Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08.02.2009

Rusty James

(Francis Ford Coppola / Etats-Unis / 1983)

■■■□

rustyjames1.jpgPoint culminant de l'esthétique des années 80 (sortie française en février 1984), Rusty James (titre original : Rumble fish, littéralement "poisson combattant") est une oeuvre sur laquelle notre regard a changé, vingt-cinq ans après, alors qu'elle faisait justement de la réflexion sur le temps l'un de ses principaux thèmes. Le film s'inscrit volontairement dans un cadre intemporel, accumulant les signes décoratifs ou vestimentaires venant de différentes époques (jusqu'aux années 50) et limitant au strict minimum les touches de modernité (on note à peine qu'un échange a lieu dans une salle de jeux vidéos). En revanche, ces éléments sont réordonnés et sublimés par une forme neuve. Et vu d'ici et aujourd'hui, c'est ce formalisme exacerbé qui fixe Rusty James dans les 80's et pas ailleurs.

Rusty James est un beau gosse enragé de Tulsa qui fantasme sur l'époque révolue des gangs et qui rêve de ressembler à son grand frère, surnommé The Motorcycle Boy, énigmatique et charismatique leader de bande revenu récemment d'un exil en Californie. Le scénario n'est que pur prétexte pour Coppola, bien décidé à démontrer la pertinence de son double projet Outsiders/Rumble fish, soit deux films consécutifs réalisés avec la même équipe et à partir de deux romans originels signés du même auteur (S.E. Hinton), l'un étant illustré de manière conventionnelle, l'autre totalement personnelle.

Les stéréotypes abondent : le jeune chien fou, le pote étudiant à lunettes, la droguée mal-aimée, le père alcoolo, les bastons... L'intérêt est que ces clichés sont parfaitement assumés, il n'y a qu'à voir ce personnage de policier qui n'est qu'une image de policier, invariable, omnisciente, symbolique. Le moindre plan vise à la beauté picturale, le moindre photogramme pourrait se retrouver en couverture des magazines de mode les plus classieux.  Parfois, les visages se détachent ostensiblement de fonds unis ou nuageux qui ne servent qu'à découper une forme, une silhouette (le dernier plan du film avec l'océan au loin).

The Motorcycle Boy surgit de nulle part et Mickey Rourke devient sur le champ une icône. Il prend la pose même en marchant, les bras toujours croisés. Le miracle est que, malgré cela (ou de surcroît), l'électricité passe dans le regard de l'acteur, fascinant. Son personnage comme absent, parlant à voix basse, s'oppose parfaitement a celui de Rusty James qui est constamment dans la gesticulation et les changements d'intonation, qui est plus marqué par son look et son langage (ses phrases ponctuées de "man" et autres "fuck"). Grande réussite que l'ensemble du casting, notamment pour ce trio familial qui paraît évident : Rourke/Dillon/Hopper (et tant qu'on y est, pas question d'oublier de mentionner l'incendiaire Diane Lane). De leurs échanges se dégagent une justesse certaine, par la mise en évidence de leurs points communs et de leurs divergences. Il est ainsi beaucoup question d'intelligence et les propos qui pourraient passer pour des sentences gratuites (l'une des plaies des films les plus superficiellement modernes de cette époque-là) n'y ressemblent jamais car ils ne sortent que de la bouche du Motorcycle Boy ou de son père, hommes plus "habités" que Rusty James.

Dans la deuxième partie, les personnages ne cessent de réfléchir sur eux-mêmes comme Coppola semble réfléchir sur le cinéma. Le film abandonne peu à peu toute velléité trop dramatisante (ce n'est pas une série de règlements de comptes brutaux entre gangs) et se transforme en une errance nocturne (voir comment est filmée l'ivresse) au cours de laquelle Rusty James ne va cesser de suivre son frère, à deux mètres de lui, l'observer, tenter de le saisir et de faire sienne un peu de son aura.

