Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04.04.2011

Cahiers du Cinéma vs Positif (1994)

Suite du flashback 

 

cahiers du cinéma,positifcahiers du cinéma,positif1994 : Aux Cahiers, deux pôles structurent les sommaires. D'un côté, le cinéma américain avec la défense de L'impasse (DePalma), d'Un monde parfait (Eastwood), de Tueurs nés (Stone), des rencontres avec Avary, Cameron et Burton, avec Kathleen Turner, avec David Lynch (à propos d'Eraserhead) et un retour sur Orson Welles. De l'autre, le cinéma français particulièrement présent au fil de l'année à travers des entretiens avec Tonie Marshall, Patrice Chéreau, Pascale Ferran, Claire Denis (J'ai pas sommeil), Robert Kramer (Point de départ), Sandrine Bonnaire, Fanny Ardant, Gérard Lanvin et Bertrand Tavernier (sur la cinéphilie), des textes sur Jeanne le Pucelle (Rivette), L'enfer (Chabrol), Du fond du cœur (Doillon), Délits flagrants (Depardon), L'ange noir (Brisseau) et Lou n'a pas dit non (Miéville), un dossier Renoir, un numéro spécial concocté par Isabelle Huppert et plusieurs papiers sur la collection de téléfilms produite par Arte, Tous les garçons et les filles de leur âge. Entre ces deux tendances se glissent Almodovar, Moretti (Journal intime), Loach (Ladybird), Fellini (un entretien inédit), Shin Sang Okk, Ozu et Tarkovski, ainsi que Kiarostami et Kurosawa dont la rencontre est relatée. Le comité de rédaction accueille officiellement, entre autres, Jacques Morice et Vincent Ostria, tandis que Luc Moullet poursuit la chronique qu'il avait entamée l'année précédente.
Dans Positif se lit une flopée d'entretiens réalisés à l'occasion des sorties des films d'Altman, Eastwood, DePalma, Ripstein, Marshall, Coen, Moretti, Pintilie, Kieslowski, Loach, Ferran, Doillon, Tarantino, Avary, Egoyan ainsi que ceux de Peter Greenaway (The baby of Mâcon), Francesca Archibugi (La grande citrouille), Jim Sheridan (Au nom du père), Zhang Yimou (Vivre !), Jacques Audiard (Regarde les hommes tomber), Claude Miller (Le sourire), Alan Rudolph (Mrs. Parker et le cercle vicieux), Mario Martone (Mort d'un mathématicien napolitain), Robert Zemeckis (Forrest Gump), Marcel Ophuls (Veillée d'armes) et Gianni Amelio (Lamerica). Sont également rencontrés Tian Zhuangzhuang, George Lucas, Coppola, James Toback, Robin Williams et Jean-Louis Trintignant. Point de départ, L'ange noir, L'étrange Noël de Mr Jack, Ed Wood et la série Tous les garçons et les filles de leur âge, sont, comme dans les Cahiers, mis en avant. La revue publie des dossiers sur Wellman, Satyajit Ray, Lang et Germi, des papiers sur Mizoguchi, Renoir et le cinéma coréen, une étude sur Stallone et Schwarzenegger. Enfin, le 400ème numéro de Positif est l'occasion de publier 65 textes inédits signés de cinéastes, prolongement d'une rubrique, "Voix off", créée en 1993.

 

Janvier : Kika (Pedro Almodovar, Cahiers du Cinéma n°475) /vs/ Short cuts (Robert Altman, Positif n°395)

Février : Jeanne la Pucelle (Jacques Rivette, C476) /vs/ Au-delà du Missouri (William Wellman, P396)

Mars : Isabelle Huppert (C477) /vs/ L'impasse (Brian DePalma, P397)

Avril : Pas très catholique (Tonie Marshall, C478) /vs/ Ce lieu sans limites (Arturo Ripstein, P398)

Mai : La Reine Margot (Patrice Chéreau, C479-480) /vs/ Le grand saut (Joel et Ethan Coen, P399)

Juin : Les roseaux sauvages (André Téchiné, C481) /vs/ N°400 (Tournage de Force of arms de Michael Curtiz, P400)

Eté : Jean Renoir (C482) /vs/ Un été inoubliable (Lucian Pintilie, P401-402)

Septembre : Speed (Jan de Bont), True lies (James Cameron), Crooklyn (Spike Lee) & Killing Zoe (Roger Avary) (C483) /vs/ Trois couleurs : Rouge (Krzysztof Kieslowski, P403)

Octobre : Tueurs nés (Oliver Stone, C484) /vs/ Petits arrangements avec les morts (Pascale Ferran, P404)

Novembre : L'ange noir (Jean-Claude Brisseau, C485) /vs/ Pulp fiction (Quentin Tarantino, P405)

Décembre : L'étrange Noël de Mr Jack (Henry Selick et Tim Burton, C486) /vs/ Exotica (Atom Egoyan, P406) 

