Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17.01.2012

Le voyage fantastique

voyagefantastique.jpg

****

Le prologue du Voyage fantastique est remarquable et rappelle que Richard Fleischer a d'abord été un réalisateur de thrillers. Sans parole, énigmatique, nocturne et tendu, il montre l'arrivée sur le sol des Etats-Unis d'un homme très protégé et la tentative d'assassinat dont il fait aussitôt l'objet.

En revanche, passé le générique, les choses se gâtent. On pense tout d'abord que l'idée de caler la durée de cette aventure intérieure sur la durée effective du film va le servir (un groupe de scientifiques et de militaires est miniaturisé et injecté dans le corps d'un savant mourant, dans le but de le sauver en détruisant un caillot, l'opération ne pouvant se faire qu'en soixante minutes exactement) et s'accorder avec la prédilection du cinéaste pour les plans assez longs (tous ceux de l'arrivée du héros dans le centre de recherche secret). Mais bien vite, ce sont les limites du procédé qui apparaissent, en particulier au niveau d'une vraisemblance très malmenée. Au-delà de l'argument de départ, qu'il faut bien sûr accepter, le manque de préparation du héros, l'absence de réactions particulières, les raccourcis et l'articulation trop facile des péripéties nous mettent à rude épreuve. Surtout, ce "temps réel" ne produit finalement pas grand chose à l'écran. Le compte à rebours s'effectue de morne façon et les personnages, entièrement soumis à l'action (y compris lorsqu'elle n'est pas trépidante) et aux rebondissements, n'ont pas le temps de dépasser leurs statuts de stéréotypes.

Prudemment évoquée au début (on parle des "Autres"), la guerre froide est supposée servir de toile de fond mais ce contexte est ensuite limité à la présence d'un saboteur qu'il s'agit de démasquer dans l'équipe. Malgré une fausse piste initiale, le suspense, sur ce plan, ne peut jamais s'installer puisque l'on sait dès le générique que l'un des membres de l'équipage est joué par Donald Pleasence (qui finira bouffé par des globules blancs). Aux côtés de ce dernier, Raquel Welch joue les utilités, portant fort bien la combinaison et manquant de se faire dangereusement étreindre par des anticorps voraces (on ferait pareil à leur place), Stephen Boyd traverse le film sans s'étonner une seconde de ce qui lui arrive et Arthur Kennedy, soupçonné à tort, fait preuve de sa grandeur d'âme en philosophant à la vue du spectacle sur l'infiniment grand et l'infiniment petit et en affirmant sa croyance dans le miracle de la vie rendu possible par Dieu.

A sa suite, nous sommes sommés de nous émerveiller devant les images de ce sous-marin s'enfonçant dans les vaisseaux sanguins. Images (pré-)psychédéliques, baignées de lumières et de couleurs irréelles. Pourtant, le grandiose spectacle se heurte constamment aux considérations techniques (on n'échappe pas au jargon de la SF), aux explications pédagogiques sur le fonctionnement du corps humain et surtout aux limites de la représentation des éléments qui constituent celui-ci. Quel effet produisait le film en 1966 ? Aujourd'hui, son décor semble détaché du sujet. Il ne peut être, à nos yeux, fait de la même étoffe que les êtres qui s'y débattent. Ces images de l'intérieur apparaissent stylisées, abstraites, mais en aucun cas, organiques. Et comme le film refuse également de nous entraîner vers un quelconque vertige des idées ou des sensations, il se condamne à rester un produit de prestige simpliste et suranné.

 

fantasticvoyage00.jpgLE VOYAGE FANTASTIQUE (Fantastic voyage)

de Richard Fleischer

(Etats-Unis / 100 min / 1966)

Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : fleischer, etats-unis, science-fiction, 60s | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

Force m'est de reconnaître que tu as raison. Découvert gamin, j'en avais gardé un souvenir émerveillé mais, même en l'ayant revu en salle, il a pris un coup de vieux, surtout si on le compare au film de Joe Dante. ce n'est pas seulement un problème d'effets spéciaux mais comme tu le dis, de crédibilité et d'un certain statisme des personnages. Reste quand même la combinaison de Raquel et quelques effets un peu planant, la scène du passage du cœur peut être...

Écrit par : Vincent | 18.01.2012

Oui, et encore, la scène du passage du cœur est celle qui devrait coller le mieux à l'idée de temps réel puisque cette traversée est chronométrée fébrilement par l'équipe. Or, il me semble qu'elle est rallongée et dure plus longtemps que les 60 secondes prétendument imparties...
La crédibilité est en effet l'un des gros problèmes du film. Par exemple, au dénouement, la déduction soudaine du responsable ("Si j'étais à leur place, je me dirigerai vers l'œil") qui sauve in extremis l'équipage, privé de toute communication, est vraiment ridicule.
Je ne me rappelle pas si je l'avais vu gamin, mais il y a une dizaine d'année, c'est sûr. Et il ne s'est pas arrangé depuis. En revanche,j'ai vraiment envie de revoir le Joe Dante...

Écrit par : Edouard | 18.01.2012

Vu tout petit, très marqué par ce film. Qui a sans doute du vieillir plus que de raison. Je pensais justement à le revoir un de ces quatre. Sinon, au ciné, l'adaptation finchérienne de Millenium vaut son pesant de cacahuètes. Le Eastwood, par contre, bof bof. Mieux vaut lire la trilogie de James Ellroy pour cerner le personnage et la période historique.

Écrit par : Julien | 23.01.2012

Millenium, je reste sur la déception de Social network et je n'ai ni lu les romans, ni vu les films suédois. Je pense que je vais passer mon tour.
Quant au Eastwood, j'ai fini par me déplacer et... j'ai bien fait. Je le trouve assez passionnant. J'en parlerai bientôt.

Écrit par : Edouard | 25.01.2012

Lu aucun des bouquins, ni vu les films suédois. Le Fincher reste un très bon film. Le Eastwood passionnant ? J'attends ta note, je l'ai trouvé assommant.

Écrit par : Julien | 25.01.2012

Le Fincher, ce sera sûrement "à l'occasion".

Dans J. Edgar, contrairement à beaucoup, j'ai trouvé très intéressant ces vieillissements, ces masques et cette pénombre qui mange tout.

Écrit par : Edouard | 25.01.2012

Les commentaires sont fermés.