Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29.12.2009

Tetro

(Francisco Fordo Coppolacini / Etats-Unis - Italie - Espagne - Argentine / 2009)

■□□□

tetro.jpgJe n'avais jamais entendu parler de ce jeune cinéaste mais après avoir découvert son premier long-métrage, le dénommé Tetro, j'ai envie de saluer son audace malgré l'impression de ratage presque total que j'ai pu ressentir.

Le bonhomme serait fraîchement diplomé de quelque école de cinéma que cela ne m'étonnerai guère. L'œuvre est en effet sur-référencée et convoque tous les arts possibles, le septième en premier. L'évocation d'un Powell-Pressburger (Les contes d'Hoffmann, dont on voit un extrait) sert à tisser l'un des fils du scénario et cette histoire d'une famille d'artistes torturés se prête à la mise en abîme et à la distanciation fassbinderienne du mélodrame. L'érotisation des corps, tant féminins que masculins, et la circulation d'un désir flottant entre les genres renvoient également au cinéaste allemand et donc, par ricochet, à Almodovar. Une représentation théâtrale nous transporte presque en pleine movida, pas seulement par les échanges en espagnol et l'apparition de Carmen Maura, mais aussi et surtout par le débraillé (certes lêché) de la mise en scène poussé jusqu'au n'importe quoi (Almodovar, donc, enfin... celui de l'époque Pepi, Luci, Bom...).

Notre débutant à choisi de traiter un sujet fort ambitieux, celui de la famille, en l'abordant par la face mélodramatique de la découverte du secret. Consciencieux, il nous gratifie donc, à peu près toutes les dix minutes (sachant qu'il y en a au total 127), d'une grosse révélation pour finir sur un ahurissant point d'orgue. Compte tenu de cela, on comprend que les personnages soient très tourmentés. Comme ils baignent dans l'art, ils dialoguent par formules, s'appliquant à trousser des phrases sonnant de manière définitive au mépris de la plus élémentaire crédibilité des échanges (mais me direz-vous peut-être : quelle poésie, quel mystère, quelle profondeur...).

Sans doute par manque de moyens, notre grand espoir a tourné en noir et blanc, à l'exception des séquences de flash-backs, cadrées en couleurs dans un format plus carré, se rapprochant (comme c'est bien vu !) de celui des home movies(apparaît alors le pourtant très peu latin Klaus Maria Brandauer dans le rôle du Maestro Tetrocini). Il faut dire que Monsieur sait travailler l'image et magnifier ses acteurs (Vincent Gallo est très... affecté... très Vincent Gallo quoi). En revanche, pour retranscrire l'ambiance de Buenos Aires, mettre du tango sur la bande-son et un couple pittoresque s'invectivant avec passion au bord du cadre, c'est un peu juste.

En fait notre jeunot a ranimé un genre délaissé : le film arty (et sexy). Devant le résultat obtenu, la nostalgie nous rattrape par le col (du blouson en cuir) et l'on repense à Rusty James et au Motorcycle Boy...

...Ah, excusez-moi, on m'interpelle... Comment ?... Qu'est-ce que vous dites ?... Non... Qui ça ? Coppola ?... Roman, alors... Non ? Vous en êtes sûr ?... Francis ?!?!... Oh putain !

Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : coppola, etats-unis, argentine, mélodrame, 2000s | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

MDR KIKOO LOL !
PS. Tu me rassures...
Re-PS. Mais bon, inutile de culpabiliser, monsieur se moque des critiques et du succès, donc, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles (d'en virer un au grand galop merci)

Écrit par : FredMJG/Frederique | 29.12.2009

Teu-teu-teu, Ed !

Vous me recopierez cent fois :

"Francis Coppola est un grand cinéaste ; et ses derniers films sont sublimes. Point." ;-DDD

(pas d'explications à donner : il faut - prendre le temps - de revoir ce film tragique sur les tourments de la création).

