Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21.10.2011

Le convoi

leconvoi.jpg

****

Présenter Le convoi comme un titre mineur mais s'intégrant parfaitement dans la filmographie de Sam Peckinpah cela a plus d'allure et plus d'attrait que de le qualifier de lourde comédie d'action relatant les aventures d'un groupe de routiers sympas. Pourtant, durant sa première partie, le film n'est rien d'autre que cela. Le cinéaste n'y va pas de main morte pour s'installer dans ce genre, osant notamment une bagarre de "saloon" résolument parodique à voir l'usage du ralenti qui est fait, tendant ici à déréaliser et à épaissir le trait. Cette course poursuite entre trois chauffeurs et un policier pervers n'est ni très glorieuse ni très intéressante, à l'image des conversations codées ayant cours entre les routiers à travers leur CB.

Ces échanges continus par ondes radio, si réalistes qu'ils soient, contribuent à une saturation des plans particulièrement éreintante. Car ce n'est pas tant le rythme qui fatigue mais l'accumulation à l'intérieur du cadre et d'une séquence à l'autre. Le film de Peckinpah nous saoule de messages, de sirènes de voiture de police, de klaxons de camions, d'une musique country que l'on apprécierait peut-être si elle était utilisée moins systématiquement, de défilés de poids lourds (un, puis deux, puis trois... jusqu'à cinquante, cent ?), de nuages de poussière et de fumées noires. Dans le même élan, le comique s'affiche grossièrement et nous empèche de prendre au sérieux tout ce qui se passe sur l'écran y compris lorsque la violence et le drame pointent leur nez (passage à tabac d'un Noir, lutte "à mort" entre le leader et le policier).

La dimension politique du Convoi a également du mal à s'affirmer clairement au milieu de ce cirque mais elle nous retient assez pour ne pas rendre le film totalement négligeable. Suite à un acte de rébellion contre l'ordre policier, Rubber Duck se retrouve en tête d'un groupe de routiers auquel se joignent tous les éléments contestataires de la société américaine croisés dans les régions traversées pour atteindre le Mexique. Des hippies aux femmes libérées, du Noir opprimé à l'individualiste réfractaire, l'échantillon représentatif n'est pas mis en évidence de manière très fine mais dans la partie centrale du film, la plus intéressante et la moins lourde, on sent très bien, au-delà d'une amusante tentative de récupération politique par les autorités, que les diverses espérances et revendications formulées ne fusionnent jamais véritablement et que la vision désenchantée, détachée et pessimiste de Duck prédomine (soit, par extension, celle de Peckinpah).

L'aventure se poursuit malheureusement dans un troisième acte au scénario toujours à la lisière de la bêtise (la crédibilité fut apparemment le moindre des soucis des auteurs), sacrifié, comme tout le reste, à la recherche de l'effet. L'évidence de la transposition dans l'univers du western éclate en plein jour mais celle-ci, d'une part, donne un tour plus attendu encore au récit (poursuite, vengeance, duel) et, d'autre part, pousse le cinéaste à composer des plans plutôt risibles, comme celui qui présente avant l'assaut un alignement de camions comme autant de cavaliers sur la colline. L'éclat de rire final, en plein chaos (comique), devient une figure "Peckinpahienne" inopérante car accusant la vanité non seulement du monde décrit mais surtout de sa représentation à travers ce film décevant, dont je garderai tout de même l'image d'Ali McGraw conduisant sa décapotable les jambes écartées et la jupe relevée sur les cuisses.

 

leconvoi00.jpgLE CONVOI (Convoy)

de Sam Peckinpah

(Etats-Unis / 110 min / 1978)

Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : peckinpah, etats-unis, comédie, 70s | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

Ah tiens ? Moi je n'en ai retenu que la barbe de Kristofferson qui est beau comme un camion

Écrit par : FredMJG | 21.10.2011

C'est vrai qu'il est bien aussi Kristofferson. Il y quelques plans sexys où on les voit tous les deux dans la cabine en train de rouler, lui torse nu et elle épaules nues mais cadrée de telle façon qu'elle semble ne rien porter.
Et puis le plan sur ses jambes que je cite, précisons que c'est le point de vue de Kristofferson depuis sa cabine sur la droite de la route et que McGraw se tient ainsi pas seulement pour aguicher mais de façon à maintenir le volant et photographier le routier en même temps !

Écrit par : Edouard | 21.10.2011

La coupe de cheveux de McGraw a l'air rude quand même ! :)

Écrit par : félix | 23.10.2011

C'est vrai, mais il suffit de baisser légèrement les yeux.

Écrit par : Edouard | 24.10.2011

Moi qui voulais vraiment le voir et suis passé complètement à côté de sa programmation sur Arte, je vous remercie de me dire que je n'ai pas raté grand-chose. J'aime le cinéma désenchanté de Peckinpah et le ciné américain des années 70 en général, mais là, lire "country", "défilé de camion" et "scénario à la lisière de la bêtise" dans le même texte, c'est bon, je passe mon tour.

Écrit par : Raphaël | 04.11.2011

Les trois éléments relevés marquent une progression dans le rédhibitoire...
Le tout dernier Peckinpah, Osterman weekend, doit quand même être plus intéressant que ce Convoi d'autant plus décevant qu'il vient après l'impressionnant Croix de fer.

Écrit par : Edouard | 06.11.2011

Je confirme, Osterman weekend est totalement glauque mais nettement plus fascinant que ce bidule.

Écrit par : FredMJG | 06.11.2011

Mouais... Je n'irais pas jusqu'à le défendre, mais le film n'est pas désagréable non plus. Il y a toujours quelques unes des trognes favorites de Peckinpah, une façon de filmer les grands espaces, le bronzage d'Ali McGraw ce qui n'est pas rien et sa coupe de cheveux est plus sexy que dans "Love story". Ceci dit, "Osterman Week-end" est vraiment pas mal, il a bien vieillit et "Croix de fer" est le vrai départ en beauté de Big Sam.
Raphaël, l'influence country, elle est aussi dans la BO de "Pat Garett et Billy the kid" de Dylan, et c'est superbe.

Écrit par : Vincent | 06.11.2011

Merci pour ces confirmations concernant Osterman. Je sais ce qu'il me reste à faire (en fait, j'ai du le voir adolescent mais je n'en ai plus aucun souvenir).

Pour ce qui est de la country, son utilisation ici n'est pas si détestable que cela. C'est surtout l'illustration, visant essentiellement au comique, des moments d'action qui est pénible, mais il y a aussi cette chanson qui revient pour vanter les mérites de ce rebelle de Rubber Duck, comme pour lancer différents chapitres. C'est un usage conventionnel, pas très finaud mais pas déplaisant.

Écrit par : Edouard | 06.11.2011

Prépare toi à un monument de misanthropie :)
Hauer se souvient par ailleurs du fait que le vieux Sam n'en avait strictement plus rien à cirer, d'où une image foncièrement dégueulasse à propos de personnages qui ne le sont pas moins.
De quoi se remonter le moral, donc.

Écrit par : FredMJG | 06.11.2011

Bien ! ça devrait donc m'intéresser... Merci Fred.

Écrit par : Edouard | 06.11.2011

Les commentaires sont fermés.