Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17.12.2012

Des monstres attaquent la ville

desmonstresattaquent.jpg

Si, à propos de la série B, l'expression "charme désuet" revient souvent, elle sert parfois à masquer trop facilement ce qui s'avère très insuffisant, voire totalement nul.

Faire entrer un monde dans les étroites limites d'un cadre mis sous pression par les contraintes économiques et techniques, voilà l'un des buts communs à ces productions. Ici, dans le pourtant assez réputé Des monstres attaquent la ville, la tentative se solde par un échec. Malgré les efforts déployés, notamment au niveau d'un scénario qui impose pendant longtemps l'idée du maintien d'un secret absolu entre une poignée de personnes, le film de Gordon Douglas n'arrive jamais à justifier de façon convaincante que, dans une mésaventure aux répercutions si inquiétantes (est en jeu l'avenir de l'humanité, rien que cela), seulement quatre personnes (un policier, un agent du FBI, un scientifique et sa fille) se chargent de tout (enquête policière, exploration scientifique, décisions politiques, actions militaires...) et soient partout (parcourant le sud-est des Etats-Unis), du début à la fin, tout juste aidés (logistiquement pourrait-on dire) par l'armée dans la seconde partie.

Parmi les aberrations narratives, la gestion du temps, court ou long, pose de sérieux problèmes au spectateur le mieux disposé. A peine l'appel à un gars du FBI est-il évoqué dans un bureau qu'il y déboule dans le plan suivant. De manière plus générale, la rapidité avec laquelle arrivent les événements laisse sceptique. L'idée du film est celle-ci : suite aux essais nucléaires de 1945 au Nouveau-Mexique, des fourmis ont muté pour atteindre une taille gigantesque. Les autorités s'en rendent compte lorsque, en l'espace de quelques heures, plusieurs personnes disparaissent ou sont retrouvées mutilées. Les maladroites tentatives d'explication du scientifique n'y font rien : on se demande bien pourquoi de telles bestioles (présentes par centaines) n'ont jamais été repérées auparavant, l'une des deux fourmilières ayant pourtant trouvé sa place dans les égouts de Los Angeles !

Si dans les premières minutes Gordon Douglas parvient à créer une tension certaine en montrant uniquement le résultat de deux attaques dans le désert, celle-ci s'évanouit lorsqu'apparaissent les monstres sanguinaires, grandes et lentes peluches mécaniques bien inoffensives auxquelles même votre grand-mère, qui n'est pourtant pas bien vaillante, parviendrait à échapper. Ajoutons à cela des personnages transparents, l'invraisemblable sauvetage de deux jeunes garçons entourés par plusieurs mandibules ou le pauvre message final véhiculant l'inquiétude post-atomique...

Certes, plus positivement, relevons aussi quelques passages évitant au film de sombrer entièrement, comme l'introduction déjà citée, traversée notamment par une petite fille rendue muette par la terreur, ou l'exploration du réseau d'une fourmilière géante en plein désert. Mais le film ne propose pas plus d'un plan marquant. Celui-ci arrive assez tôt. Il s'agit d'un surgissement, à la sortie d'un trou, qui toutefois n'a rien de terrible et ne donne rien de poilu à voir. C'est l'apparition, à la descente d'un avion, des jambes de la jeune scientifique à la jupe courte. Un instant coincée à mi hauteur de l'échelle verticale tombant du ventre de l'appareil, elle se présente d'abord ainsi à ceux qui l'accueille sur la piste : par ses belles gambettes.

Ce moment mis à part, le film n'est vraiment pas fourmidable.

 

****

desmonstresattaquent00.jpgDES MONSTRES ATTAQUENT LA VILLE (Them !)

de Gordon Douglas

(Etats-Unis / 92 min / 1954)

Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : douglas, etats-unis, fantastique, 50s | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

la série B américaine était une école pour les futures cinéastes et un héritage pour Spielberg, coppolla et bien d'autres.

Écrit par : Nour-eddine | 18.12.2012

Bien sûr Nour-eddine. Je trouve ce "Them !" en dessous de sa réputation mais je ne généralise pas à toute la série B (celle de Jack Arnold, Joseph Lewis et Roger Corman notamment). Par ailleurs, Gordon Douglas a apparemment fait dans les années 60 des westerns et des polars (avec Sinatra) intéressants.

Écrit par : Edouard | 18.12.2012

Pourtant les films de Roger Corman ne font pas rêver.......

Écrit par : Rigol | 19.12.2012

J'aime bien les 3/4 Corman que je connais (sur lesquels j'ai pu écrire ici même) et je suis très curieux de certains autres titres.

Écrit par : Edouard | 19.12.2012

Je viens de le revoir avec un certain plaisir cependant.C'est vrai que le facteur temps et la vraisemblance ne sont pas génialement traités mais c'est sympa quand même.Joyeux Noel.

Écrit par : Eeguab | 24.12.2012

Celui-ci, je l'adore. C'est même un des rares films de cette époque qui m'a fait véritablement peur (en se mettant dans l'ambiance voulue). Beaucoup d'images me sont restées, la petite fille bien sûr, mais aussi l'attaque du navire, toute la première partie, la première apparition, les recherches dans les souterrains. Et la bande son est très habile. Rien qu'avec ce bruissement je monte au plafond !
Pour Douglas, je confirme qu'il a fait pas mal de bons westerns mais je préfère ceux des années 50.

Écrit par : Vincent | 03.01.2013

OK vers la fin j'ai lolé

Écrit par : FredMJG | 03.01.2013

Vincent, comme pour Eeguab, le fait de connaître ce film depuis très longtemps doit certainement jouer. Il est vrai qu'il doit impressionner les jeunes personnes, par l'efficacité de sa première partie surtout (l'attaque du navire, par contre..., elle m'a plutôt atterré, bien qu'elle se passe sur l'eau :)).

Fred : Ouf, merci. Un instant (enfin, 15 jours, quand même), j'ai cru que mon jeu de mots était mauvais... :D

Écrit par : Edouard | 03.01.2013

Les commentaires sont fermés.