Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28.04.2010

Le mariage à trois

(Jacques Doillon / France / 2010)

■□□□ 

J'étais venu pour une projection spéciale du film, rare, de Christian de Chalonge sur l'émigration des ouvriers portugais, O Salto (1967). Malheureusement, contrairement à ce qu'annonçait le programme, la copie présentée s'est révélée dépourvue de sous-titres. Étant tout sauf lusophone, je dus donc rapidement déclarer forfait. Il me fut alors proposé, afin de ne pas m'être déplacé pour rien, d'assister à l'une des autres séances du soir.

lemariagea3.jpgLe choix de ce Mariage à trois a donc été fait par défaut et je n'aurai probablement pas été voir ce nouveau Doillon sans ce concours de circonstances, ce que j'en savais jusque-là ayant faiblement stimulé ma curiosité (malgré l'estime que je peux avoir pour certains films de l'auteur, Raja étant, en ce qui me concerne, le dernier en date). J'avoue donc que je n'étais pas dans les meilleures dispositions...

Il faut dire aussi que Doillon tend un fagot entier pour se faire battre : thème rabattu de la valse des sentiments entre quatre personnages (thème se croisant avec celui non moins fréquent des affres de la création), dialogues très soutenus, respect des régles (unité de temps et de lieu) et des figures de style (entrées et sorties de champ) théâtrales, cadre bourgeois d'une vaste demeure campagnarde, casting venant du sérail du cinéma d'auteur national... La liste est trop longue pour que la barrière dressée entre le cinéaste et moi ne soient pas insurmontable. Consistant en une série d'affrontements plus ou moins feutrés, à deux, à trois ou à quatre, la majorité des séquences s'étire pour finir par filer entre les doigts, par laisser l'esprit vagabonder ailleurs, loin des petits problèmes de cœur et de cul qui nous sont exposés, analysés, décortiqués sans fin jusqu'à se vider de toute substance. De même, l'ahurissante inconstance à laquelle obéissent les émotions et les réactions des personnages (l'imprévisibilité étant ici érigée en règle) rendent celles-ci totalement insignifiantes. Enfin, l'artifice est partout. Longuement les acteurs déroulent leur texte tout en faisant semblant de mettre la table, de placer les couverts, de cuisiner, de manger, et nous ne voyons de ces actions que les rouages. L'effet de réel est nul.

Comment, dans ces conditions, le film parvient-il à échapper au naufrage absolu ? Par l'envie, malheureusement bien trop intermittente et trop peu assumée, qu'a eu le cinéaste de prendre un peu de distance avec son sujet. Ce mouvement de recul se traduit par des mises en abîme légères et quelques touches humoristiques. Ainsi, à de rares instants, l'œuvre se déleste de son poids, cela lorsque les personnages "fictionnalisent", imaginent ce qui peut se passer en d'autres lieux ou ce qui pourrait advenir dans le futur, bref, s'abandonnent à créer eux-mêmes du récit au lieu de se cantonner à une réflexion stérile sur leur art et sur leur rapport aux autres. L'humour, quant à lui, est essentiellement amené par Louis Garrel, seule personnalité du groupe à dégager un peu de vérité comportementale et de légèreté intellectuelle. C'est à cet acteur que l'on doit les rares scènes quelque peu appréciables d'un film plombé.

Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : doillon, france, 2010s | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

De toute façon, le seul mariage / ménage à trois qui vaille (outre Sérénade à trois de Lubitsch évidemment), c'est celui chanté par Dominique A et Françoise Breut sur "Si je connais Harry" aux paroles qui peuvent évoquer un Doillon veine malicieuse :
http://www.deezer.com/fr/music/dominique-a/si-je-connais-harry-393492#music/dominique-a/si-je-connais-harry-393492

Écrit par : Joachim | 29.04.2010

Je n'arrivais pas à mettre le doigt dessus, mais effectivement, l'inconstance est pour beaucoup dans l'inconsistance des personnages (la passion subite d'Auguste pour Fanny est assez exemplaire à ce titre-là...).

Écrit par : mimylasouris | 29.04.2010

ouch, tu es bien dur... mais je suis entièrement d'accord pour louis garrel !! :)
d'ailleurs les acteurs sont ce que j'ai le plus apprécié dans le film, à vrai dire...