 

cahiers du cinéma,positifcahiers du cinéma,positifQuitte à choisir : Sachant que Kika, Jeanne la Pucelle, La Reine Margot et L'ange noir sont loin d'être mes titres préférés au sein des filmographies respectives de leurs auteurs, que le Tonie Marshall ne m'a pas laissé un souvenir impérissable, que ces Altman, DePalma, Kieslowski, Tarantino et Egoyan-là me semblent peu discutables, que le Pintilie et le Ferran me furent très agréables, même sans avoir vu les autres américains cités et en jouant les excellents Roseaux sauvages et Mr Jack contre le Grand (petit) saut (ou ce Ripstein un peu raide), les Cahiers sont pour moi, cette année, mal barrés.  Allez, pour 1994 : Avantage Positif.

 

A suivre...

Sources : Calindex & Cahiers du Cinéma

Publié dans Revue | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : cahiers du cinéma, positif | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

Rien qu'avec la couverture du Wellman, ma religion est faite :)

Écrit par : Vincent | 05.04.2011

Malheureusement, je ne l'ai jamais vu celui-là. La couverture est très belle :
http://calindex.eu/onepage.php?lapage=0&larevue=POS&num=396

Écrit par : Edouard | 05.04.2011

Remarque : je m'aperçois aujourd'hui que le lien que je donne vers les Cahiers du Cinéma envoie sur une page d'erreur. En effet, la nouvelle équipe en place semble avoir restructuré récemment le site internet de la revue et a malheureusement supprimé la section archives qui permettait de remonter jusqu'aux origines. La nouvelle page créée à la place ne propose pas d'aller plus loin que 2005 ! Espérons que cela n'est que provisoire...

Écrit par : Edouard | 05.04.2011

En fait, c'est cette année-là (à partir du n° sur "Tueurs nés") que j'ai commencé mon abonnement, même si j'achetais déjà régulièrement des numéros.
Encore une fois, je ne suis pas d'accord avec toi (étonnant non? :) )

Pour Janvier : C - Je choisis largement le grand film sous-estimé (Kika) contre le bon film très surestimé (comme presque tous les Altman, d'ailleurs)

Février : C- Pas vu le Wellmann mais j'aime beaucoup le Rivette (eh oui!)

Mars : P- J'aime bien Isabelle Huppert mais 'L'impasse' est un chef-d'œuvre.

Avril : C- J'avais beaucoup aimé "Pas très catholique" et je n'ai pas vu ce Ripstein (qu'est devenu ce cinéaste?)

Mai : P- "Le grand saut" est également un excellent film sous-estimé tandis que j'ai trouvé "La reine Margot" assez lourdaude (comme presque tous les Chéreau)

Juin : C- ELODIIIIIIIIIIIIIIIIIIE dans son beau maillot de bain jaune!

Juillet/Aout : C- Renoir for ever même si j'aime bien le Pintilie

Septembre : Match nul. Daubes américaines contre l'assommant "Rouge", les deux revues ont été mal inspirées.

Octobre : P- Le meilleur film de Ferran, même si je ne déteste pas le Stone.

Novembre : C- Ed, je t'en prie, je t'en conjure : revois "L'ange noir" qui est une pure merveille (comme tous les Brisseau), bien supérieur à "Pulp fiction" d'un Tarantino qui fera beaucoup mieux par la suite...

Décembre : P- Très bon souvenir d'"Exotica" et de sa BO (j'ai acheté mon premier CD de Cohen grâce à Egoyan).

Résultat : Les Cahiers l'emportent par 6 à 4. Le match était relativement serré :)

Écrit par : Dr Orlof | 05.04.2011

L'impasse est un grand film, Short cuts est un chef d'œuvre, mais nous n'allons pas relancer ici notre habituel débat DePalma vs Altman ;-)

L'ange noir et Kika, ce n'est pas que je ne les avais pas aimé, juste qu'ils m'avaient légèrement déçu. En revanche, j'ai piqué du nez devant l'interminable Rivette et je suis resté de marbre devant l'épuisante Reine Margot. Pulp fiction est rétrospectivement moins fort que Jackie Brown (ou Reservoir dogs), mais je ne peux renier mon attachement...

Si je procède comme toi par oppositions successives (ce qui, je le redis, n'est pas tout à fait ce que je fais), cela donne :
P/P/P/N/P/C/C/P/P/P/N = 7 à 2 pour les Ciment's boys
étonnant, non ? :)

En fait, comme je l'ai déjà dit en d'autres occasions, on arriverait à se mettre souvent d'accord en ce qui concerne les années 50 et 60, mais ensuite, c'est le bordel !

Lorsque j'arriverai à la fin de ma série, je reprendrai un peu tout ça dans une note générale (et ludique :-)), et il y aura alors du grain à moudre, même en abordant ces histoires parallèles par ce seul biais des couvertures...

Écrit par : Edouard | 05.04.2011

Les commentaires sont fermés.