Écrit par : Père Delauche | 29.12.2009

Fred : Au milieu de cet océan blogosphérique de louanges adressées à "Tetro", nous nous rassurons donc mutuellement...

Père "Supérieur" Delauche :
Francis Coppola était un grand cinéaste ; et ses derniers films sont sous-Blimp.
Francis Coppola était un grand cinéaste ; et ses derniers films sont sous-Blimp.
Francis Coppola était un grand cinéaste ; et ses derniers films sont sous-Blimp.
Francis Coppola était un grand cinéaste ; et ses derniers films sont sous-Blimp.
Francis Coppola était un grand cinéaste ; et ses derniers films sont sous-Blimp.
Francis Coppola était un grand cinéaste ; et ses derniers films sont sous-Blimp.
.....
J'ai bon là ?
(en même temps, je dois dire que je n'avais plus rien vu de lui depuis Dracula)

Écrit par : Ed | 29.12.2009

Très belle note qui donne quand même envie de s'y mouiller, dans ce film. Je remarque la jubilation que l'on a à critiquer les films qu'on estime mauvais : il y a un côté très libérateur dans le fait de tourner la critique en farce, j'en fait l'expérience de temps à autre...

Écrit par : Raphaël | 30.12.2009

Je suis assez d'accord avec Ed ! A voir ce film, je me dis qu'une certaine critique (française essentiellement) a fait énormément de mal à certains cinéastes hollywoodiens, en les "auteurisant". Ils ne s'en sont jamais remis et ça finit dans les tics même pas distanciés de Tetro...

Écrit par : Ludovic | 30.12.2009

Raphaël : De plus, ce type de démarche permet de prendre plaisir à écrire sur un film qui laisse, à la sortie de la salle, complètement découragé et pas du tout inspiré.

Ludovic : Votre remarque me fait penser aux propos très justes de Michel Ciment l'autre soir au Masque et la plume : "Le Parrain est un film bien plus personnel que Tetro".

Écrit par : Ed | 30.12.2009

Je n'avais pas lu cette note qui passe complètement à côté de son sujet, par excès de facilité sans doute. Tetro est un film prodigieux, réussi de bout en bout, rempli de fougue et d'ambition, réalisé par un jeune cinéaste talentueux de 70 ans. C'est incontestablement le meilleur film de l'année 2009 et sans doute un des 50 meilleurs films de la décennie.

Le scénario est signé FF Coppola, on y trouve des accents shakespeariens, un air de tragédie grecque, le tout sublimé par une mise en scène sublime. Le N&B est magnifique et il faut souligner les séquences de théâtre et de danse qui illustrent la tragédie du passé. C'est brillant, c'est fort, grandiose.

Après l'insurpassable Parrain et Apocalypse Now, FF Coppola réussit un troisième chef-d'œuvre : Tetro.

Ne vous fiez pas à la critique, aux critiques, Coppola c'est un nom et quand on voit le résultat de Tetro on comprend pourquoi : allez vous faire une idée devant le grand écran.

Quand je me retourne sur les 50 films que je suis allé voir cette année, je n'en trouve aucun pour supporter la comparaison. Et pourtant, ce fut l'année de (en vrac) : Gran Torino, Tokyo Sonata, The Wrestler, Un prophète, Idiots and angels, The Chaser, Le ruban blanc...).

Écrit par : Julien | 31.12.2009

C'est moins ma note qui passe à côté du sujet (les affres de la création, l'ombre portée des pères sur les fils... : tout cela lourdement signifié), que le film qui est passé à côté de moi.

