Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26.10.2011

Restless

van sant,etats-unis,2010s

****

Enoch a perdu ses parents dans un accident de voiture, s'incruste aux enterrements ayant lieu dans sa ville et dialogue avec un fantôme. Annabel a une tumeur au cerveau et ses jours sont comptés. Ils sont jeunes et beaux. Ils se rencontrent, s'aiment et font leur petit bout de chemin ensemble.

Gus Van Sant a, jusqu'ici, si bien filmé la jeunesse, a si parfaitement réussi à transposer un état d'esprit, qu'il en est arrivé à tourner comme un ado. Avec Restless, il prend un plaisir infini à montrer des petits trucs de gamins, de la craie sur le bitume aux bonbons sur les tables, des bécots sur les lèvres aux histoires (très signifiantes) d'insectes se nourrissant de cadavres. Il voit le monde tel que ceux-ci peuvent le rêver, se met à leur niveau et se complaît dans la niaiserie.

La grande idée de Restless c'est d'aborder le grave sujet de la mort sans aucun pathos au point de prendre à chaque moment le contre-pied de la tristesse attendue, de faire passer avec délicatesse ce qui devrait s'avérer violent, de rendre naturel le surnaturel et d'accepter l'inacceptable. Or, si la mise en scène de Van Sant reste fluide, elle est ici dépourvue de la radicalité de ses grandes œuvres de la décennie précédente comme de l'énergie qui parcourait le plus classique Harvey Milk. Par conséquent, tout devient soudain lisse, sans aspérité, sans faille, sans éclat. Dans Restless, la violence s'évite facilement, les bons conseils sont aisés à recueillir (ils viennent du fantôme), un cadavre à la morgue a l'apparence d'une belle jeune fille, et un enterrement, c'est joli, surtout si on l'enrobe d'une chanson de Nico (artiste dont la musique, pourtant, me semble à l'opposé de la joliesse, du confort et du sourire). Enoch et Annabel font l'expérience de la mort comme d'autres font celle d'une sexualité tendre et apaisée. Leurs références aux kamikazes et au seppuku sont sources de gags (Nagasaki quand même pas, il ne faut pas abuser...) et probablement si la fille s'en va, sa sœur prendra le relai. Bref, dans Restless, la mort, c'est cool...

Si la question habituelle dans ces cas-là est bien posée (Combien de temps reste-t-il à vivre à la malade ?), jamais l'idée de compte à rebours ne prend forme ni ne donne quelque épaisseur aux instants vécus. L'histoire est d'ailleurs vaguement intemporelle mais le refuge dans le passé de ces adolescents n'est finalement prétexte qu'à un beau défilé de mode en vêtements vintage.

Auparavant, Gus Van Sant savait empaqueter ses cadeaux. Cette fois-ci, il n'a préparé que l'emballage, il n'a rien mis dedans. De toute façon, je crois qu'il ne m'était pas destiné.

 

van sant,etats-unis,2010sRESTLESS

de Gus Van Sant

(Etats-Unis / 90 min / 2011)

Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : van sant, etats-unis, 2010s | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

Complètement d'accord avec toi.
Mais quelle merde ce film!

Écrit par : Manu | 27.10.2011

Pas du tout d'accord avec toi sur ce coup-là :)

Écrit par : Rémi | 27.10.2011

tu me confortes dans mon idée de ne pas aller voir ce film...

Écrit par : berserk | 28.10.2011

Je l'ai loupé et malgré ta critique, je le regrette quand même (ne serait-ce que pour me réconcilier avec GVS après l'épouvantable "Harvey Milk" ;) )

Écrit par : Dr Orlof | 28.10.2011

En total désaccord, j'ai trouvé ce film réellement intéressant : )
Mais je respecte ton analyse !

Écrit par : Flo | 28.10.2011

Manu : Je ne sais pas si le mot "merde" est très approprié pour ce film si "délicat" mais bon...

Rémi : Il faut bien quelques désaccords entre nous... :)

berseck : Si la motivation n'est pas là, en effet, je pense qu'il vaut mieux éviter.

Doc : Vu l'ampleur du désaccord que nous avons eu sur Harvey Milk à l'époque, je suis bien incapable de prédire si tu aimeras celui-là ou pas... :)

Flo : Merci. Pour ma part, si je suis si sévère, c'est justement parce que je ne lui ai trouvé absolument aucun intérêt.

Écrit par : Edouard | 28.10.2011

Les commentaires sont fermés.