Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10.01.2010

Cahiers du Cinéma vs Positif (1980)

Suite du flashback.

 

C308.jpgPOS231.JPG1980 : L'année des Cahiers démarre avec Eisentein et son inachevé Que viva Mexico. Serge Le Péron et Serge Daney font le point sur le cinéma noir américain (avec notamment un entretien avec Melvin Van Peebles). Des dossiers sont consacrés aux cinémas allemands et japonais, tandis qu'un hommage est rendu à Roland Barthes. Youssef Chahine, Samuel Fuller, François Truffaut, Jean-Luc Godard, Barbet Schroeter, Rudolf Thome et Wim Wenders sont successivement mis en avant, mais la vedette de l'année est Marguerite Duras, à qui est consacrée un numéro spécial. Du côté des signatures, on découvre celle d'Olivier Assayas (en particulier avec un texte sur les effets spéciaux publié sur quatre numéros). Serge Toubiana devient co-redacteur en chef.
En face, Positif fait un nouvel éloge des Italiens Rosi, Bellocchio et Fellini, trouve de quoi se réjouir du côté français (Deville, Tavernier, Pialat et Resnais), revient sur l'œuvre de Manoel de Oliveira et présente les documentaires de Martin Scorsese. Le champ géographique balayé par la revue est impressionnant puisque sont proposés des entretiens avec Lino Brocka, Yilmaz Güney, Akira Kurosawa, Lester James Peries, Ousmane Sembène et Krzysztof Zanussi. La revue (dans laquelle apparaît le nom de Vincent Amiel) concocte également de copieux dossiers Max Ophuls et Kenji Mizoguchi.

Janvier : Que viva Mexico (Sergueï M. Eisenstein, Cahiers du Cinéma n°307) /vs/ Le voyage en douce (Michel Deville, Positif n°226)

Février : Le mariage de Maria Braun (Rainer Werner Fassbinder, C308) /vs/ La mort en direct (Bertrand Tavernier, P227)

Mars : Simone Barbès ou la vertu (Marie-Claude Treilhou, C309) /vs/ Le testament du Docteur Mabuse (Fritz Lang, P228)

Avril : France Tour Détour Deux Enfants (Jean-Luc Godard et Anne-Marie Miéville, C310) /vs/ Le cavalier électrique (Sydney Pollack, P229)

Mai : Au-delà de la gloire (Samuel Fuller, C311) /vs/ La cité des femmes (Federico Fellini, P230)

Juin : Les yeux verts (Marguerite Duras, C312-313) /vs/ Mon oncle d'Amérique (Alain Resnais, P231)

Eté : Mon oncle d'Amérique (Alain Resnais, C314) /vs/ Lettre d'une inconnue (Max Ophuls, P232-233)

Septembre : Le dernier métro (François Truffaut, C315) /vs/ Shining (Stanley Kubrick, P234)

Octobre : Sauve qui peut (la vie) (Jean-Luc Godard, C316) /vs/ Loulou (Maurice Pialat, P235)

Novembre : Shining (Stanley Kubrick, C317) /vs/ Nick's movie (Wim Wenders et Nicholas Ray, P236)

Décembre : Marguerite Duras et Elia Kazan (C318) /vs/ L'impératrice Yang Kwei-fei (Kenji Mizoguchi, P237)

 

C315.jpgPOS234.JPGQuitte à choisir : Duras et le "locataire à vie" Godard ont donc droit à quatre couvertures à eux deux (et pour des films dont il n'est pas facile de croiser la route). Le film de Treilhou est singulier mais quelque peu chétif. Et Fuller, y compris avec son dernier "classique", m'a souvent intéressé mais rarement passionné. Côté Cahiers, il manque donc des renforts à Eisenstein, Fassbinder et Truffaut (Kubrick et Resnais se trouvant entre les deux feux) pour pouvoir profiter du léger tâtonnement de début d'année de Positif (et encore...  autour du chef d'œuvre de Lang, il n'est pas certain que le Deville et le Pollack soient négligeables). Car pour ce qui est de la suite, à partir de mai, de Fellini à Mizoguchi, ça file sur les chapeaux de roues... Allez, pour 1980 : Avantage Positif.

 

A suivre...

Sources : Calindex & Cahiers du Cinéma

Publié dans Revue | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : cahiers du cinéma, positif | |  Facebook | |  Imprimer

20.12.2009

Cahiers du Cinéma vs Positif (1979)

Suite du flashback.

