Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10.09.2008

Allonsanfan

(Paolo et Vittorio Taviani / Italie / 1973)

■■□□

allonsanfan.jpgQuel étrange film que cet Allonsanfan, qui précède dans la filmographie des Taviani leur oeuvre la plus célèbre, Padre Padrone. Comme souvent chez eux, l'histoire italienne est vue à travers le prisme du conte. Les décors sont naturels, l'argument clairement situé dans le temps et l'espace, mais ce réalisme de départ est constamment perturbé par des éléments oniriques ou surnaturels. Si les Taviani procèdent par longues séquences, le rythme à l'intérieur de chacune est très heurté. La plupart des raccords sont particulièrement brutaux, ménageant ainsi constamment des surprises. Nombre de plans fixent le regard du héros, craintif ou étonné, joué par Marcello Mastroianni, pour enchaîner sur un contrechamp auquel rien ne nous prépare (par exemple, un gros plan de visage qui nous est inconnu). La mise en scène accumule ainsi les ruptures dans ses effets, aussi bien que dans les registres émotionnels. Une séquence peut passer du drame à la farce grotesque. Dans cet univers, tout peut donc arriver. Les hallucinations ont autant de réalité que le reste, les morts reviennent à la vie, les protagonistes se séparent puis se retrouvent nez à nez, où qu'ils aillent. La logique à l'oeuvre est celle du rêve et du cauchemar (autre élément tirant vers le fantastique et constitutif des réalisations italiennes de l'époque : le recours à la post-synchronisation, qui accentue les différences de niveau d'expression). Le film avance par a-coups et des longueurs y voisinent avec de très belles idées (la scène du repas avec la famille, la présence de la mer, la mort de Charlotte traitée en une ellipse brutale, la danse dans le repère des subversifs...).

Dans Allonsanfan, les frères Taviani traitent de la période de la restauration italienne en situant l'action en 1816. Le héros de leur film est Fulvio Imbriani, leader d'une secte "Les Frères Sublimes" qui lutte pour faire triompher dans le Sud l'idéal révolutionnaire et renverser la noblesse en place. Lorsque nous faisons sa connaissance, Fulvio sort de prison et, empli de doutes, n'aspire à présent qu'à renouer les liens avec sa riche famille et couler une vie paisible et bourgeoise. Mais au gré de multiples pérégrinations, ses camarades n'auront de cesse de le ramener dans le chemin de la lutte armée. Ce que filment les Taviani, avec un bel aplomb, c'est une faillite révolutionnaire. Les actions d'éclats de la secte finissent toutes piteusement. La faute aux trahisons et à la tentation bourgeoise qui se niche en chacun. Mastroianni, à travers le rôle de Fulvio joue une nouvelle fois un homme sans qualité, prêt à tous les mensonges et ce à l'égard de tous, ses amis, ses camarades, sa femme, sa famille. Seul son fils, qu'il retrouve après six ans, a droit à une affection sincère (mais lors de la nuit qu'ils passent ensemble avant une nouvelle séparation, son père lui raconte une terrible histoire : il affabule et hallucine encore). Il est assez difficile de s'attacher à un personnage aussi ambigu, que l'acteur incarne comme en retrait.

Un mot pour finir, sur le titre, intrigant. Allonsanfan est en fait le prénom de l'un des subversifs. Le personnage est au second plan mais est ô combien important. Avec son regard souligné par un trait de lumière, il est celui qui portera jusqu'au bout l'espoir révolutionnaire. 

Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : taviani, italie, histoire, 70s | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

Je suis plus enthousiaste que toi,très accro des Taviani.Peut-être as-tu lu ma note(Cinéma d'Italie il y a quelques mois).Ce que tu appelles fort justement une faillite révolutionnaire m'a beaucoup touché.

Écrit par : eeguab | 10.09.2008

assez déçu par ce film que j'ai trouvé très désincarné, je crois que je n'aime pas le style des Taviani en fait.

une des plus belles musiques de Morricone par contre.

Écrit par : Christophe | 11.09.2008

Il me semblait bien, eeguab, que tu avais écrit dessus. J'irai lire ça.

En fait, je rejoins assez l'opinion de Christophe sur le film et le cinéma des Taviani en général. J'avais beaucoup aimé "Padre Padrone" et "Good morning Babilonia" mais deux ou trois autres m'ont laissé sur ma faim, comme devant "Allonsanfan".

Écrit par : Ed | 11.09.2008

Merci d'avoir pris le temps de lire ou relire ma note.Cela dénote d'une écoute de l'avis des autres que l'on ne trouve pas toujours,voire pas souvent.La tendance du blogueur reste parfois assez narcissique.Il m'est sûrement arrivé de tomber dans ce travers.C'est en tous les cas agréable de dialoguer dans ces conditions,même si je considère que les Taviani sont décidément bien trop sous-estimés.A bientôt.Pour Tempête sur l'Asie j'avoue avoir déclaré forfait.

Écrit par : eeguab | 13.09.2008

Eeguab, si je mets en liens des blogs sur ma colonne de droite, c'est bien parce que je les conseille à mes visiteurs et que j'y vais moi même faire un tour régulièrement. Si je sais qu'un film que je viens de voir a déjà été évoqué chez l'un ou chez l'autre, je vais lire la note correspondante. Je ne me pose même pas la question de l'écoute, de l'ouverture ou de la politesse. Je n'y suis entraîné que par l'envie de connaître l'avis d'une personne dont je prends plaisir à lire les écrits et, éventuellement, de confronter les points de vue. A bientôt.

Écrit par : Ed | 13.09.2008

Les commentaires sont fermés.