Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18.03.2011

Cahiers du Cinéma vs Positif (1993)

Suite du flashback 

 

cdc463.jpgPOS387.JPG1993 : Idrissa Ouédraogo, Jane Campion, Alain Resnais et Hou Hsiao-hsien (Le maître de marionnettes) s'expriment dans les deux revues, qui ont le même intérêt pour Les gens normaux n'ont rien d'exceptionnel de Laurence Ferreira Barbosa et les films de Manoel de Oliveira, Le jour du désespoir et Val Abraham. Rétrospectives et inédits font que les noms de Mizoguchi, Naruse, Buñuel, Mankiewicz, Fassbinder, Mann et Guitry se retrouvent dans les sommaires. En revanche, la comédie à la française n'est pas abordée par le même versant : alors que les Cahiers rencontrent Jean-Marie Poiré et Christian Clavier pour Les visiteurs, Positif préfère s'entretenir avec Patrice Leconte à l'occasion de Tango.
La revue de Thierry Jousse soutient About love, Tokyo (Mitsuo Yanagimachi) et Grand bonheur (Hervé Le Roux), publie des entretiens avec Rohmer, Allen, Godard, Ferrara, Philippe Faucon (Sabine), Nicolas Philibert (Le pays des sourds), Jacques Doillon (Le jeune Werther), Philippe Garrel (La naissance de l'amour), mais aussi Roger Corman et Wes Craven (pour un ensemble "Horreur"), Paulo Branco, Catherine Deneuve, Jim Harrison, Jacques Higelin, Jerry Lewis, Fabrice Luchini et Jacques Roubaud. Des textes sur Serge Daney, John Woo, Jonas Mekas, Johan Van Der Keuken, Otto Preminger, Sam Peckinpah et des hommages à Cyril Collard et Federico Fellini complètent le tableau.
A Positif, on fréquente Kusturica, Spike Lee, George Miller, Kieslowski, Loach,  Leigh, ainsi qu'Alison Maclean (Crush), Raoul Ruiz (L'œil qui ment), Paul Schrader (Light sleeper), Victor Erice (Le songe de la lumière), Carl Franklin (Un faux mouvement), Paolo et Vittorio Taviani (Fiorile), Steven Soderbergh (King of the hill), Chen Kaige (Adieu ma concubine), Agnès Merlet (Le fils du requin) et Edwin Baily (Faut-il aimer Mathilde ?). Films à part, comme le Berlin Alexanderplatz de Fassbinder, Heimat II d'Edgar Reitz et Le tombeau d'Alexandre de Chris. Marker, sont largement étudiés et des pages sont consacrées à Juliette Binoche et Audrey Hepburn, Harvey Keitel, le cinéma français muet et le cinéma japonais (entretien avec Tatsuya Nakadai), Stroheim, Borzage et Kobayashi, le Playtime de Tati et les musiques de film (entretiens avec Elmer Bernstein, Stanley Myers, Georges Delerue).  

 

Janvier : La résurrection de Frankenstein (Roger Corman, Cahiers du Cinéma n°463) /vs/ Arizona dream (Emir Kusturica, Positif n°383)

Février : Luis Buñuel (C464) /vs/ Malcolm X (Spike Lee, P384)

Mars : L'arbre, le maire et la médiathèque (Eric Rohmer, C465) /vs/ Samba Traoré (Idrissa Ouédraogo, P385)

Avril : Cyril Collard (C466) /vs/ Lorenzo (George Miller, P386)

Mai : Ma saison préférée (André Téchiné, C467-468) /vs/ La leçon de piano (Jane Campion, P387)

Juin : Rainer Werner Fassbinder (C469) /vs/ Madadayo (Akira Kurosawa, P388)

Eté : Les affameurs (Anthony Mann, C470) /vs/ Musiques de film (Certains l'aiment chaud, Billy Wilder, P389-390)