 

cdc302.jpgPOS217.JPG1979 : Le numéro de l'été 79 des Cahiers du Cinéma est souvent désigné comme un point de rupture dans l'histoire de la revue. Le retour spectaculaire du cinéma américain (Apocalypse now en couverture et Coppola en entretien) marque pour les uns un nouveau départ salutaire après des années d'égarement intellectuel et pour les autres une capitulation devant la culture cinématographique de masse. Le début de l'année est placé sous le sceau du burlesque et de Toto et une table ronde est organisée à propos de L'homme de marbre de Wajda. Outre Godard, à qui l'on a confié la mise en œuvre du n°300, on croise, à la faveur d'entretiens, Jean-Claude Guiguet, Luc Moullet, Frederic Wiseman, Maurice Pialat, Roman Polanski, Raymond Depardon ou Jean Eustache. La signature de Charles Tesson apparaît et en mars, Serge Daney passe rédacteur en chef.
Dans Positif, Yann Tobin écrit sur John M. Stahl. Le cinéma américain est au centre de plusieurs livraisons : sur deux numéros sont proposés des textes sur Apocalypse now, Michael Cimino et Woody Allen sont rencontrés à l'occasion de Voyage au bout de l'enfer et de Manhattan, le dialogue se poursuit avec Robert Altman et Jerry Schatzberg et les avis sont partagés sur Alien de Ridley Scott. La revue n'en oublie pas pour autant les autres cinématographies (dossier Hongrie et Japon, retour sur l'œuvre de Satyajit Ray, présentation de Krzysztof Zanussi) et défend toujours Rosi, Herzog, Oshima, Bertolucci ou Saura. Le cinéma français, lui, est présent à travers Alain Corneau (Série noire) et Jacques Doillon (La drôlesse). Enfin, comme dans les Cahiers, la redécouverte d'Ozu continue.

Janvier : Le goût du saké (Yasujiro Ozu, Cahiers du Cinéma n°296) /vs/ Le cri du sorcier (Jerzy Skolimowski, Positif n°214)

Février : Pompieri dei vigiu (Mario Mattoli, C297) /vs/ Le Christ s'est arrêté à Eboli (Francesco Rosi, P215)

Mars : Jean Renoir (C298) /vs/ Quintet (Robert Altman, P216)

Avril : Nam June Paik (C299) /vs/ Voyage au bout de l'enfer (Michael Cimino, P217)

Mai : N°300 (par Jean-Luc Godard, C300) /vs/ Allegro barbaro (Miklos Jancso, P218)

Juin : Amour de perdition (Manoel de Oliveira, C301) /vs/ La complainte du sentier (Satyajit Ray, P219)

Eté : Apocalypse now (Francis Ford Coppola, C302) /vs/ Péché mortel (John M. Stahl, P220-221)

Septembre : Playtime (Jacques Tati, C303) /vs/ Apocalypse now (Francis Ford Coppola, P222)

Octobre : Loulou (Maurice Pialat, C304) /vs/ Don Giovanni (Joseph Losey, P223)

Novembre : De la nuée à la résistance (Jean-Marie Straub et Danièle Huillet, C305) /vs/ La luna (Bernardo Bertolucci, P224)

Décembre : 50,81% (Raymond Depardon, C306) /vs/ Le château de l'araignée (Akira Kurosawa, P225)

 

cdc303.jpgPOS219.JPGQuitte à choisir : La pertinence des retours vers le passé n'est guère contestable, d'un côté comme de l'autre (Ozu, Renoir, Tati, Ray, Stahl, Kurosawa). Pour ce qui est de l'actualité, autour du point central Coppola, on se satisfait à égalité des choix de Godard et Pialat et de Rosi et Cimino. Don Giovanni et La luna, bien qu'intéressants, ne m'avaient pas bouleversé mais il reste des propositions intrigantes de part et d'autre (Oliveira, Straub, Depardon, Skolimowski, Altman, Jancso). Equilibre parfait. Allez, pour 1979 : Match nul.

 

A suivre...

Sources : Calindex & Cahiers du Cinéma

Publié dans Revue | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : cahiers du cinéma, positif | |  Facebook | |  Imprimer

11.12.2009

Cahiers du Cinéma vs Positif (1978)

Suite du flashback.