Écrit par : Phil Siné | 30.04.2010

Joachim : Honte à moi, j'avais oublié ce ménage à trois-là, pourtant savoureux. Je n'ai pas écouté "Si je connais Harry" depuis bien longtemps (je reviens plus régulièrement vers "La fossette").

Mimylasouris : Oui, ces incessantes variations d'humeur sont agaçantes.

Phil Siné : Un peu dur, c'est vrai. J'admets que le film s'améliore légèrement au fil de la projection. Mais à part Louis Garrel, les acteurs m'ont laissé de marbre.

Écrit par : Ed | 30.04.2010

Pour ma part, j'ai un gros faible pour Agathe Bonitzer que je trouve très bien (les autres aussi mais il me semble que Doillon est toujours un excellent directeur d'acteurs).
Nous sommes encore sur la même longueur d'ondes (le mot "superficiel" me paraît totalement justifié et résume, à mon sens, tout l'échec du film) y compris pour dire que notre déception ne recouvre pas forcément un "mauvais" film mais seulement une oeuvre "de plus" dans la carrière de Doillon, sans qu'on en voit réellement la nécessité.
Comme toi (même si ça n'est pas mon préféré), j'avais plus apprécié 'Carrément à l'Ouest" (et dans les derniers , "Raja" me semble le plus réussi...)

Écrit par : Dr Orlof | 30.04.2010

j'avais bien aimé "Raja" mais plus encore "Le premier venu", avec Gérald Thomassin qui avait une grâce et une vérité sociale pas si courante

Écrit par : mathilde | 01.05.2010

Je n'ai malheureusement pas vu "Le premier venu".

Je m'aperçois que je ne connais qu'une moitié de la filmographie de Doillon. Voici mes préférés : Les doigts dans la tête, La drôlesse, La vie de famille, Le petit criminel, Ponette, Carrément à l'ouest, Raja. Celui que j'aime le moins : Trop (peu) d'amour. Et quatre ou cinq autres films entre les deux niveaux...

Écrit par : Ed | 02.05.2010

"casting venant du sérail du cinéma d'auteur national..."
- Euh, Julie Depardieu ?
Pour Agathe Bonitzer, c'est pas aussi simple ;-] Et, pour ma part, je crois que je dois avoir une dent (mâchoire !-) contre le très surfait Louis Garrel... Mais bon, comme on est dans un "monde" artificiel, ça doit se tenir...

Un sac de billes, c'est pas trop mal, non plus...

Écrit par : Père Delauche | 04.05.2010

Hé-hé... Forcément, pour Agathe c'est "pas aussi simple" que pour Julie...
Le nom de Bonitzer serait-il plus noble que celui de Depardieu ? :) Bon, de toute manière, j'entendais le mot "sérail" au sens large et non au sens strict de "fils/fille de" (je sais que certains, sur le net, ont "dénoncé" la chose, moi, je m'en fiche pas mal, me sentant très loin de tout ça). Donc j'inclus Greggory et Lencquesaing et je vois un casting 100 % auteur, où chacun est à la place attendue ("L'audace selon Doillon" titrait Télérama : et bien pas sur ce plan-là en tout cas !).
Sinon, je continue à apprécier L. Garrel, ici, chez son père ou dans le film trop négligé de Bertolucci (bon, à part "La belle personne", je n'ai pas vu les Honoré - pas pressé non plus...).

D'accord avec toi sur "Un sac de billes", pas mal. Comme "Amoureuse" et "Le jeune Werther", parmi ceux que je connais et que je n'avais pas cité.

Écrit par : Ed | 05.05.2010

Louis Garrel est pourtant très bien dans les Chansons d'amour, d'Honoré, film aussi bon que son titre est mauvais.

Écrit par : mimylasouris | 08.05.2010

J'ai peur que Les chansons d'amour m'ennuient autant que La belle personne, mais j'essaierai un jour...

Écrit par : Ed | 09.05.2010

'Les chansons d'amour' ont l'avantage d'être parsemé des chansons d'Alex Beaupain, charmantes... mais sinon... toujours ce côté content de soi qui émane des films d'Honoré, et annule en partie ce que la légèreté a de gracieux. Et aussi le truc de faire "à la manière de", des films des années 60 remis au goût des rapports amoureux du jour mais ça n'est pas si captivant comme point de départ...

Écrit par : mathilde | 23.05.2010

Mathilde, ce que vous dites est exactement ce que je crains de trouver dans ces "Chansons d'amour"...

Écrit par : Ed | 25.05.2010

Les commentaires sont fermés.