Les chefs-d'œuvres de Coppola se nomment Apocalypse now, Conversation secrète ou le Parrain 2. Ceux des années 80, Coup de cœur, Rusty James ou Cotton Club étaient de magnifiques exercices de style qui, tout en convoquant des fantômes du passé, étaient ancrés dans le présent de leur réalisation. Tetro, lui, est vague, artistiquement et historiquement. Il emprunte à tout le monde et fait étalage de culture, certificat d'auteurisme. La représentation de la réalité, l'hommage à tous les arts (cinéma, peinture, musique, danse, théâtre, littérature) : avec "Parle avec elle" Almodovar s'en est chargé mille fois mieux dans un film arrivant au bout d'une maturation artistique et prenant ainsi la forme d'une apothéose. Ici, ce n'est qu'une tentative maladroite de reprendre pied.

Un beau noir et blanc n'a jamais suffi à faire un bon film et Vincent Gallo est très mauvais.

Écrit par : Ed | 01.01.2010

Ah, je comprends mieux. Déjà que tu cites le Parrain 2 alors que le chef-d'œuvre c'est sa trilogie dans son intégralité me laisse penser que tu n'es peut-être pas très Coppolaphile. Et que tu le compares à Almodovar, comme tout le monde, signifie peut-être que tu as voulu faire une comparaison.

Je ne trouve aucune lourdeur au film, plutôt une grande légèreté et un immense plaisir de filmer. Sur le mélange et sur les références, je crois que quasi tous les Coppola ont ce que tu sembles désigner un défaut. Ça ne m'a pas dérangé, au contraire !

Il n'y a pas qu'un très beau N&B, il y a un projet grandiose, un scénario mégalo et beaucoup beaucoup d'autres choses dans ce film prodigieux. Donc oui, tu es bien passé à côté (ou il t'es passé à côté) et c'est bien dommage.

Je crois que Vincent Gallo t'agace mais il n'a jamais joué autrement. En tout cas, même s'il dépareille légèrement, il ne m'a pas dérangé non plus.

Écrit par : Julien | 01.01.2010

On peut effectivement considérer la trilogie du Parrain comme un chef d'oeuvre d'un bloc, mais je détache quand même le deuxième volet, que j'ai revu relativement récemment en le trouvant tout à fait extraordinaire, et que j'ai toujours légèrement préféré aux deux autres.

Sinon j'avais bien aimé V. Gallo en... 93, dans Arizona dream.

Écrit par : Ed | 01.01.2010

Hello
En règle générale le Gallo n'est jamais bon que chez Claire Denis... dans "Nénette et Boni" et "Trouble every day"...
Je crois que c'est parce qu'il est sincèrement amoureux, alors il s'écrase...
:D
PS. Ou sinon dans son cercueil entre Walken et Penn dans The funeral, il n'était pas trop mal non plus :)

Écrit par : FredMJG/Frederique | 01.01.2010

Ah, oui, j'oubliais le Ferrara (en revanche, l'oubli de "Trouble every day" était volontaire ; pas vu l'autre Claire Denis).

Écrit par : Ed | 01.01.2010

Diable, quelque chose est en train de se passer en 2010 qui m'inquiète énormément : JE SUIS ENTIEREMENT D'ACCORD AVEC TOI!!!!!
Dois-je consulter? :)

Écrit par : Dr Orlof | 03.01.2010

Sans vouloir vous faire peur : oui, vous devez consulter tous les deux. Passer à côté d'un chef-d'œuvre de la décennie, pour les cinéphiles émérites que vous êtes, c'est grave. Et il arrive aussi (cf. le lien que m'a envoyé Orlof) que les critiques établies ne disent pas que de la merde (bon, c'est facile à dire quand elles vont dans mon sens).

Écrit par : Julien | 03.01.2010

Je veux bien aller me faire soigner mais si c'est pour laisser 50 euros (non remboursables par la sécu) dans les poches des médecins spécialistes du cabinet des Cahiers du Cinéma, non merci. Ils vont me ressortir leur vieux remède à la con, leur PDA (Politique Des Auteurs), qui n'est plus efficace depuis longtemps...
Ou alors, on y va à deux avec Orlof et on partage les frais...

Écrit par : Ed | 03.01.2010

Les commentaires sont fermés.