 

C285.jpgPOS205.jpg1978 : Les Cahiers réduisant progressivement la part des écrits théoriques, on note plusieurs points de rencontre avec la revue rivale. Dans l'année, nous trouvons en effet de part et d'autre des ensembles sur Ozu, un soutien apporté aux nouvelles œuvres de Marker, Ferreri, Oshima, Cassavetes et Schrader et la redécouverte de Tod Browning. Les entretiens avec Jean Eustache, Raoul Ruiz ou Johan van der Keuken ne dépareilleraient pas non plus dans le Positif de l'époque.
En février, les Cahiers changent de maquette et le comité de rédaction est élargi (y entrent notamment Jean-Claude Biette et Alain Bergala). Un entretien avec Patrick Brion sur le cinéma à la télévision précède de quelques mois la présentation par Louis Skorecki d'une nouvelle rubrique, "Les films à la télévision". En fin d'année, pour la revue, c'est Hitler, un film d'Allemagne qui crée l'événement.
Dans Positif, au dossier Ozu, s'ajoute celui sur Mizoguchi. John Boorman est à nouveau célébré, tout comme un trio italien composé de Ferreri, Risi et Lattuada. Jean-Luc Pouillaude repousse le "nouveau naturel" de Claude Berri et de Pascal Thomas. La relation entre Bergman et Liv Ulmann est au centre du numéro de mars, alors que celui de juillet propose plusieurs textes sur le burlesque et le fantastique. Jean-François Stévenin est salué comme acteur (La tortue sur le dos de Luc Béraud) et cinéaste (Passe-montagne). Autres films mis en avant par Positif en 78 : Le dossier 51 de Michel Deville et L'arbre aux sabots d'Ermanno Olmi.

Janvier : Rêve de singe (Marco Ferreri, Cahiers du Cinéma n°284) /vs/---

Février : Monsieur Verdoux (Charles Chaplin, C285) /vs/ L'hérétique (John Boorman, Positif n°203)

Mars : Voyage à Tokyo (Yasujiro Ozu, C286) /vs/ Une passion (Ingmar Bergman, P204)

Avril : La chambre verte (François Truffaut, C287) /vs/ Fin d'automne (Yasujiro Ozu, P205)

Mai : L'empire de la passion (Nagisa Oshima, C288) /vs/ Stay hungry (Bob Rafelson, P206)

Juin : L'enfant aveugle (Johan van der Keuken, C289) /vs/ Insiang (Lino Brocka, P207)

Eté : La femme gauchère (Peter Handke, C290-291) /vs/ The big kick (Warren Doane, P208-209)

Septembre : Hitler, un film d'Allemagne (Hans-Jürgen Syberberg, C292) /vs/ Fedora (Billy Wilder, P210)

Octobre : Opening night (John Cassavetes, C293) /vs/ L'homme de marbre (Andrzej Wajda, P211, )

Novembre : Perceval le Gallois (Eric Rohmer, C294) /vs/ La vie d'Oharu, femme galante (Kenji Mizoguchi, P212)

Décembre : Flammes (Adolfo G. Arrieta, C295) /vs/ Blue collar (Paul Schrader, P213)

 

C293.jpgPOS207.jpgQuitte à choisir : Je n'ai pas une passion débordante pour ce Ferreri-là et j'ai beaucoup de réticences devant le Truffaut. Je serai en revanche curieux de découvrir le Van der Keuken, le Handke, le Schrader, le Brocka et le Syberberg. De plus, je ne connais toujours pas le Rohmer ni le Boorman. Peu de munitions donc, mais il me reste à jouer les classiques entre eux (Chaplin, Mizoguchi et les deux Ozu), puis Oshima et Cassavetes contre Bergman et Wajda. Allez, pour 1978 : Match nul.

Mise à jour juin 2010 : Blue collar, ici.

Mise à jour août 2010 : L'hérétique, ici.

 

A suivre...

Sources : Calindex & Cahiers du Cinéma

Publié dans Revue | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : cahiers du cinéma, positif | |  Facebook | |  Imprimer

22.11.2009

Cahiers du Cinéma vs Positif (1977)

Suite du flashback.

 

c273.jpgPOS193.jpg1977 : Les Cahiers publient des textes théoriques de Pascal Bonitzer (sur "la notion de plan") et de Christian Metz, continuent d'ausculter la fiction de gauche, consacrent un ensemble sur le cinéma portugais, s'intéressent aux rapports entre cinéma et histoire puis entre cinéma et peinture, soutient toujours un certain cinéma français (entretiens avec Benoît Jacquot, Jean-Claude Biette, André Téchiné, Luc Moullet) et placent les œuvres d'Akerman et de Straub et Huillet au plus haut. Par rapport aux années précédentes, le nombre de films recensés dans chaque numéro augmente sensiblement.
La question de la représentation de l'histoire est également au centre du numéro de début d'année de Positif. L'œuvre de Kazan et, surtout, celle de Hawks font l'objet de dossiers. Des entretiens avec Brian De Palma et George Lucas mettent le "Nouvel Hollywood" à l'honneur. Avec Providence, Resnais met, pour une fois, toute la rédaction d'accord et le Casanova de Fellini n'en finit plus d'être étudié (sur cinq numéros). Deux nouvelles plumes arrivent : Emmanuel Carrère et Françoise Audé. En décembre, Positif fête son numéro 200 (entièrement constitué de documents fournis par des cinéastes).