La distanciation formelle imposée par le cinéaste nous touche plus aujourd'hui en passant par les postures ou les dialogues que par les gimmicks visuels, un peu trop sollicités (pendules, fumées, nuages filmés en accéléré). Notons toutefois que l'on remarque surtout la dernière horloge apparaissant à l'écran qui annonce deux minutes avant minuit, avant le dénouement, ce qui nous fait dire que le procédé n'a pas été utilisé vainement. Le choix esthétique le plus marquant est bien évidemment celui fait par Coppola de tourner dans un somptueux noir et blanc, choix justifié en passant, au bout de quelques dizaines de minutes, sans insister et en laissant libre d'adhérer ou pas à l'interprétation : nous voyons le monde comme le voit le Motorcycle Boy (il faudrait donc lire les tags introductifs sur les murs de la ville, "The Motorcycle Boy reigns", dans ce sens-là et pas seulement comme la trace d'un passé légendaire). "C'est comme une télé en noir et blanc avec le son très bas", dit-il lui-même, qui n'a des couleurs que le souvenir de quelques touches. De fait, tout autant que le visuel, le son est travaillé de manière extraordinaire.

La musique de Stewart Copeland, composante essentielle du projet, si bluffante en 84, m'a paru cependant avoir subi quelque peu les assauts du temps. Toujours stimulante, elle s'est toutefois chargée de certaines sonorités qui heurtent l'oreille et qui rameutent subrepticement le triste fantôme d'Eric Serra. Le nom est lâché, il faut aller jusqu'au bout et maintenant poser la question : pourquoi Rusty James, quintessence d'un certain cinéma, est-il un film infiniment supérieur à Birdy et autres Subway ? Sans reprendre les éléments de réponse apportés plus haut, mettons en avant une différence radicale. L'image de la fin du Motorcycle Boy nous est refusée, laissée hors-champ. En avoir la trace  sonore suffit, inutile de plomber le spectateur, de l'appâter. Coppola n'est pas dans la démagogie et le chantage à l'émotion. Il reste honnête et cohérent dans l'esthétique et la morale. Tout le contraire du cinéma de Parker ou de Besson, de leurs fins de film mensongères destinées à rassurer coûte que coûte le spectateur avant qu'il ne quitte la salle (de ce point de vue, la séquence de lévitation de Rusty James pourrait induire en erreur : le fait est qu'elle échappe au travers du détournement trop facile par l'interrogation qu'elle amène, encore une fois, sur les clichés que l'âme du héros survole, et accessoirement, par sa force plastique). Et puis, tout simplement, Coppola organise un univers (un monde refermé sur lui-même, comme un aquarium, certes, mais dont la vitre peut aussi nous renvoyer notre image).

Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : coppola, etats-unis, 80s | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

je me souviens d'un profond ennui à la vision de ce film.
j'avais été fasciné par Mickey Rourke mais le film lorgne bien trop vers le cinéma d'auteur européen pour m'intéresser. J'y trouve un peu de la vanité arty qui caractérise les films des rejetons Coppola (CQ, Lost in translation). Je préfère largement Outsiders donc. Plus simple, plus substantiel, moins prétentieux et donc plus émouvant.
et dans la veine "conceptuelle" de Coppola, je préfère Coup de coeur. A la fois plus éblouissant et plus resserré dramatiquement. Non vraiment, je n'aime pas ce film alors que j'aime beaucoup Coppola.

Écrit par : Christophe | 09.02.2009

Très bon souvenir de Coup de coeur. Quant à Outsiders, je ne l'ai pas revu depuis plus de vingt ans...
Je crois, Christophe, que nos goûts divergent en ce qui concerne le cinéma d'auteur européen et, pour ma part, j'adore, en général, quand des cinéastes américains tentent un croisement avec des formes européennes (certains Jarmusch, les premiers Hartley, Coppola père et fille, certains Soderbergh comme L'Anglais...). Pour moi, quand c'est réussi, c'est comme si l'on prenait ce qu'il y a de mieux de chaque côté : l'assise d'un genre et l'approche physique des caractères américains et la recherche formelle européenne.
Je reconnais quelques limites à Rusty James (un trop plein) mais le film reste selon moi extrèmement stimulant.

Écrit par : Ed | 09.02.2009

ma phrase n'était pas claire: ce n'est pas tant le cinéma européen qui m'indiffère que le cinéma américain qui se voudrait européen.
mais vous m'avez quand même compris je crois, vu que tous les cinéastes que vous citez m'agacent en effet (sauf Hartley que je ne connais pas).