Septembre : Hélas pour moi (Jean-Luc Godard, C471) /vs/ Trois couleurs : Bleu (Krzysztof Kieslowski, P391)

Octobre : Meurtre mystérieux à Manhattan (Woody Allen, C472) /vs/ Raining stones (Ken Loach, P392)

Novembre : Snake eyes (Abel Ferrara, C473) /vs/ Naked (Mike Leigh, P393)

Décembre : Smoking / No smoking (Alain Resnais, C474) /vs/ Smoking / No smoking (Alain Resnais, P394) 

 

cdc474.jpgPOS388.JPGQuitte à choisir : De belles choses de part et d'autre mais aussi quelques choix de films que je n'apprécie que modérément, voire pas du tout (le Téchiné, le Collard, le Godard, le Spike Lee, le Ouédraogo, le Miller, le Kieslowski). Je regrette de ne pas pouvoir juger le Ferrara ni le Corman (l'une des couvertures les plus marquantes des Cahiers de l'époque). Allez, pour 1993 : Match nul.

 

A suivre...

Sources : Calindex & Cahiers du Cinéma

Publié dans Revue | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : cahiers du cinéma, positif | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

Le choix de novembre est plutôt déchirant en effet

Écrit par : FredMJG | 18.03.2011

Et ça s'articule bien avec les films choisis en octobre...

Écrit par : Edouard | 18.03.2011

mais l'été était pas mal non plus ^^

Écrit par : FredMJG/Frederique | 18.03.2011

Je crois que c'est à cette époque que j'ai pris mon abonnement (résilié depuis!) aux "Cahiers"
Palmarès :

Janvier : P (je n'ai pas vu le Corman)
Février : C
Mars : C (et de très loin!)
Avril : C (pas vu le Miller mais il a l'air bien pleurnichard)
Mai : C (J'aime beaucoup "Ma saison préférée)
Juin : C (Fassbinder même si j'aime beaucoup le dernier Kurosawa)
Eté : Match nul entre deux grands classiques
Septembre : C (pas le meilleur JLG mais toujours infiniment supérieur au très surestimé "Bleu")
Octobre : C (WOODY !!!!)
Novembre : C (je ne suis pas un grand fan de "Naked")
Décembre : Match nul autour de cet immense chef-d'oeuvre.

Finalement, je crois que je suis plus Cahiers ;)
Aout :

Écrit par : Dr Orlof | 19.03.2011

Pas revu depuis sa sortie mais le Miller est, c'est vrai,un peu lourdingue (mais je n'avais pas plus aimé Les nuits fauves, au contraire). En Mai, il n'y aurait, selon moi, pas photo et c'est peut-être à ce moment-là que j'ai compris que jamais je n'aimerai réellement le cinéma de Téchiné. Madadayo, grand bonheur devant ce Kurosawa. J'aime plutôt bien ce Godard (ce n'est pas le cas de tous ceux des années 90). Bleu : souvenir d'un film pas mal mais assez pompeux, Blanc et Rouge sont supérieurs. Octobre : très bon Woody mais très bon Loach également. Enfin, Naked fut pour moi, sur le moment, un vrai choc.

Cela dit je "choisis" à chaque fois en comptant simplement les films que j'aime vraiment dans chaque liste et non en confrontant mois après mois. Deux raisons à cela : un même film peut se retrouver des deux côtés mais sur deux mois différents et, dans les années 50, 60 (pour Positif) et 70 (pour les Cahiers), les publications ont été très aléatoires, avec parfois des trous de plusieurs mois.

Puisque tu es, depuis ce millésime 93 abonné aux Cahiers, tu peux continuer à apporter ton grain de sel pour les prochains.
Mais de toute manière, même si ce paragraphe "Quitte à choisir" tient plus, dans cette rubrique "informative", du clin d'œil final, il faudra que je vous propose un petit jeu dans le genre, une fois arrivé au bout de cette petite aventure...

Écrit par : Edouard | 19.03.2011

Les commentaires sont fermés.