 

Janvier : Le faux coupable & Ivan le Terrible (Alfred Hitchcock & Sergueï M. Eisenstein, Cahiers du Cinéma n°273) /vs/ Winstanley (Kevin Brownlow et Andrew Mollo, Positif n°189)

Février : ---/vs/ Providence (Alain Resnais, P190)

Mars : Je, tu, il, elle (Chantal Akerman, C274) /vs/ Je demande la parole (Gleb Panfilov, P191, )

Avril : Fortini Cani (Jean-Marie Straub et Danièle Huillet, C275) /vs/ Le dernier nabab (Elia Kazan, P192)

Mai : Les enfants du placard (Benoît Jacquot, C276) /vs/ Carrie (Brian De Palma, P193)

Juin : Le théâtre des matières (Jean-Claude Biette, C277) /vs/ Les chasseurs (Théo Angelopoulos, P194)

Eté : La Marseillaise (Jean Renoir, C278) /vs/ Le port de l'angoisse (Howard Hawks, P195-196)

Septembre : Tableau de Jacques Monory (C279-280) /vs/ La guerre des étoiles (George Lucas, P197)

Octobre : Dessin de Léonard de Vinci (C281) /vs/ L'ami américain (Wim Wenders, P198)

Novembre : L'ami américain (Wim Wenders, C282) /vs/ Repérages (Michel Soutter, P199)

Décembre : La vocation suspendue (Raoul Ruiz, C283) /vs/ Numéro 200 (P200-201-202)

 

c276.jpgPOS198.jpgQuitte à choisir : Hormis les quelques classiques revisités (Hitchcock, Eisenstein, Renoir, Hawks), pas mal de lacunes concernant cette cuvée 77, surtout du côté des Cahiers. Le corpus positiviste, s'il m'est un peu plus familier, ne me laisse pas plus excité que cela. Seul le Resnais me semble incontournable. Et le Wenders, mais il est "partagé"... Allez, pour 1977 : Match nul.

Mise à jour décembre 2010 : Les chasseurs, ici.

 

A suivre...

Sources : Calindex & Cahiers du Cinéma

Publié dans Revue | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : cahiers du cinéma, positif | |  Facebook | |  Imprimer

30.10.2009

Cahiers du Cinéma vs Positif (1976)

Suite du flashback.

 

C262.jpgPOS178.jpg1976 : L'événement, dans notre optique de confrontation, c'est le retour des Cahiers à la couverture illustrée (par le biais d'un Charlot menacé par la censure, dessiné par Willem). On trouve cette année-là dans la revue un dossier sur le cinéma algérien, de nombreux textes sur la photographie (numéro spécial en été) et surtout un certain cinéma français (ou francophone) qui se taille la part du lion, à travers les analyses des films de Godard, Ivens, Comolli (qui était alors toujours au comité de rédaction), Tanner, Benoît Jacquot (L'assassin musicien), André Téchiné (Souvenirs d'en France), René Féret (Histoire de Paul), René Allio (Moi, Pierre Rivière...), Chantal Akerman (Jeanne Dielman..., premier texte de Danièle Dubroux). Deux entretiens avec Michel Foucault sont publiés, ainsi que le premier volet d'une série sur la "fiction de gauche".
A Positif, chose rare, un rédacteur claque la porte (Louis Seguin). Le numéro de juin propose un retour vers Aldrich, celui d'été un dossier sur le mélodrame et celui de décembre un hommage à Fritz Lang. Parallèlement, tout au long de l'année, sont mis en avant les grands auteurs internationaux de l'époque (à ceux qui se retrouvent en couverture, il faut ajouter notamment Nagisa Oshima à propos de L'empire des sens et Joseph Losey pour Monsieur Klein). Notons enfin un entretien avec Jack Nicholson, paru en novembre.


