Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02.02.2010

Marquis

(Henri Xhonneux / Belgique - France / 1989)

□□□□

marquis.jpgMarquisfaisait partie de ces quelques titres intrigants notés dans un coin depuis longtemps, sans que je ressente pour autant le besoin de courir après à tout prix. Le projet de Roland Topor et Henri Xhonneux était osé. Le film est l'évocation d'un épisode de la vie de Sade, embastillé au moment de la Révolution. Surtout, il se démarque par une particularité : tous les comédiens ont sur les épaules d'énormes têtes d'animaux dont les mouvements sont assurés par une technique "d'animatronic". Ainsi, le personnage principal, Marquis, a une tête de chien. Son geôlier est un rat, Justine, une vache... Cela ne les empêche nullement de parler normalement.

Une fois la curiosité satisfaite, il apparaît très rapidement que ce choix est non seulement une fausse bonne idée, mais encore qu'il provoque plusieurs catastrophes. C'est d'abord la mise en scène qui s'en ressent. Elle semble diparaître entièrement, se transformant en simple enregistrement de spectacle de marionnettes à taille humaine, passant, engoncée, d'un tableau à un autre sans aucun ryhtme. Aucune progression sensorielle n'est proposée alors que le scénario lui-même n'offre qu'une succession informe de vignettes carcérales, entrecoupées de quelques échapées vers la bonne société de 1789. Dans une grande confusion, divers auteurs sont cités, entre deux calembours littéraires d'une grande platitude. Autant dire que l'on se contrefiche de ce qui peut advenir.

Il est de toute façon impossible de s'attacher à qui que ce soit sur l'écran. La distanciation qui nous est imposée sert certainement à illustrer plus facilement les actes scabreux. Seulement, il en découle une absence totale des corps, les parties intimes, fesses, seins, sexes, étant elles aussi figurées par des postiches. L'érotisme manque donc forcément à l'appel. Les passages les plus dérangeants se trouvent désamorcés et la violence n'est présente que dans de brefs récits ou rêves du Marquis, illustrés en animation de pâte à modeler, seuls instants un peu troublants. Si l'on ajoute que la direction d'acteurs ne passe que par le prisme du grotesque et de la pantomime, on comprendra que cet objet plutôt attirant sur le papier est en fait totalement négligeable et anodin.

Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : xhonneux, belgique, france, 80s | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

Oui, ce fut une très grande déception à l'époque, si bien que lors de son passage récent à la télévision je n'ai pas osé y retourner voir. Faire de l'anodin avec Sade : dans quel monde vivons-nous ?

Écrit par : Ludovic | 04.02.2010

Personnellement, Ludovic, c'est bien à Arte que je "dois" cette découverte, plus ou moins attendue. Quel ennui à l'arrivée, et avec ce sujet... L'inégal "Quills" de Philip Kaufman était bien plus intéressant.

Écrit par : Ed | 04.02.2010

Pas vu. A voir donc ?

Écrit par : Ludovic | 05.02.2010

A voir par curiosité. Celle-ci y est, à mon sens, bien mieux satisfaite que devant "Marquis". Dans les limites d'une confortable production américaine, les tourments d'un Sade emprisonné y étaient, dans mon souvenir, représentés avec suffisamment de force. Geoffrey Rush et Kate Winslet sont remarquables.

Écrit par : Ed | 06.02.2010

Les commentaires sont fermés.