Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16.01.2013

Convoi de femmes

Cent quarante femmes à accompagner jusqu'à la Californie de 1851 pour un périple de trois mois, à travers rocailles, étendues désertiques et territoires indiens : voici la mission assignée à Buck Wyatt par son ami Roy, propriétaire d'un vaste ranch où ne s'affairent que des pionniers célibataires. Ces femmes, elles sont résolues à tout quitter, pour des raisons restant enfouies la plupart du temps, et à refaire leur vie auprès d'un mari choisi d'après un simple photographie.

Convoi de femmes, avant de réunir, ne fait que séparer bien nettement. Les femmes d'un côté, les hommes de l'autre. Les migrantes et les quelques cowboys qui les escortent sous les ordres de Buck ont l'interdiction absolue de s'approcher de trop près les uns des autres. Le mur ainsi dressé entre les deux groupes donne à voir de manière fascinante cette différence entre les sexes (différence que Buck ne pensera longtemps qu'en termes de domination, de force et de faiblesse). Ce mur ne fait aussi, bien sûr, qu'exacerber les désirs, tant l'interdit est énorme et intenable.

Ce principe posé à partir d'un argument déjà fort original à nos yeux, il ne peut se passer que des événements sortant de l'ordinaire, ainsi que des épreuves absolument terribles. Wellman, qui fond littéralement ses personnages dans le décor bien réel de pierre, de sable ou de boue, qui épure jusqu'à sa bande son dénuée de musique (ce sont les bruits des chariots, des coups de feu ou de fouet, des femmes qui chantent des berceuses, qui aident à accoucher et qui s'exclament, ce sont tous ces bruits qui font la musique la musique du film), n'épargne rien au spectateur des effrayants coups du sort. Buck avait prévenu : pour ramener cent femmes, il fallait partir avec un tiers de plus afin de prendre en compte les pertes. Personne, alors, n'est à l'abri. En un éclair, tel personnage auquel le récit semblait s'attacher particulièrement peut disparaître et la jeunesse ou l'amour ne met nullement à l'abri. La sècheresse de la mise en scène rend ces coups de tonnerre saisissants. Ils seraient mélodramatiques si le cadre westernien et l'avancée perpétuelle des membres du convoi n'empêchaient de s'apesantir dessus. Wellman ne fait pas de concessions. La violence et la dureté des événements qu'il choisit de traiter, la tension qu'il instaure, l'intransigeance et la droiture qu'il prête à ses personnages sont tels que les touches humoristiques, les plaisirs de la pause, les attendrissements passagers, n'apparaissent jamais comme des facilités mais comme des moyens d'enrichir la fresque, d'y glisser toutes les contradictions de la vraie vie.

Remarquablement mis en images, alignant les plans noirs et blancs travaillés dans toutes leurs dimensions, Convoi de femmes est l'un des plus beaux et surtout l'un des plus émouvants westerns qui soient.

 

CONVOI DE FEMMES de William Wellman (Westward the women, Etats-Unis, 118 min, 1951) ****

Wellman,Etats-Unis,Western,50s

Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : wellman, etats-unis, western, 50s | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

Vu il y a longtemps ce beau film qui donne la part belle aux femmes,fort sacrifiées dans le western en général à l'exception des deux mythes Crawford et Dietrich.

Écrit par : Eeguab | 17.01.2013

C'est bien d'avoir entamé la "relance" sur ce film magnifique. Je l'ai revu cette année, c'est un bonheur. c'est vrai que la disparition de certaines des protagonistes (le scène de l'appel est poignante) est brutale, toujours surprenante. le groupe est magnifiquement interprété et Taylor parfait dans on rôle de macho. Wellman est un des très grands du western.

Écrit par : Vincent | 17.01.2013

Juste pour Eeguab, les mythes ne doivent pas cacher le forêt, même si elle est clairsemée. Ce serait dommage d'oublier Joanne Dru chez Ford et Hawks, Dickinson chez Hawks, O'Hara chez Ford et Sherman, Stanwick chez Fuller, la sublime Rhonda Fleming chez Dwan... Il n'y a pas eu que des potiches dans le western !

Écrit par : Vincent | 17.01.2013

Vincent tu as raison et pour Stanwick par exemple c'est évident.Mais je n'ai pas ta connaissance et connais très mal Alan Dwan et Rhonda Fleming.Dickinson chez Hawks,je connais.Tu as bien compris que je parlais des "patronnes".De ton avis sur Wellman dont j'apprécie particulièrement La ville abandonnée et L'étrange incident.

Écrit par : Eeguab | 17.01.2013

L'interprétation d'ensemble est effectivement remarquable. Bien que ce soit nécessaire, il est toujours difficile de caractériser plus fortement certains personnages dans ces films de groupe, et là, c'est admirablement fait.

Sur la place des femmes, votre échange est amusant car j'ai relu à cette occasion un texte sur Wellman dans un vieux Positif où l'auteur parle du peu de place laissé à celles-ci par le cinéaste dans ses précédents westerns. Le critique (JL Rieupeyrout) disait qu'avec ce "Convoi", il s'était rattrapé d'un coup et de quelle façon !

Écrit par : Edouard | 17.01.2013

Faut être juste, une majorité des westerns sont assez machos, ne serait-ce que par l'époque et le contexte historique. Mais dans beaucoup de grands films, il y a de beaux personnages. Et puisque l'on parle de Wellman, j'adore "Au delà du Missouri" avec Gable et un très beau personnage d'indienne jouée avec classe par María Elena Marqués.

Écrit par : Vincent | 17.01.2013

De Wellman, je crois n'avoir vu que "L'ennemi public" à part celui-ci. Je suis très curieux notamment de ses westerns et ses films d'aviation...

Écrit par : Edouard | 19.01.2013

Les commentaires sont fermés.