Janvier : Dessin de Willem (Cahiers du Cinéma n°262-263) /vs/ La flûte enchantée (Ingmar Bergman, Positif n°177)

Février : Documentation pour La Cecilia de Jean-Louis Comolli (C264) /vs/ La terre de la grande promesse (Andrzej Wajda, P178)

Mars : Nationalité : Immigré (Sidney Sokhona, C265) /vs/ Vol au-dessus d'un nid de coucou (Milos Forman, P179)

Avril : ---/vs/ Une femme sous influence (John Cassavetes, P180)

Mai : Comment Yukong déplaca les montagnes (Joris Ivens et Marceline Loridan, C266-267) /vs/ Cadavres exquis (Francesco Rosi, P181)

Juin : ---/vs/ Casanova (Federico Fellini, P182, )

Eté : "Images de marque" (la photographie) (C268-269) /vs/ L'adieu aux armes (Frank Borzage, P183-184)

Septembre : La ligne générale (Sergueï M. Eisenstein, C270) /vs/ Mes chers amis (Mario Monicelli, P185)

Octobre : ---/vs/ Barry Lyndon (Stanley Kubrick, P186)

Novembre : Six fois deux (Jean-Luc Godard et Anne-Marie Miéville, C271) /vs/ Au fil du temps (Wim Wenders, P187)

Décembre : Jonas, qui aura vingt-cinq ans en l'an 2000 (Alain Tanner, C272) /vs/ Mado (Claude Sautet, P188)

 

C272.jpgPOS179.jpgQuitte à choisir : Le retour des Cahiers n'est pas encore gagnant, malgré Ivens et Tanner (La ligne générale est un Eisenstein un peu encombré). La Cecilia, Nationalité : immigré et Six fois deux ne sont pas des plus faciles à voir. De toute manière, en 1976, la question est : que pourrait-on bien enlever en face ? Sans connaître le Monicelli, je ne vois que le Bergman (et encore... c'est l'un des films-opéras les plus intéressants). Les neuf autres titres sont indispensables. Allez, pour 1976 : Avantage Positif.

 

A suivre...

Sources : Calindex & Cahiers du Cinéma

Publié dans Revue | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : cahiers du cinéma, positif | |  Facebook | |  Imprimer

12.10.2009

Cahiers du Cinéma vs Positif (1975)

Suite du flashback.

 

cahiers257.jpgpositif169.JPG1975 : Aux Cahiers, l'année démarre en faisant le point sur Mai 68 et la suite, à travers un numéro consacré au cinéma militant, et se poursuit en ferraillant contre le cinéma naturaliste français ("Une certaine tendance du cinéma français" par Daney, Kané, Oudart et Toubiana). Peu de films sont encore étudiés mais l'accent est mis sur India song de Marguerite Duras et Milestones de Douglas et Kramer. Surtout, le Moïse et Aaron de Jean-Marie Straub et Danièle Huillet est loué sur plusieurs numéros, dont un qui lui est spécialement réservé en octobre.
Positif met également en avant Milestones, au milieu de livraisons très portées sur les genres cinématographiques (film criminel, mélodrame, fantastique). Scorsese arrive en trombe et Altman est en couverture deux fois. On trouve des dossiers sur le cinéma de Hong-Kong et sur le cinéma grec (Angelopoulos s'impose) ainsi que sur Marylin Monroe, Orson Welles et Jean Renoir. Ciment s'entretient avec Malick et Alain Masson publie son premier texte dans la revue.

 

Janvier : ---/vs/ Troublez-moi ce soir (Roy Ward Baker, Positif n°165)

Février : Cahiers du Cinéma n°256 (Cinéma militant, Palestine) /vs/ California split (Robert Altman, P166)

Mars : ---/vs/ Orson Welles (P167)

Avril : ---/vs/ Que la fête commence... (Bertrand Tavernier, P168, )

Mai : Cahiers du Cinéma n°257 (Cinéma et histoire, L'ennemi principal) /vs/ A touch of zen (King Hu, P169)

Juin : ---/vs/ Alice n'est plus ici (Martin Scorsese, P170)

Eté : Cahiers du Cinéma n°258-259 (Moïse et Aaron, India song, Milestones) /vs/ Le démon des armes (Joseph H. Lewis, P171-172)

Septembre : ---/vs/ Milestones (John Douglas et Robert Kramer, P173)

Octobre : Cahiers du Cinéma n°260-261 (Moïse et Aaron) /vs/ Le voyage des comédiens (Théo Angelopoulos, P174)

Novembre : ---/vs/ Les trois mousquetaires (Richard Lester, P175)

Décembre : ---/vs/ Nashville (Robert Altman, P176)

 

cahiers260.jpgpositif176.JPGQuitte à choisir : Amateurs des Cahiers, patience... Le retour des films en couverture et d'un rythme de parution plus soutenu, c'est pour 76. En attendant, en face, notre goût nous pousse à acquiescer aux choix de California split, du Tavernier, du King Hu et du Lewis. Cela dit, de part et d'autre, il nous reste de gros morceaux à découvrir : les films de Straub, Duras, Kramer, Angelopoulos et le deuxième Altman en question. Allez, pour 1975 : Avantage Positif.

