Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21.02.2008

Pusher III

(Nicolas Winding Refn / Danemark / 2005)

■■■□

ee28d006c6d1460d890d8c6cdd1f20a9.jpgDans Pusher III vient le tour de Milo, le serbe, qui tente de décrocher de l'usage de la drogue mais pas de son trafic. Aujourd'hui, il doit assurer le repas d'anniversaire de sa fille Milena tout en démêlant une sale histoire de cachets d'ecstasy envolés dans la nature et réclamés par ses associés albanais.

Après l'enquête sur le monde des dealers et la tragédie familiale, on passe à l'auscultation d'un esprit qui vacille. Milo (Zlatko Buric impeccable) accapare l'image. Se faisant vieux, bousculé par la montée des nouvelles générations, au sein desquelles sa fille et son gendre prennent parfaitement leur place, il semble perdre pied au fur et à mesure qu'avance cette journée étourdissante. Car Nicolas Winding Refn resserre l'action sur quelques heures. Mais plutôt que de reservir une course pour la survie chronométrée, il brouille les repères temporels, multiplie les moments de flottement, entraîne jusqu'au vertige. L'énergie qui s'accumulait dans les deux premiers volets se décharge au final. Milo s'épuise et se vide. Sa dérive le mène vers un trou noir, là où l'on perd le sens commun, où l'on en arrive à nier le corps humain, réduit méticuleusement et mécaniquement à rien. Cette béance, c'est une longue séquence de boucherie, clinique et inéluctable, qui mettrait à mal l'estomac si il n'était pas préparé petit à petit, comme contaminé et pétrifié lui aussi dans ce néant.

Dans ce troisième et dernier épisode, la caméra de Winding Refn est encore moins agitée. La musique se fait lancinante. Nulle trace de hard rock cette fois-ci, mais un fond, un bruit qui obsède, à la manière parfois des trouvailles de Badalamenti chez Lynch. Enfin, de ses trois héros aux destins suspendus, c'est Milo que le cinéaste quitte de la façon la plus aérée, la piscine vide en dessous de lui, le ciel bleu au-dessus. C'est pourtant celui auquel on donne le moins de chance de survie, celui qui paraît déjà mort.

Ainsi se clôt la fameuse trilogie, description édifiante de quelques rouages d'un empire criminel tentaculaire et internationalisé. Nicolas Winding Refn n'a pas choisi de faire une saga à la Coppola, mais de développer trois branches distinctes d'un même arbre, en travaillant à chaque fois sur des problématiques et des rythmes différents. En ce sens, son oeuvre est assez proche de la trilogie de Lucas Belvaux, Un couple épatant / Cavale / Après la vie, et donne le même sentiment d'un résultat final encore supérieur à la somme des parties séparées, déjà remarquables en elles-mêmes. Ennemi du politiquement correct, maître de ses effets, grand libérateur d'énergie et sacré directeur d'acteur, forcément, ce jeune cinéaste a réalisé ou réalisera d'autres travaux dignes d'intérêt.

Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : winding refn, danemark, 2000s | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

J'ai beaucoup apprécié la trilogie vu en salle il y a presque 2 ans pendant l'été, j'en ai d'ailleurs fait un billet à l'occasion de la sortie en DVD le 20 juin 2007. C'est violent mais avec des moments de tendresse et les acteurs sont tous géniaux. Ca prouve bien que les européens sont capables de faire ce genre de film (comme les asiatiques et les américains). Pour Pusher III, la scène de comment faire disparaître un cadavre en le saignant, le vidant et le réduisant à l'état pâté pour chien est éprouvant mais j'ai quand même souri. Une scène d'anthogie. Pour Pusher II, Mads Mikkelsen avec son crâne rasé et ses tatouages est touchant quand il décide de garder le bébé (son bébé).

Écrit par : dasola | 24.02.2008

Tout à fait d'accord sur ces remarques, notamment sur les acteurs. J'irai donc lire cette note dès que possible.

Écrit par : EdSissi | 24.02.2008

Les commentaires sont fermés.