hais :-) (plus sérieusement, tes textes sont très biens)

Écrit par : Dr Orlof | 12.07.2009

Dasola : Tu fais bien de louer Ida Lupino, que j'aime moi aussi beaucoup, mais dont je n'ai pas parlé dans ma note. Bon weekend à toi.

Doc : Et encore, nous ne sommes pas rémunérés... Imagine un peu les tensions... :-)

Écrit par : Ed | 12.07.2009

ce film est il en couleur ou en noir et blanc? merci.

Écrit par : freddie | 20.07.2009

Le film est en noir et blanc.

Écrit par : Ed | 20.07.2009

Ah vous n'êtes pas rémunérés ?!... ;)

Le parallèle avec Kazan est bien vu. J'aime beaucoup cet Aldrich, comme j'aime le Friedkin de Bug, c'est intéressant de voir ces cinéastes souvent emphatiques et virevoltants se confronter à l'adaptation d'une pièce de théâtre en huis-clos.

Écrit par : Ludovic | 24.07.2009

Je partage votre intérêt, Ludovic. Je n'en attendais pas spécialement beaucoup mais "Bug" m'avait étonné et plutôt impressionné. Quant à Aldrich, si mes souvenirs sont bons, "Attack!" a aussi une structure théâtrale. Comme Kazan, son cinéma est hyper-expressif et cela ne l'empêche pas d'être à l'aise dans ce cadre.

Écrit par : Ed | 27.07.2009

Les commentaires sont fermés.