Mise à jour mars 2010 : Moïse et Aaron, ici.

Mise à jour octobre 2010 : Milestones, ici.

Mise à jour décembre 2010 : Le voyage des comédiens, ici.

 

A suivre...

Sources : Calindex & Cahiers du Cinéma

Publié dans Revue | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : cahiers du cinéma, positif | |  Facebook | |  Imprimer

04.10.2009

Cahiers du Cinéma vs Positif (1974)

Suite du flashback.

 

cahiers249.jpgpositif158.JPG1974 : Sous l'impulsion de Daney et Toubiana, les Cahiers reviennent peu à peu aux films, même si cela passe beaucoup par des croisements avec d'autres disciplines (dossier sur le dramaturge Dario Fo, entretien avec Michel Foucault) et que les écrits les plus marquants consistent à s'attaquer au "rétro" (Lacombe Lucien et Portier de nuit dans le même sac). Dans une approche plus "positive", la revue s'attache à défendre René Allio et son Rude journée pour la reine ou le cinéma anti-impérialiste de l'Amérique latine, à travers les films de Jorge Sanjines, Helvio Soto et Miguel Littin.
De son côté, Positif change d'éditeur et de maquette, remettant à jour, à cette occasion, son comité de rédaction (suite aux arrivées successives, entre autres, de Michael Henry, Alain Garsault, Hubert Niogret, Olivier Eyquem ou Frédéric Vitoux). Sur le fond, pas de bouleversement. Les forces vives du cinéma français sont bien représentées (entretiens avec Jean Eustache, Louis Malle, Maurice Pialat, Jacques Rivette, Claude Sautet et les débutants Tavernier et Corneau), tout comme les "auteurs-maison" (Rosi, Saura, Coppola, Boorman, Makavejev, Buñuel). Enfin, le numéro de décembre fournit un solide dossier "Amérique latine", décidément au centre des préoccupations politico-cinéphiles de l'époque.


Janvier : ---/vs/ Lucky Luciano (Francesco Rosi, Positif n°155)

Février : Cahiers du Cinéma n°249 (Helvio Soto, Rude journée pour la reine) /vs/ Casanova, un adolescent à Venise (Luigi Comencini, P156)

Mars : ---/vs/ Zardoz (John Boorman, P157)

Avril : ---/vs/ Dessin de Federico Fellini (P158)

Mai : Cahiers du Cinéma n°250 (Dario Fo) /vs/ Ana et les loups (Carlos Saura, P159)

Juin : ---/vs/ Sweet movie (Dusan Makavejev, P160)

Eté : Cahiers du Cinéma n°251-252 (Histoire d'A, Miguel Littin) /vs/ La furie du désir (King Vidor, P161)

Septembre : ---/vs/---

Octobre : Cahiers du Cinéma n°253 (Jorge Sanjines, La terre promise) /vs/ Le fantôme de la liberté (Luis Buñuel, P162)

Novembre : ---/vs/ Vincent, François, Paul et les autres (Claude Sautet, P163)

Décembre : Cahiers du Cinéma n°254-255 (Chili, Proche-Orient, Kashima Paradise) /vs/ Les dieux et les morts (Ruy Guerra, P164)

 

cahiers251.jpgpositif161.JPGQuitte à choisir : Petit retour des Cahiers dans la course avec des choix limités numériquement mais a priori assez pertinents (souvenir fort du documentaire de Yann Le Masson, Kashima Paradise, par ailleurs également défendu par Positif) et, malgré les grands noms, léger coup de moins bien chez la revue d'en-face. Le  Rosi, le Comencini, le Makavejev sont seulement, disons, "à voir" et le Boorman peut carrément être évité. Il reste tout même Fellini dessinateur, Vidor, Buñuel, Sautet (et probablement Guerra et Saura). Allez, pour 1974 : Avantage Positif.

 

A suivre...

Sources : Calindex & Cahiers du Cinéma

Publié dans Revue | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : cahiers du cinéma, positif | |  Facebook | |  Imprimer

19.09.2009

Cahiers du Cinéma vs Positif (1973)

Suite du flashback.