Écrit par : Christophe | 09.02.2009

Je me permets ? Je me permets:

Serti dans un N&B aussi expressionniste qu’un perfecto Bedenekien, voici un film bien de son temps (et donc difficilement du présent nôtre), rappelant les révérencieux Wenders plastiques d’alors, et croulant sous les allégeances arty (le ciné indé des 60’s européen ou non : new wave à plus d’un titre (Mickey Rourke, fait "Motorcycle Boy", aurait pu être le leader d’Echo & the Bunnymen), le métrage préfigure autant Jarmush qu’il salue le Fellini mystique et nostalgique), castingué comme une pute de luxe indie (Tom Waits, Dennis Hopper et le petit brat pack familialo-Coppo’) et emballé avec un fétichisme homo-esthétisant 18 carats (le flic ‘stachu semble par exemple échappé des Village People !), matiné de néo-western, 'f course !
Le tout est mis au service d’une jolie parabole (sorte d’Outsiders mystique et irréel), magnifiant l’admiration fraternelle, exaltant (avec force romantisme urbain radicalisé) le passage tourmenté de l’ado à l’adulte, perdu dans un no man’s land émotionnel, un entre deux mondes symbolique et désincarné. Le Tulsa des hangars, des bars à billards et des perrons à pépées offre un écrin à la fois sur-balisé et paradoxalement ad-hoc au rêve (cauchemar ?) éveillé que le spectateur fait en même temps que le gars Rusty et son grand frère fantomatique et adulé, flottant dans les airs au dessus de son petit monde le temps d’un évanouissement.
Pétrie de postures graphiques modernes alors (le N&B rehaussé du rouge des rumble fishes, les stigmates du temps qui file à toute blinde (nuages et ombres accélérées, horloges et autres symboles particulièrement envahissants)) plaçant la chose tantôt dans un bon sens hypnotique, tantôt tel un clip de Luc Besson ou un titre de Beineix, la mélancolique ballade, pleine de « fureur cool », constitue fatalement un spécimen de film-culte, générationnel à tout le moins. Seulement voilà, 1983's far from us…

Écrit par : mariaque | 09.02.2009

Mmmm... ça donne envie de le revoir tout ça... alors que pour ma part, j'ai trouvé "Outsiders" très attachant et "Coup de coeur" absolument indigeste (vus les deux films en 2002 et Rusty James à la fin des années 80). Pour continuer dans la veine des influences arty, Coppola ne s'est jamais caché d'avoir été très marqué par le travail de photographe de Larry Clark ce qui peut donner ce sentiment étrange de tout de même trouver une justesse "documentaire" (en tout cas de reconstitution) au milieu de cette pose classieuse.

Écrit par : Joachim | 10.02.2009

Vu dernièrement, je n'avais pas complètement accroché parce que, comme il a été dit, les intentions formelles de Coppola sont bien trop évidentes. Plus que la relation entre les deux frères, ce qui m'a touché, dans mon petit coeur de midinette, c'est l'histoire d'amour avec Diane Lane. Une telle beauté dans un film aussi écorché vif, mais un peu trop mis en scène, c'est un argument a minima pour recommander à ceux qui ne l'ont vu d'y jeter un oeil...

Écrit par : Julien | 10.02.2009

Christophe : Nous sommes d'accord sur notre désaccord...

Mariaque : Je pense que notre vision concorde assez, bien que vos formules percutantes trahissent une déception plus grande que la mienne à la revoyure de ce film d'adolescence.

Joachim : Pas pensé à Larry Clark pour le coup (mais je connais mal son travail de photographe, contrairement à ses films, que j'aime par ailleurs beaucoup). La piste pourrait être cependant à creuser. J'espère te lire un jour sur ce Rusty James.

Julien : En ce qui concerne Diane Lane (l'un de mes coups de foudre de l'époque), il n'y a cette fois aucun bémol à apporter, elle est magnifique.

Écrit par : Ed | 11.02.2009

Les commentaires sont fermés.