Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29.09.2008

French cancan

(Jean Renoir / France - Italie / 1955)

■■■■ 

Au fil des ans, la bonne place que je persistais à laisser à ce French cancanparmi les meilleurs films des années 50, sans jamais le revoir, devenait de plus en plus fragile. Le jeune cinéphile que j'étais ne s'était-il pas laissé un peu trop influencé par la réputation de l'oeuvre ? N'y avait-il pas là un divertissement un peu trop futile ? Car tout de même, Renoir et Gabin, c'était plutôt les années 30... Hier soir, devant ma télévision et dès les premières scènes, le doute s'est envolé. Verdict sans appel : French cancan est un régal.

Tout commence avec ces rupins qui viennent s'encanailler du côté de Montmartre et du petit peuple, dans ce bistrot où l'on danse sans se soucier des convenances. Et on sent déjà que Renoir n'a rien perdu de son élégance, de sa vigueur et de sa capacité à lier entre eux les personnages les plus disparates et les plus dispersés. Valse des partenaires et valse des regards.

frenchcancan2.jpg

L'hommage est dirigé, encore une fois, vers le théâtre, et il est ici d'autant plus émouvant qu'il porte sur ses composantes les moins nobles : chansonniers, siffleurs, danseuses de cancan. Tout du long, des figures pittoresques se succèdent comme autant de choeurs antiques commentant les situations. D'innombrables entrées dans le champ se font par les côtés du cadre, comme sur une scène. Tous les personnages du film sont en représentation. Seulement, ils sont dans le même temps, parfaitement sincères. La leçon de morale que donne Danglard/Gabin à Nini/Françoise Arnoul, pérorant sur le théâtre et sur la vie, nous pouvons la trouver excessive. La sincérité de la tirade ne fait pourtant plus aucun doute quand on voit, quelques minutes plus tard, Danglard rester seul en coulisses pendant le clou du spectacle, battant le rythme et renversant sa tête, soulagé et tellement émouvant à cet instant, lorsqu'il entend les applaudissements du public. De même, d'autres protagonistes et Nini la première, peuvent paraître arrivistes, mais les juger ainsi, c'est ne pas remarquer que toujours la séduction a lieu avant que l'argent n'entre dans les conversations.

Dans ces années de qualité française, la Belle époque a souvent été filmée et rarement autrement que dans des reconstitutions figées. Chez Renoir, les décors, les dialogues et les interprètes pétillent. Des scènes d'habitude ingrates ou trop faciles comme les répétitions et les auditions des apprentis-artistes sont jubilatoires. La trivialité n'est pas incompatible avec l'élégance quand Nini vient perdre sa virginité chez son boulanger ou quand dans l'embrasure d'une porte, pendant le cours de danse de la vieille Guibole, une femme dévoile ses charmes en prenant un bain.

frenchcancan3.jpg

Surtout, Renoir est inégalable dans le crescendo et le mouvement. Une inauguration des plus officielles, en compagnie d'un ministre, voit d'abord quelques tensions se faire jour entre Lola de Castro et Nini au son pourtant très digne de la Marseillaise, avant de sombrer dans un ahurissant pugilat, une bagarre générale magnifique. Le style du cinéaste est pourtant plus simple et plus posé que dans les années 30, saisissant les scènes les plus agitées de façon calme, à quelques panoramiques près. C'est qu'enregistrer un envahissement du cadre suffit, comme dans ce stupéfiant final. Il n'y a là aucun suspense, le succès est d'ores et déjà assuré par l'affluence et l'incroyable déboulé de la foule dans la grande salle du Moulin Rouge. L'énergie est déjà là. Il ne manque qu'une apothéose, celle qu'apportent ces danseuses de cancan qui surgissent de chaque recoin de la salle, de chaque bord du cadre (même d'en haut). Et il n'y a plus de scène. La salle est la scène. Le théâtre devient la vie. Les danseuses virevoltent au milieu des spectateurs qui s'agitent tout autant. La fin de French cancanréalise un double idéal renoirien : l'art contamine le réel et les classes sociales ne sont certes effacées mais se mélangent, bourgeois et voyous, princes et boulangères, tous emportés par le même élan vital.

Photos : dvdbeaver & Synoptique.

Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : renoir, comédie, france, italie, 50s | |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

oui oui oui !
j'adore ce film, comme tous les Renoir couleur des années 50 (un peu moins Le déjeuner sur l'herbe et Le fleuve).
dans celui-ci, je me souviens aussi d'un discours épicurien aussi, par rapport à l'inanité de l'idéalisme des différents prétendants de Nini (boulanger et aristocrate). discours qui se fond parfaitement dans une mise en images, une mise en scène absolument ravissante.

autopromo (plus pour des films que j'adore que pour moi):
http://www.cinetudes.com/Presentation-des-derniers-films-de-Jean-Renoir_a110.html

Écrit par : Christophe | 30.09.2008

J'ai un souvenir lointain et merveilleux de ce film mais je n'ai pas pu me résoudre à le revoir à la télévision. Du coup je ne me souviens plus de grand chose sauf de la Complainte de la Butte. J'ai aussi tendance à mélanger un peu avec le "Moulin Rouge" de Huston.
Sinon, sur Renoir en couleurs, je ne sais pas si vous aviez vu : http://cinemasparagus.blogspot.com/2008/03/elna-et-les-hommes.html
Moi, j'aime tout de cette période.

Écrit par : Vincent | 30.09.2008

Merci bien à vous deux pour ces liens vers des articles qu'il faudra lire à tête reposée.
Ma connaissance de Renoir, chronologiquement parlant, s'arrête à Elena et les hommes (dont j'ai un souvenir agréable mais sans plus), mais il me semble avoir Le déjeuner sur l'herbe qui m'attend quelque part dans ma pile d'enregistrements à voir.

Écrit par : Ed | 30.09.2008

Rien de futile dans French-cancan.Que de l'esprit,du rythme et un formidable élan pour ce qui est aussi la culture de la France.Renoir fils de son père.

Écrit par : eeguab | 30.09.2008

Les commentaires sont fermés.