 

cahiers244.JPGpositif149.JPG1973 : Les Cahiers du Cinéma s'appuient sur la "plate-forme politique" marxiste-léniniste établie par l'un de ses rédacteurs, Philippe Pakradouni, pour agir, à travers différents groupes de travail, sur le "front culturel révolutionnaire". Le point d'orgue des actions initiées devait être un stage au festival d'Avignon organisé par la revue mais celui-ci se soldera finalement par un échec. Fin 73, Serge Daney prône un retour aux films.
Le dernier tango à Paris est l'un des très rares titres évoqués (négativement) par les Cahiers au cours de l'année. A Positif, il divise la rédaction mais Michel Ciment et Gérard Legrand rencontrent Bertolucci. De nombreux autres entretiens sont publiés (avec Raoul Walsh, Robert Altman, Monte Hellman, Robert Mulligan, Jerry Schatzberg, Blake Edwards, Alain Jessua, Michel Deville). L'excellente forme des "anciens" (Buñuel, Huston, Mankiewicz, Cukor, Wilder) est saluée, les Polonais Zulawski et Zanussi sont présentés et, en été, un épais dossier est consacré à Chaplin.


Janvier : ---/vs/ Le charme discret de la bourgeoisie (Luis Buñuel, Positif n°146)

Février : Cahiers du Cinéma n°244 (groupes de travail sur le front culturel) /vs/ La grande évasion (Raoul Walsh, P147)

Mars : ---/vs/ Loving (Irvin Kershner, P148)

Avril : Cahiers du Cinéma n°245-246 (action culturelle, cinéma militant) /vs/ Le limier (Joseph L. Mankiewicz, P149)

Mai : ---/vs/ La troisième partie de la nuit (Andrzej Zulawski, P150)

Juin : ---/vs/ L'épouvantail (Jerry Schatzberg, P151)

Eté : Cahiers du Cinéma n°247 (action culturelle) /vs/ Le cirque (Charles Chaplin, P152-153)

Septembre : ---/vs/ Cris et chuchotements (Ingmar Bergman, P154)

Octobre : ---/vs/---

Novembre : ---/vs/---

Décembre : Cahiers du Cinéma n°248 (résistance palestinienne) /vs/---

 

cahiers245.jpgpositif154.JPGQuitte à choisir : Les Cahiers n'étant encore revenus ni à la photo en couverture ni au cinéma (autre que militant), il n'y a qu'à trier du côté de Positif. On se retrouve alors avec un film inégal mais bouillonnant (Zulawski), un autre méconnu (Loving) et six chef-d'oeuvres (ou peu s'en faut). Allez, pour 1973 : Avantage Positif.

 

A suivre...

Sources : Calindex & Cahiers du Cinéma

Publié dans Revue | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : cahiers du cinéma, positif | |  Facebook | |  Imprimer

07.09.2009

Cahiers du Cinéma vs Positif (1972)

Suite du flashback.

 

cahiers236.jpgpositif136.JPG1972 : Aux Cahiers, le cinéma passe plus que jamais par le prisme de la politique. En mars, Le détachement féminin rouge en couverture annonce un dossier sur la Révolution culturelle chinoise préparé par Joris Ivens et Marceline Loridan. Sur cinq numéros, le seul film contemporain vraiment étudié est celui de Godard et Gorin, Tout va bien. En cours d'année, la couverture perd sa photographie (je signale alors entre parenthèses les principaux thèmes abordés dans chaque numéro). Notons qu'à cette époque arrive aux Cahiers Serge Toubiana.
Dans Positif, ce sont notamment les noms de Michael Henry et Christian Viviani qui apparaissent. Tavernier revient sur Henry Hathaway et Ciment rencontre Kubrick. La revue entame une longue histoire avec Robert Altman, poursuit celle avec John Huston (Fat City), soutient Alain Tanner et Jerzy Skolimowski et consacre ses dossiers à Dino Risi, Nagisa Oshima et Charles Walters.


Janvier : ---/vs/ Brewster McCloud (Robert Altman, Positif n°134)

Février : ---/vs/ La salamandre (Alain Tanner, P135)

Mars : Le détachement féminin rouge (Cahiers du Cinéma, n°236-237) /vs/ Orange mécanique (Stanley Kubrick, P136, )

Avril : ---/vs/ Au nom du père (Marco Bellocchio, P137)

Mai : Tout va bien (Jean-Luc Godard et Jean-Pierre Gorin, C238-239) /vs/ Les visiteurs (Elia Kazan, P138, )

Juin : ---/vs/ Liza (Marco Ferreri, P139)

Eté : El Fath (Groupe Dziga Vertov, C240) /vs/ Roma (Federico Fellini, P140) + Index (P141)

Septembre : Cahiers du Cinéma n°241 (Intolérance, Leçons d'histoire) /vs/ Une poule, un train et quelques monstres (Dino Risi, P142)

Octobre : ---/vs/ La cérémonie (Nagisa Oshima, P143)

Novembre : Cahiers du Cinéma n°242-243 (projet de plate-forme, contre le révisionnisme culturel) /vs/ Parade de printemps (Charles Walters, P144-145)

Décembre : ---/vs/---

 

cahiers241.jpgpositif139.JPGQuitte à choisir : La quantité ne joue déjà pas en faveur des Cahiers mais à cela s'ajoute ce qui ressemble à un sans-faute de Positif. Le Kubrick et le Fellini sont indiscutables et ces Kazan, Ferreri et Altman-là sont parmi les plus stimulants de leurs auteurs. Les autres titres, que je ne connais pas, semblent aussi importants (Tanner, Bellocchio, Oshima) ou, pour le moins, attirants (Risi, Walters). Allez, pour 1972 : Avantage Positif.

