Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20.06.2010

Copie conforme

(Abbas Kiarostami / Italie - France / 2010)

■■■□

copieconforme.jpgComme tous les grands films de Kiarostami, Copie conforme raconte une histoire en même temps qu'il la montre en train de s'écrire. Ce double niveau n'est pas rendu sensible par un emboîtement. La caméra ne recule pas pour dévoiler un dispositif de représentation. Non, le jeu est plus subtil et plus mystérieux.

Il est pris en charge d'abord par les personnages. Au fast-food, le fils expose clairement ce qu'il pense qu'il se passe entre sa mère et l'écrivain, puis ces deux derniers ne vont cesser de faire des propositions permettant autant de mises en scène de récit : aller se promener, entrer dans un café, observer un rituel (la première de ces propositions étant bien sûr de faire une conférence sur le thème "copie et original", sans compter celle, encore en amont et "hors du film", de lancer le "jeu"). Les dialogues concourent à cette mise à distance, s'appuyant sur des thèmes propices puisque le statut de l'oeuvre d'art est au centre des conversations. Du tableau (ou de la statue) au film, il n'y a qu'un pas et c'est donc, de manière évidente, la position du cinéaste lui-même qui est questionnée ici. Avec le travail sur le hors-champ, les cadrages et les reflets, la mise en scène n'est pas en reste lorsqu'il s'agit de naviguer dans l'entre-deux. Le procédé le plus saisissant est sans doute celui qui consiste à briser le rythme des séquences entamées avec des plans assez larges et mobiles par l'intrusion de plans fixes rapprochés. Cette frontalité soudaine est très déconcertante, surtout lorsqu'elle concerne Juliette Binoche. Régulièrement, l'actrice semble regarder la caméra et la frontière avec le spectateur s'abolit. Un isolement brutal du personnage est réalisé par ce déchirement, pratiquement une extraction. Personnage ou actrice au travail ? Le film se met, sinon en danger, du moins en équilibre précaire. Parfois, dans les dialogues, des hésitations se font, on bute sur des mots. L'accident du réel est intégré avec le maîtrise habituelle du cinéaste.

La beauté de Copie conforme tient à ce flottement (sensation amplifiée par cette césure narrative, si radicale que l'on met quelques minutes à s'y faire, à la digérer, à l'accepter) et à ce que l'indécidabilité se diffuse sur un fond de mise en scène de la "transparence". Cette simplicité apparente du geste kiarostamien laisse une nouvelle fois pantois : merveilleux choix de cadrages faisant réellement vivre le décor, admirable photographie des visages (jusque dans les jeux de pénombre), trame sonore précise dans l'emploi des différentes langues comme dans celui des éléments environnants (surtout les cloches d'église, cela bien avant le plan final).

Que le sujet de la réflexion passe progressivement de l'art au couple et que le cinéma englobe les deux, est une autre raison d'aimer ce film qui, sous ses apparences d'oeuvre mineure, confirme encore, si besoin était, l'importance de Kiarostami. L'homme a ce don unique et précieux de transcender la mélancolie, voire le pessimisme, de ses récits par une forme qui permet d'avancer (aux personnages et aux spectateurs). Même lorsque l'on y parle de la mort ou de la fin d'une histoire, nous ne restons jamais à l'arrêt.

Vu par un nombre manifestement inhabituel de spectateurs, pour un Kiarostami, et largement recensé ici ou là, Copie conforme a globalement déçu. Dommage.

Un dernier mot : j'ai été assez ému de retrouver Juliette Binoche.

Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : kiarostami, italie, france, 2010s | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

moi aussi j'aime retrouver la belle Juliette Binoche, à ceci près que moi j'ai vraiment du mal avec le début, très pompeux, qui tombe dans les clichés auteuristes; Et bizarrement, c'est quand le film devient plus grave qu'il trouve une forme de légèreté.

Écrit par : alexandre mathis | 29.06.2010

Tiens, moi, au contraire, je ne sais pas si je ne préfère pas le premier quart d'heure au dernier...
En tout cas, bien qu'un nombre relativement élevé de gens ait parlé du film, il me semble que chacun a eu un ressenti différent, sur la qualité globale autant que dans les détails. A ce point, c'est assez rare, je trouve...

Écrit par : Ed | 29.06.2010

ah oui c'est marrant. J'aime bien l'intro avec la conférence dans un pièce que l'on imagine frisquette mais la suite avec notamment la balade en bagnole, piouff, j'ai souffert. Je ne m'y suis passionné qu'à partir du mini twist dans le café.

Écrit par : alexandre mathis | 30.06.2010

En fait, comme le film est construit avec de larges blocs, chacun a ses séquences préférées. Je trouve très belles celle de la conférence, celle de la photo demandée par les jeunes mariés, celle autour de la fontaine etc...

Écrit par : Ed | 30.06.2010

Les commentaires sont fermés.