 

A suivre...

Sources : Calindex & Cahiers du Cinéma

Publié dans Revue | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : cahiers du cinéma, positif | |  Facebook | |  Imprimer

29.08.2009

Cahiers du Cinéma vs Positif (1971)

Suite du flashback.

 

cahiers229.JPGpositif124.JPG1971 : Positif continue à équilibrer ses numéros entre regards rétrospectifs vers Hollywood (textes de Bertrand Tavernier sur Wellman et Tourneur, de Robert Benayoun sur W.C. Fields, dossier sur Preminger, numéro spécial Capra) et soutien fervent aux nouveaux auteurs s'affirmant aux quatre coins de la planète cinéma (présentation de Michel Soutter et Jerry Schatzberg, défense d'Arthur Penn, Elio Petri et Claude Sautet, entretien avec Marcel Ophuls pour Le chagrin et la pitié, dossiers Oshima et Makavejev). En 1971, apparaissent les signatures d'Alain Garsault (à propos de Corman et Fisher), Jean-Loup Bourget et Lorenzo Codelli.
Le nom d'Oshima se trouve également mis en avant par les Cahiers, à côté de celui des frères Taviani et de Dziga Vertov (le cinéaste russe aussi bien que le groupe du même nom, créé, entre autres, par Jean-Luc Godard et Jean-Pierre Gorin). Plusieurs textes théoriques de Jean-Louis Comolli, Jean Narboni, Jean-Pierre Oudart ou Pascal Bonitzer sont publiés par la revue. Un numéro spécial Eisenstein est préparé par Bernard Eisenschitz, avant que celui-ci ne soit mis à l'écart de la rédaction. Se détachant du PC, les Cahiers "enjambent" Positif en suivant en cours d'année Tel Quel et Philippe Sollers sur la voie du maoïsme.


Janvier : Le cuirassé Potemkine (Sergueï M. Eisenstein, Cahiers du Cinéma n°226-227) /vs/ La reconstitution (Lucian Pintilie, Positif n°123)

Février : ---/vs/ Les hommes volants (William Wellman, P124)

Mars : Sous le signe du Scorpion (Paolo et Vittorio Taviani, C228) /vs/ W.C. Fields (P125)

Avril : ---/vs/ Little Big Man (Arthur Penn, P126)

Mai : Dziga Vertov (C229) /vs/ Raphaël ou Le débauché (Michel Deville, P127)

Juin : ---/vs/ Le messager (Joseph Losey, P128)

Juillet : La Nouvelle Babylone (Grigori Kozintsev et Leonid Trauberg, C230) /vs/ W.R. ou Les mystères de l'organisme (Dusan Makavejev, P129)

Août : La cérémonie (Nagisa Oshima, C231) /vs/---

Septembre : ---/vs/ Il est mort après la guerre (Nagisa Oshima, P130)

Octobre : Vladimir et Rosa (Jean-Luc Godard, C232) /vs/ Walking down Broadway (Erich von Stroheim, P131)

Novembre : Le moindre geste (Jean-Pierre Daniel, C233) /vs/ Portrait d'une enfant déchue (Jerry Schatzberg, P132)

Décembre : Vent d'Est (Groupe Dziga Vertov, C234-235) /vs/ La grande muraille (Frank Capra, P133)

 

cahiers230.JPGpositif127.JPGQuitte à choisir : Les trois titres choisis d'octobre à décembre par les Cahiers étant bien peu diffusés et Oshima se trouvant pareillement célébré dans le camp d'en face, se remarquent surtout dans leur liste les deux classiques russes d'Eisenstein et Kozintsev-Trauberg. De l'autre côté, aucune aberration apparente et plusieurs titres aimés (le Pinitilie, le Penn, le Deville, le Losey, le Capra). Petite déception personnelle : je ne connais aucun des deux films de "mon" mois, celui de novembre de cette année-là. Allez, pour 1971 : Avantage Positif.

 

A suivre...

Sources : Calindex & Cahiers du Cinéma

Publié dans Revue | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cahiers du cinéma, positif | |  Facebook | |  Imprimer